Roche-aux-faucons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vue sur l'Ourthe depuis la Roche-aux-faucons

La Roche-aux-faucons est un lieu-dit et point de vue sis dans de la commune de Neupré, en province de Liège (Belgique). à une dizaine de kilomètres au sud de la ville de Liège.

Surplombant de 120 mètres la vallée de l'Ourthe l'endroit doit son nom au fait qu'il était lieu de nidification, notamment de faucons pèlerins, disparus de ce lieu depuis 1958. La falaise elle-même est difficilement visible de la vallée, étant désormais largement cachée par la végétation.

Situation, histoire, géologie et écologie[modifier | modifier le code]

Orchis mâle à flanc de la Roche-aux-faucons
Vue des falaises calcaires de la Roche-aux-faucons prise depuis la vallée de l'Ourthe

La Roche-aux-faucons est une falaise surplombant la rivière de l'Ourthe, appartenant au bassin de la Meuse. L'aplomb de calcaire doit son origine au creusement d'un méandre de la rivière. Située à proximité du village d'Avister, elle surplombe les localités de Hony et Fêchereux, et fait face à celle de Ham, située sur une large boucle de la rivière dont la crête d'Esneux est la partie la plus étroite.

La géologie calcaire du lieu est propice à diverses formations karstiques, dont plusieurs chantoirs situés à proximité du point-de-vue (notamment le Souffleur de Beauregard et la Triple Douve à l'ouest, et le Chantoir des Eaux sauvages, ou de Nomont, à l'est), et la doline Calembert. Les résurgences de Fêchereux et de Rosière, et surtout de Monceaux, plus en aval, recueillent les eaux perdues au pied des falaises. La flore est par ailleurs typique de ce type de sol, avec notamment présence de plusieurs espèces d'orchidées du genre orchis. Une occupation depuis le mésolithique est attestée par diverses fouilles ayant permis la découverte d'objets taillés en silex ou grès-quartzite. Le résultat de ces fouilles est visible au Musée Curtius à Liège.

Particularité[modifier | modifier le code]

Philippe Gilbert dans la côte de la Roche-aux-faucons au niveau de Mery-haut, lors de Liège-Bastogne-Liège 2009
Résurgence de Fêchereux, au bord de l'Ourthe en contrebas de la Roche-aux-faucons

La Côte de la Roche-aux-faucons[modifier | modifier le code]

  • La Côte de la Roche-aux-faucons est inscrite depuis 2008 au parcours de la course cycliste Liège-Bastogne-Liège. Elle figure au kilomètre 246 ; c'est une ascension de 1,6 km à 10 %. Plus courte que la côte du Sart-Tilman qu'elle remplace, elle est cependant plus pentue et la route est plus étroite[1]. Débutant peu après le village de Méry après être passé en rive gauche de l'Ourthe en provenance du plateau de Sprimont, la côte proprement dite débute après le passage du chemin de fer. Arrivé à Méry-haut, une légère montée de transition mène à Hony-haut ou démarre la partie la plus pentue et étroite de la côte. Passé le plateau abritant le village d'Avister, une dernière montée débute à proximité de la Roche-aux-faucons proprement dite, en direction de Boncelles sur la crête Ourthe-Meuse, pour la descente finale vers Liège.
Vue panoramique du méandre de l'Ourthe, prise depuis la Roche-aux-faucons

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La côte est temporairement abandonnée en 2013 au profit de la côte du Sart-Tilman, étant inaccessible du fait de travaux de voirie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Description :

Située à la limite des communes de Neupré et d’Esneux, la Roche aux Faucons est juchée au sommet d’un versant boisé et abrupt à 200 mètres d’altitude. Précédée d’un gigantesque éboulis, elle domine l’Ourthe d’environ 120 mètres dans un cadre exceptionnel de verdure.

Au sommet de l’escarpement, on joui d’une vue incomparable, sans nul doute un des plus beaux points de vue de Wallonie et sans conteste le plus beau de l’Ourthe liégeoise. En 2015, le site a été inscrit au patrimoine exceptionnel de Wallonie, sous le tout nouveau label "Grand Site Paysager" une première en Wallonie.

Orientée au sud et composée quatre secteurs, cette superbe et longue muraille au relief tourmenté, s’étend irrégulièrement sur plus de 1000 mètres, elle est entrecoupée par des couloirs abrupts, des zones de végétation et de rochers délités. D'amont vers l'aval on rencontre les secteurs de Beauregard, de Nomont, du Point de Vue et le Rocher Aval.

La hauteur des rochers varie de 25 à 38 mètres, ils sont barrés en alternance par des gradins, vires, terrasses et de zones verticales à surplombantes. La roche est de qualité moyenne à excellente, c’est un calcaire assez blanc offrant de nombreuses cupules et par zone parsemée de gouttes d’eau, un véritable cadeau de la nature.

Les voies sont en majorité très belles et se déroulent dans une ambiance magnifique « style montagne » ou l’on retrouve à peu près toutes les formes de progression, fissures, dévers, surplombs, piliers, cheminées, dièdres, dalles… De plus,avec un peu de chance vous pourrez apercevoir des Mouflons.

La Roche aux Faucons est aussi l’un des sites mésolithiques les plus remarquables de Wallonie. On y a retrouvé de nombreux objets datant de cette époque et notamment des couteaux, des haches, des perçoirs ainsi que des grattoirs. Ces armes et outils furent réalisés en silex et/ou en grès-quartzite.

Historique :

C’est en 1960, que André Capel découvre le massif. Il ouvre quatre voies : Le Nœud Balourd et les Primevères qui seront « pitonnées » Le Monte en l’Air et l’Edelweiss, ne seront pas équipées.

Capel communique que, 6 pitons sont nécessaires pour gravir le Monte en l’Air et 15 à 16 pitons pour l’Edelweiss. Toute une époque…

Malgré nos "recherches" nous n'avons trouvé aucune traces d'équipement.

10 voies allant du 5a au 6a+

Equipement : Broches

CLASSE TERRAIN SEMI AVENTURE (TSA)

L'équipement sur broche ne correspond pas au standard des sites normalisés.

Les voies exigent parfois un certain engagement et peuvent êtres exposées par endroits, en raison de la qualité de la roche, de par la configuration de la paroi et de la distance plus ou moins importante entre les points, ou la chute pourrait avoir des conséquences fâcheuses.

NB. Dans pratiquement toutes des voies, il vous est loisible d'augmenter vos protections sur coinceur.

SECTEUR DE BEAUREGARD

De gauche à droite :

1.Pan-Ouest : 4c (broches)

D. Putz et J-C Vittoz janvier 93.

Au milieu du Pan-Ouest (couloir abrupt) remonter sur 13 mètres, une série de gradins, fissures et des courtes dalles. La sortie initiale étant impraticable (broussailles) sortir par la droite pour rejoindre le relais de Falconidés.

2. Falconidés : 5c / 6a (broches)

J-L Putz et J-C Vittoz août 92

A l’extrême droite du Pan-Ouest, au départ d’une bonne plate-forme, gravir un beau dièdre légèrement dévers. A la deuxième broche, 5c par un crochet à droite. 6a tout droit. Se rétablir pour poursuivre facilement en remontant le bord gauche de la paroi.

3. Le Sapin à les Boules : 5c

D. Moens 92.

5. L’Echo du Maître : 5c+ (broches)

J-L Putz et J-C Vittoz août 92.

Superbe voie, des gradins, un dièdre, une dalle et une traversée à gauche sous les surplombs, grande ambiance. Relais sur arbres.

6. Canicule : 6a+ (broches)

J-L Putz et J-C Vittoz juillet 92.

Par des gradins rejoindre la base d’une fissure évidente que l’on remonte intégralement et qui vient buter sous un petit surplomb. Forcer ce dernier (ambiance) sortir directement par « l’entaille » ou plus joli par le pilier de gauche.

7. Pâturages : 5c engagé, coinceurs recommandé.

J-L Putz et J-C Vittoz Novembre 92.

On démarre par un mini dièdre, des gradins et courtes dalles mènent à un mur raide, qui rejoint un magnifique dièdre. Ambiance montagne assurée. Relais-rappel 35 mètres ou sortir facilement.

SECTEUR DE NOMONT 8. Falaisiste Pure Souche D. Vitale - J-C Vittoz - novembre 2009 Relais broché - la voie n'est pas équipée. SECTEUR DU POINT DE VUE

Oxygène Club : 6a Vincent et Laurent Dimanche – 1993. Pilier raide avec un pas en surplomb Diedre Cassé : Vincent et Laurent Dimanche – 1993. Rien a dire on y à enlevé trop de calcaire a la barre a mine. C’est du Lourd : 5 / 6a le surplomb Vincent et Laurent Dimanche – 1993. (Nous y avons fait tombé du lourd) Une dalle et un surplomb. Dimanchissima : 4+/5a (coinceurs) Vincent et Laurent Dimanche – 1993. Belle fissure, beau Dulfer, on évite le surplomb par la droite Remarques : Pratiquement à la même époque (1992) "Attirés par le bruit de notre foreuse" trois grimpeurs préférant garder l'anonymat...ont ouvert deux ou trois voies, sur la zone à droite de Canicule, elles sont partiellement équipées.  Accès : Escalade non autorisée mais, les abords et le sentier communal qui longe le sommet est LIBRE. Bibliographie: Guide des Rochers belges et Luxembourgeois – C.A.B. – 1965. Guide des Rochers belges – Vallée de L’Ourthe – C.A.B. – 1978. Guide de l’Escalade en Belgique – SSW – 1991. Grimper en Région Liégeoise – 1993- Y. Dellicour. Blocs et Falaises de Wallonie- Vallée de l’Ourthe –2002 – J-C Vittoz.