Côte sauvage de la presqu'île d'Arvert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Côte Sauvage.

Côte sauvage
La Côte sauvage vue depuis le phare de la Coubre.
La Côte sauvage vue depuis le phare de la Coubre.
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Départements Charente-Maritime
Aires protégées Parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis
Marais du Galon d'or
Coordonnées géographiques 45° 44′ 37″ N, 1° 14′ 32″ O
Étendue d'eau Océan Atlantique (Golfe de Gascogne et Pertuis de Maumusson)
Longueur Environ 20 kilomètres
Extrémités Ronce-les-Bains (pointe Espagnole) (nord)
Pointe de la Coubre, (sud)
Nature des rivages Plages de sable
Dunes
Pinède (Forêt de la Coubre)
Spot de surf de La Coubre et de la Pointe Espagnole
Principales plages Plage de la pointe Espagnole
Plage de l'Embellie
Plage de la Bouverie
Plage du Vieux-Phare
Plage de la Coubre
Route touristique Voie verte de Ronce-les-Bains à Saint-Palais-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Côte sauvage

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Côte sauvage

La Côte sauvage désigne une portion du littoral français formant la partie occidentale de la presqu'île d'Arvert, dans le département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine. Large étendue rectiligne comprise entre la Pointe Espagnole (au nord) et la pointe de la Coubre (au sud), entièrement comprise dans le périmètre de la commune de La Tremblade, elle peut être vue comme un prolongement de la côte landaise au-delà de l'estuaire de la Gironde.

Formant une vaste plage longue d'une vingtaine de kilomètres environ, elle est bordée de massifs dunaires, eux-mêmes partiellement fixés par la forêt domaniale de la Coubre, une pinède répondant à la forêt domaniale de la pointe de Grave.

Orientée plein ouest, au contraire des plages abritées de la Côte de Beauté toute proche, elle est soumise à de forts courants (phénomènes de baïnes) et à la houle, en faisant le secteur le plus dangereux de tout le littoral charentais[1]. La plus grande partie de ce vaste espace est déconseillée à la baignade, hormis trois zones surveillées (en juillet-août) à la pointe de la Coubre, à la Bouverie et à la Pointe Espagnole. Un spot de surf (La Palmyre/La Coubre) est aménagé à proximité de la pointe de la Coubre : à l'instar de tous ceux de la côte sauvage, il est classé parmi les spots les plus dangereux de France par le magazine Surf Session[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

La Côte sauvage est située dans la partie sud-ouest du département de la Charente-Maritime, à environ 70 kilomètres au sud de La Rochelle, 40 kilomètres à l'ouest de Saintes et 15 kilomètres au nord-ouest de Royan.

À l'exception d'une frange de quelques mètres appartenant à la commune des Mathes, elle dépend entièrement de la commune de La Tremblade. Aucune localité ne vient directement border cette portion de littoral : les plus proches sont La Palmyre (au sud) et Ronce-les-Bains (au nord), respectivement dépendances des communes des Mathes et de La Tremblade.

Les plages[modifier | modifier le code]

La plage de La Coubre.
  • Plage de la Pointe Espagnole
  • Plage de la Bouverie
  • Plage du vieux phare
  • Plage du phare de la Coubre

À voir sur la côte[modifier | modifier le code]

Les blockhaus de la pointe Espagnole.

À voir à proximité immédiate[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

  • En raison des forts courants, la baignade est généralement déconseillée, sinon interdite, à l'exception de trois points-baignade surveillés (en juillet et août).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charente-Maritime : l'indiscipline des baigneurs, un risque mortel, article de Thomas Brosset paru dans Sud-Ouest, 18 août 2015
  2. Les vagues les plus dangereuses de France, site Surf Session