Cétacés de la Caraïbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les cétacés (ou Cetacea, du grec ancien κῆτος / kêtos, qui signifie "monstre marin") forment un groupe de mammifères aquatiques. On connaît, en 2020, environ 86 espèces de cétacés à l'échelle mondiale[1], dont au moins 35 espèces ont été observées dans la Grande Région Caraïbe avec une très grande dispersion et des densités variables suivant les territoires. Les eaux de la Caraïbe sont notamment un site privilégié de reproduction pour plusieurs espèces de mysticètes vivant le reste de l'année plus au Nord (Amérique et Europe du Nord). Le tucuxi et le boto vivent quant à eux dans les eaux douces de l'Amazone et des bassins hydrographiques environnants, en limite de la région Caraïbe.

Leur prise en compte dans les politiques publiques est tout aussi variable, avec plusieurs grands sanctuaires qui sont dédiés à leur protection et des pays où la chasse aux cétacés est encore assez largement pratiquée.

En plus des cétacés, la Caraïbe compte d'autres mammifères marins dont deux espèces de pinnipèdes en extra-limite de répartition (phoque à capuchon) ou échappées d'aquarium (otarie de Californie). La seule espèce de phoque indigène est le phoque moine des Caraïbes considéré disparu depuis la première moitié du 20e siècle. On trouve également l'essentiel des populations de lamantin des Caraïbes dans la région, avec une hybridation avec le lamantin d'Amazonie au niveau du plateau des Guyanes.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Mysticètes (baleines à fanons)[modifier | modifier le code]

Balaenoptera[modifier | modifier le code]

Rorqual commun (Balaenoptera physalus)[modifier | modifier le code]
Rorquals communs dans le Golfe du Saint-Laurent, au niveau du Labrador

La densité de Rorqual commun est plus élevée dans les hautes latitudes qu'au niveau des tropiques. Cependant les populations du Nord Atlantique situées au niveau du Labrador semblent migrer à l'automne vers les iles de la Caraïbe pour se reproduire, en passant par les Bermudes[2],[3]

Des individus ont notamment été observés vivants à Puerto Rico, au Venezuela, ou en Colombie et échoués sur les côtes du Belize (1986), ou encore sur les côtes caribéennes du Mexique en 2018[4]. Cependant des confusions avec le rorqual de Bryde semblent possibles[5].

Rorqual de Minke (Balaenoptera acutorostrata)[modifier | modifier le code]

Le Rorqual de Minke est le plus petit rorqual au monde mais comme plusieurs autres espèces du même genre, il passe l'été dans les hautes latitudes pour se nourrir et le long de l'arc caribéen et jusqu'au milieu de l'Atlantique pour se reproduire[6],[7]. Il a ainsi été recensé de la Floride jusqu'à la Dominique[7]. Et bien que plusieurs échouages ont été recensés dans le golfe du Mexique, aucun individu vivant n'y a été observé[7]

Rorqual de Minke (Balaenoptera bonaerensis)[modifier | modifier le code]

Considéré comme la même espèce que B.acurostrata jusque dans les années 1990, cette espèce vit essentiellement dans l'océan Antarctique et est considérée endémique à l'hémisphère Sud[8]. En 1998 cependant un individu a été observé échoué au Suriname et en 2013 en Louisiane[8]. Ces rares observations sont considérées comme des cas extralimites [9].

Rorqual bleu (Balaenoptera musculus)[modifier | modifier le code]
Rorqual bleu avec un jeune au large de l'Islande

Le Rorqual bleu est le plus gros animal vivant au monde à notre époque. Son aire de répartition estivale s'étend de l'Est du Canada jusqu'au Svalbard, potentiellement séparés en deux groupes[10]. Comme d'autres rorquals ils descendraient plus au Sud durant l'hiver mais leur répartition est mal connue durant cette période. Même si quelques observations visuelles (échouages dans le golfe du Mexique[11],[12], canal de Panama en 1922[13]) et acoustiques ont été faites au Sud des Bermudes[10], ce serait des cas rares et leur zone de reproduction serait plutôt au niveau de la côte Est des États-Unis[14].

Rorqual de Bryde (Balaenoptera edeni)[modifier | modifier le code]

Le Rorqual de Bryde est une espèce qui se retrouve dans toutes les eaux tempérées chaudes et tropicales du monde, mais sa classification demeure floue. En 2021, Balaenoptera ricei a été définie comme une nouvelle espèce séparée des autres populations de Rorqual de Bryde de l'Atlantique, et spécifique au Golfe du Mexique[15]. D'autres publications font mentions d'une division possible en espèces ou sous-espèces Balaenoptera edeni edeni (plus petit) et Balaenoptera (edeni) brydei pour les autres populations de Rorqual de Bryde[16].

Des observations ont été réalisées sur l'ensemble de la Caraïbe[17], notamment au niveau du Venezuela[18], à Aruba[19] mais aussi plus au Nord jusqu'en République dominicaine[17]. Cependant l'attribution à l'une ou l'autre des (sous)-espèce demeure incertaine; les données moléculaires ont permis par exemple d'identifier clairement l'animal échoué à Aruba (mentionné ci-dessus) comme étant associé à Balaenoptera (edeni) brydei[19].

Rorqual de Rice (Balaenoptera ricei)[modifier | modifier le code]

Considéré jusqu'en 2021 comme étant une population de Rorqual de Bryde spécifique au Nord-Est du Golfe du Mexique, n'effectuant pas de migration, il a été démontré par des analyses squelettiques et génétiques qu'il s'agit d'une espèce à part[15]. Avec une population estimée à une trentaine d'individus, elle est considérée en danger critique d'extinction[20],[21].

Rorqual boréal (Balaenoptera borealis)[modifier | modifier le code]
Rorqual boréal femelle avec son petit

Le Rorqual boréal est présent sur l'ensemble de la planète, essentiellement dans les zones subtropicales, subpolaires et tempérées[22] mais se différencie souvent difficilement en mer du Rorqual de Bryde, avec lequel il a été longtemps confondu[23], voire du Rorqual commun. Dans l'océan Atlantique, on le retrouve généralement aux alentours du Golfe du Maine durant l'été et sa migration le reste de l'année est assez peu connue[22]. Bien qu'il préfère les eaux profondes et est réputé pour ne pas entrer dans des mers semi-fermées ou des golfes[24], des individus échoués ont été observés dans le Golfe du Mexique ou au niveau des Grandes Antilles [5].

Megaptera[modifier | modifier le code]

Baleine à bosse (Megaptera novaeangliae)[modifier | modifier le code]

Les Baleines à bosse de l'Atlantique sont divisées en plusieurs populations. Dans l'Atlantique Nord, les animaux se reproduisant la région Caraïbe se nourrissent durant l’été sur plusieurs zones en Amérique du Nord ou en Europe septentrionale (Golfe du Maine, Golfe du Saint-Laurent, Labrador, Groenland, Islande, Nord de la Norvège[25]). Les sites de reproduction, dans les eaux chaudes et peu profondes de la Caraïbe, ont lieu le long de l'ensemble de l'arc, depuis Cuba jusqu'au Venezuela, avec une forte concentration connue au niveau de la République dominicaine[26].

Bien que certains individus de l'Atlantique Sud ont été observés depuis le début des années 2000 remontant jusqu'au plateau des Guyanes[27],[28] pour se reproduire, leur zone habituelle est plus au Sud, au niveau du Brésil. Contrairement aux individus de l'hémisphère nord, ceux du Sud ont les nageoires pectorales beaucoup plus noires[29] mais un ventre plus blanc[30].

Eubalaena[modifier | modifier le code]

Baleine franche avec son petit
Baleine franche de l'Atlantique (Eubalaena glacialis)[modifier | modifier le code]

Cette espèce en danger critique d'extinction est composée d'une population d'un peu plus de 350 individus en Atlantique Nord-Ouest[31] (l'autre population, plus restreinte encore, se situe dans l'Atlantique Est). Bien qu'elle vive la majorité de l'année hors de la zone Caraïbe, elle utilise les côtes Est de Géorgie et de Floride, à l'entrée de la région, comme sites de reproduction. Certaines observations ont cependant été réalisées dans le Golfe du Mexique, indiquant une potentielle présence historique de ces animaux plus au Sud[32].

Odontocètes (dauphins, orques et baleines à dents)[modifier | modifier le code]

Delphinidae (dauphins et orques)[modifier | modifier le code]

Orque (Orcinus orca)[modifier | modifier le code]
Orque au Sud-Est de la Barbade (Cobblers Reef)

L'Orque est le plus gros représentant de la famille des delphinidés et est présent dans toutes les mers du globe, bien que la majorité des études concerne les milieux polaires ou subpolaires[33]. On retrouve cependant cette espèce dans l'ensemble de la région Caraïbe, tout au long de l'année, avec un morphotype qui ne correspond totalement à aucun de ceux décrit précédemment (Antarctique, Subantarctique, Nord-Ouest Atlantique, ou Nord-Ouest Pacifique)[33].

Delphininés (Delphininae)[modifier | modifier le code]
Dauphin tacheté de l'Atlantique (Stenella frontalis)[modifier | modifier le code]

Le Dauphin tacheté de l'Atlantique est, comme son nom l'indique, endémique de l'océan Atlantique et se retrouve entre 50°N et 25/30°S[34],[35]. Plusieurs populations existent dans l'Atlantique Ouest, avec notamment deux morphotypes[36],[37]: un premier de grande taille, qui vit sur le talus continental dans des fonds de moins de 200 m, notamment dans le Golfe du Mexique le long de la côte américaine, à l'Ouest de la péninsule du Yucatan[17] , et une forme plus petite plus au large et le long des iles.

Dauphin tacheté pantropical (Stenella attenuata)[modifier | modifier le code]

Le Dauphin tacheté pantropical se retrouve dans les océans Atlantique, Pacifique et Indien, dans des profondeurs plus importantes que le Dauphin tacheté de l'Atlantique[34].

Cette espèce se rencontre fréquemment en milieu océanique dans le Golfe du Mexique[38] et une des espèces de cétacé les plus courant en milieu tropical de manière général[39]. Il semble également très commun dans le sud des Petites Antilles[40],[41].

Il a aussi été observé ailleurs dans la Caraïbe, notamment Puerto Rico[41], Tobago, République dominicaine, Vénézuela ou encore Colombie, en général dans des eaux profondes[17].

Dauphin à long bec (Stenella longirostris)[modifier | modifier le code]
Dauphins à long bec Guadeloupe- FWI

Le Dauphin a long bec a une distribution mondiale similaire à celle du Dauphin tacheté pantropical[34].

Dans le Nord du Golfe du Mexique, il est observé essentiellement à l'Est du Mississippi, dans des profondeurs supérieurs à 200 m, tout au long de l'année[42]. Il est supposé que les populations à l'intérieur du golfe (sans doutes partagées entre États-Unis, Mexique et Cuba) et dans celles vivant dans l'Atlantique Ouest sont distinctes[42].

On le retrouve dans tous l'arc caribéen, bien que de manière variable[43],[44],[45]. Son habitat préférentiel serait autour des iles, avec un comportement plutôt côtier, et au niveau des monts sous-marins[34]. Une population résidente importante se trouve dans les Bahamas[46]. Ils sont chassés pour l'alimentation à Saint Vincent et les Grenadines[47].

Dauphin bleu et blanc (Stenella coeruleoalba)[modifier | modifier le code]
Dauphin bleu et blanc

Le Dauphin bleu et blanc est présent dans la majorité des eaux tropicales et tempérées du monde[48].

Dans le Nord du Golfe du Mexique, on retrouve cette espèce dans des profondeurs supérieures à 200 m et même majoritairement au-delà de 1 000 m de profondeur[49]

Les observations dans la Caraïbe sont plutôt rares même si quelques observations ont été réalisées dans l'ensemble de l'arc, au niveau des Grandes Antilles (iles vierges américaines, Jamaïque, Puerto Rico[50]) et des Petites Antilles[51],[52],[53]

Dauphin de Clymène (Stenella clymene)[modifier | modifier le code]

Les Dauphin de Clymène sont spécifiques aux eaux tropicales et subtropicales de l'océan Atlantique[48], essentiellement entre le New Jersey et le Sud du Brésil pour la partie occidentale[54]. Dans le Nord du Golfe du Mexique les observations ont eu lieu essentiellement dans les eaux les plus profondes[55].

Il s'agirait d'un hybride entre le dauphin long bec et le dauphin bleu et blanc[56].

Dauphin commun (Delphinus delphis)[modifier | modifier le code]

Depuis 2016, le Dauphin commun, auparavant divisé en Dauphin commun à long bec (Delphinus capensis) et Dauphin commun à bec court (Delphinus delphis), est considéré comme une seule et unique espèce[57]. Il s'agit d'une des espèces de cétacés ayant la plus grande distribution et abondance, dans tous les principaux océans et tous les habitats[57].

Il semble cependant absent du golfe du Mexique et de la mer des Caraïbes, à l'exception du Nord de l'Amérique du Sud, au niveau des côtes de Colombie et du Vénézuela[58],[57].

Dauphin de Fraser (Lagenodelphis hosei)[modifier | modifier le code]
Dauphin de Fraser - Guadeloupe - FWI

Le Dauphin de Fraser est une espèces pantropicale vivant en 30°S et 30°N et on le retrouve donc dans la grande région caraïbe[59]. Les populations sont généralement observées au large, dans des eaux profondes mais peuvent se rencontrer proche des côtes autour des iles océaniques, notamment les petites Antilles[59],[60].

Des observations dans la Caraïbe ont en particulier été réalisées[40] à Puerto Rico[61], à Bonaire[62], ou dans les Antilles françaises[63],[64].

Grand Dauphin (Tursiops truncatus)[modifier | modifier le code]

Le Grand dauphin est l'une des espèces de cétacé les plus communes: il a une distribution mondiale et on le retrouve dans les trois grands bassins océaniques[65]. Son adaptation locale et sa structure sociale complexe ont produit de nombreuses populations bien différenciées, avec des variations morphologiques parfois marquées, notamment au niveau côtier[66],[65].

Au niveau caribéen notamment, la NOAA identifie plusieurs populations gérées indépendamment dans le golfe du Mexique[67] tandis qu'autour de Puerto Rico un seul écotype a pu être identifié mais composé de deux lignées génétiques distinctes[68]. La haute fidélité de ces petites populations à un seul site, ainsi que leur séparation génétique des autres populations, les rendent plus fragiles aux pressions humaines[66].

En plus des populations côtières locales, une forme océanique, vivant plus au large, est aussi observée dans la région Caraïbe[65],[69]. Les relations génétiques entre les différentes populations, qu'elles soient côtières ou océaniques, nécessitent des études plus poussées pour être identifiées correctement[69]

Il s'agit de l'espèce la plus couramment détenue en captivité dans la grande région Caraïbe[70]. Plusieurs individus sont notamment capturés dans les eaux cubaines et exportés régionalement et internationalement[71].

Dauphin de Guyane (Sotalia guianensis)[modifier | modifier le code]

Le Dauphin de Guyane, ou sotalie, est une espèce très côtière, présente dans le zone de la région Caraïbe (depuis le Brésil) jusqu'au Honduras au Nord[72].

Il vit en groupes dans des eaux calmes et peu profondes, près de la côte et au niveau des estuaires, avec une forte fidélité à son site.

On retrouve une population isolée à plus de 500 km à l'intérieur des terres, le long de la rivière Orénoque au Vénézuela[72].

Sotalie
Tucuxi (Sotalia fluviatilis)[modifier | modifier le code]

Les sotalies vivant dans le bassin hydrographique de l'Amazone sont par contre reconnues depuis la fin des années 2010 comme une espèce séparée de Sotalia guianensis, le Tucuxi, et ne semblent pas s'aventurer en mer[73]. Ce qui n'en fait pas un mammifère marin sensu stricto, comme le dauphin rose de l'Amazone dont il est totalement distinct.

L'appartenance particulière de la population du lac de Maracaibo au Vénézuela à l'une ou l'autre des deux espèces de Sotalia reste encore sujette à questions[73].

Globicéphalinés (Globicephalinae)[modifier | modifier le code]
Fausse orque (Pseudorca crassidens)[modifier | modifier le code]

La Fausse orque, ou Pseudorque, est cosmopolite et se trouve dans toutes les mers du monde, entre 50°N et 50°S mais la densité de population diminue drastiquement au-dessus de 15° de latitude[74],[75]. On la retrouve également dans la région Caraïbe [76], essentiellement autour des Grandes et Petites Antilles[77],[17] et exceptionnellement dans les Caraïbes occidentales[78],[79]. On retrouve cette espèce également dans le Nord du Golfe du Mexique, plutôt dans la partie orientale[80].

Orque pygmée (ou naine) (Feresa attenuata)[modifier | modifier le code]
Orque naine échouée dans le Golfe du Mexique

Peu d'observation de l'Orque naine ont été réalisées dans la Caraïbe. Une capture a été réalisée à Saint Vincent en 1969[81] et un échouage de masse a eu lieu dans les Iles Vierges britanniques en 1995[82].

Globicéphale tropical (Globicephala macrorhynchus)[modifier | modifier le code]
Globicéphales tropicaux dans la Caraïbe

Difficilement différentiable du Globicéphale noir dans l'eau[83], cependant les analyses génétiques morphologiques permettent de les distinguer[84]. Leur répartition se recouvre au Nord de la région Caraïbe, le long de la côte américaine[83],[85], cependant seul le Globicéphale tropical se retrouve dans la région Caraïbe, l'autre espèce n'appréciant pas les eaux chaudes[85]. Quelques échouages de Globicéphales noirs ont cependant été observé en Floride[83].

On retrouve le Globicéphale tropical dans toute la Caraïbe[86],[87] et le long du plateau et du talus continental du Golfe du Mexique[88],[89]. Elle semble être l'espèce de cétacé la plus courante autour de Puerto Rico et des iles Vierges[90]

Dauphin de Risso (Grampus griseus)[modifier | modifier le code]

Le Dauphin de Risso se retrouve dans les 3 principaux océans, dans les eaux tempérées ou tropicales, essentiellement au niveau du talus continental[91]. On en retrouve d'ailleurs des concentrations plus élevées au niveau du talus continental du Golfe du Mexique même si on le rencontre globalement dans l'ensemble du domaine océanique[92]. De même dans le Nord-Est Atlantique il s'observe le long du talus et s'éloigne plus au large l'hiver[93].

Des observations ont été réalisées notamment à Aruba[94], en Guyane française[95], au Venezuela[96] ou au Mexique[97] mais ils ne semblent pas communs dans la région[17].

Dauphin d'Électre (Peponocephala electra)[modifier | modifier le code]

Le Péponocéphale se retrouve dans le monde entier dans les eaux tropicales et subtropicales[98].

Dans le golfe du Mexique les rares observations sont faites dans des eaux relativement profonde, au-delà de 800 m de profondeur [99]. Les observations sont également assez rares dans le reste de la Caraïbe, Est ou Ouest, et sa distribution est donc peu connue[100],[43],[97],[101].

Sténo (Steno bredanensis)[modifier | modifier le code]
Steno rostré en Guadeloupe

Le Sténo est une espèce qui se retrouve dans toutes les eaux chaudes du globe, entre 40°N et 35°S[102], dans des habitats très variables[103]. Les populations de sténos ont des structures finement définies[104]. Ainsi les populations de l'Ouest et de l'Est de la Floride semblent séparées[103]. Dans le Nord du golfe du Mexique les observations ont lieu essentiellement en milieu océanique et dans quelques cas au niveau du plateau continental[103].

Cette espèce a également été observées dans la mer des Caraïbes, notamment autour d'Aruba[94], au Honduras[105] ou en Colombie[106].

Iniidae[modifier | modifier le code]

Boto (Inia geoffrensis)[modifier | modifier le code]
Boto dans le Rio Negro

Le genre des inidés ne comprend qu'une espèce, le boto, ou Dauphin rose de l'Amazone, uniquement dulçaquicole. Il vit dans les bassins hydrographiques de l'Amazone et de l'Orénoque, au Brésil, en Colombie, au Vénézuela, mais aussi, hors de la région Caraïbe, plus à l'Est, en Equateur, en Bolivie, et au Pérou. On le retrouve depuis les estuaire jusqu'à loin en amont, là où il est bloqué par les courant et les cascades[107].

Physeteridae et Kogiidae (cachalots)[modifier | modifier le code]

Cachalot (Physeter macrocephalus)[modifier | modifier le code]

Le Cachalot est une espèce cosmopolite, se trouvant souvent à proximité des plateaux continentaux et des canyons[108].

La population des Petites Antilles est l'une des plus étudiées au monde, et est composée de plusieurs unités sociales (essentiellement des femelles et des jeunes), se déplaçant entre plusieurs iles[109] et dont la majorité sont en déclin[110]. La ou les population(s) de l'arc caribéen semble(nt) divisée(s) en trois clans vocaux, partageant un même répertoire vocal [111].

Les Cachalots sont les grands cétacés les plus communs dans le golfe du Mexique[112], où ils se déplacent en fonction des zones de hautes et de basse pression atmosphériques[112]. Au moins une population semble résidente dans le golfe[112].

Cachalot nain échoué Antilles françaises 2011
Cachalot nain (Kogia sima)[modifier | modifier le code]

Le Cachalot nain, dont la morphologie ressemble fortement au Cachalot pygmée (Kogia breviceps) se retrouve dans les eaux tropicales et tempérées du monde entier, bien qu'il semble préférer des eaux relativement plus chaude que Kogia breviceps[113].

Bien que cette espèce se rencontre peu, habituée à la haute mer, des observations ont été réalisées notamment le long de la Floride, dans le golfe du Mexique, et dans l'arc caribéen[113],[114],[115],[64]. Des échouages ont aussi été observés dans le Sud et l'Ouest du bassin caribéenne, au Costa Rica (2006)[116], au Honduras (2011)[117], à Aruba et Curaçao[118] et en Colombie (2008)[114].

Le manque d'informations ne permet d'établir de tailles de populations et encore moins de tendances d'évolution de celles-ci[113].

Cachalot pygmée (Kogia breviceps)[modifier | modifier le code]

Comme l'autre espèce de Kogia, le Cachalot pygmée est une espèce cosmopolite et on le retrouve le long de toute la façade Ouest Atlantique, de l'Argentine au Canada[119]. Il vit également dans des eaux profondes et son comportement fait qu'il est peu observé en surface[119].

De nombreux individus échoués ont été observés dans la seconde moitié du 20 siècle notamment en Colombie, Puerto Rico, Iles vierges américaines et Mexique, et ce tout au long de l'année, ce qui laisse penser une présence continue dans le bassin caribéen malgré l'absence d'observations en mer[115]. Aucune observation n'a été réalisée dans les eaux des Caraïbes néerlandaises[118] laissant supposer un manque d'observation et non une absence de l'espèce.

Dans le Nord du Golfe du Mexique (ZEE des États-Unis), les deux espèces combinées sont estimées à 336 individus (en 2017/2018)[120].

Ziphiidae (Baleines à bec)[modifier | modifier le code]

Les ziphiidés observés dans la région comprennent la baleine à bec de Cuvier (ou Ziphius) et 4 espèces de mesoplodons qu'il est souvent difficile à identifier au niveau de l'espèce[121]. La différenciation entre les différentes espèces de mésoplodon en mer étant très difficile, les données d'observation au large sont souvent regroupées sous Mesoplodon sp[122]. Les baleines à bec de Blainville et de Gervais sont les 2 seuls mésoplodons présents dans la région en continu avec certitude, les 2 autres étant des cas extralimites. À noter qu'un mésoplodon inconnu a été enregistré à l'hydrophone dans le Golfe du Mexique[123].

Baleine à bec de Cuvier (Ziphius cavirostris)[modifier | modifier le code]
Baleine à bec de Cuvier - Dominique

La Baleine à bec de Cuvier, ou Ziphius, est l'espèce de la baleine à bec la plus courante et abondante[124]. On la retrouve dans tous les océans, des tropiques au régions polaires, avec une exception des eaux peu profondes et des très hautes latitudes[124].

Dans le Nord-Est Atlantique, elle se retrouve essentiellement le long de la bordure du plateau continental[125] et, dans le golfe du Mexique, dans des zones où la profondeur est supérieure à 1 000 m[126].

Selon les études menées sur certaines populations, le ziphius semble avoir des déplacements relativement limités et une forte fidélité à une région précise, suggérant une structuration assez forte[124].

Cette espèce a la plus longue apnée connue au monde, ce qui rend sa détection et donc l'estimation de son abondance très difficile[124]. On connait sa distribution essentiellement grâce aux échouages[125]. Elle est d'ailleurs une des espèces de cétacés qu'on retrouve le plus souvent échouée dans le Nord-Est de la Caraïbe[127].

Des observations ont été réalisées notamment à Cuba, en République Dominicaine, à Saint-Martin, en Dominique, en Martinique, Saint-Vincent, en Barbade, au Vénézuela, en Colombie, dans les îles Sous-le-Vent néérlandaises ou encore à Puerto Rico[128].

Mésoplodon de Blainville (Mesoplodon densirostris)[modifier | modifier le code]
Baleine à bec de Blainville dans les Bahamas

La Baleine à bec de Blainville semble l'espèce de mésoplodon ayant la plus large distribution dans le monde et se retrouve dans des eaux eaux chaudes tempérées à tropicales dans tous les océans[129]. On la retrouve surtout dans les eaux profondes mais elle peut s'observer plus près de la côte, en particulier autour des iles et à la limite des plateaux continentaux[130]. Elle préfère les zone à forte déclivité ce qui lui permet de s'alimenter à la fois dans la couche de diffusion profonde (en) et au niveau du fond[131].

Elle a notamment été observée échouée notamment dans les iles Caïmans, à Puerto Rico[132] et dans les Bahamas[17].

Baleine à bec de Gervais (Mesoplodon europaeus)[modifier | modifier le code]
Baleine à bec de Gervais en Guadeloupe

Étant donné que la différenciation entre les mésoplodon en mer est compliquée visuellement, la majorité des observations sont recensée comme Mesoplodon sp. uniquement[133]. Elle a été observée échouée notamment à Trinidad, en Jamaïque, à Cuba, en République dominicaine, à Curaçao, à Bonaire dans les iles Vierges[132] ou encore en Martinique[134].

Baleine à bec de True (Mesoplodon mirus)[modifier | modifier le code]

Dans le Nord Atlantique, cette espèce est surtout présente à la limite du plateau continental et plus au large, dans des eaux essentiellement tempérées, jusqu'en Floride[135] et aux Bahamas[136]. Un échouage de cette espèce a notamment eu lieu aux Bahamas en 1981[132].

Baleine à bec de Sowerby (Mesoplodon bidens)[modifier | modifier le code]

Cette espèce est en limite de répartition dans la Grande région Caraïbe, plutôt habituée aux eaux froides de l'Atlantique Nord[137]. Un seul échouage a eu lieu sur les côtes de Floride, en 1984, à l'intérieur du Golfe du Mexique[132] mais semble être un animal perdu[136].

Autres mammifères marins[modifier | modifier le code]

Lamantin des Antilles à Puerto Rico

D'autres espèces de mammifères marins, n'appartenant pas à l'infra-ordre des cétacés sont observables dans la Grande région Caraïbe:

Menaces[modifier | modifier le code]

Entre 2010 et 2014, le projet Lifeweb a réalisé une analyse cross-sectorielle des menaces pesant sur les mammifères marins dans la Caraïbe au travers de plusieurs cartes sur la pollution, le développement des côtes, le transport maritime et la pêche[145]. En 2020, dans le cadre du projet CARI'MAM (Caribbean mammals preservation network) financé par des fonds Interreg Caraïbes[146], le CAR-SPAW a produit une analyse du plan d'action pour les mammifères marins de la région de 2012. Elle identifie l'évolution des mesures de gestion prises depuis 8 ans par les pays et l'état des lieux des menaces par territoires[70].

Interaction avec la pêche[modifier | modifier le code]

Cétacé pris dans un filet dans le Pacifique

Les mammifères marins peuvent se prendre dans les engins de pêche et finir noyés, blessés, ou remontés dans les filets comme prises accessoires. Dans la Caraïbe, la pêche est essentiellement artisanale, les informations concernant les prises accessoires manquent et les principales institutions concernées ne prennent peu ou pas en compte cette question dans leurs analyses et stratégies[70]. Des enchevêtrements ont cependant été observés, notamment de cachalots dans les cordages de dispositifs de concentration de poissons ou de dauphins dans des filets maillants[70].

La surexploitation de nombreux stocks de poissons dans la région peut également avoir un impact sur le maintien des populations de cétacés qui s'en nourrissent[70].

Au-delà des interactions négatives entre pêcheurs et mammifères marins, plusieurs espèces de mammifères marins sont ciblées directement par des chasseurs dans la Caraïbe, légalement ou illégalement. Aucune de ces prises ne fait l'objet d'un suivi ou de rapportage comme demandé par le protocole SPAW[70]. À cause du manque de données, l'impact de ces chasses sur les populations reste inconnu[70]. Les espèces chassées sont variables: orques, globicéphales, sténelles, baleine à bosse (Bequia uniquement), lamantins, etc[70].

Dégradation des habitats[modifier | modifier le code]

L'urbanisation des côtes est en constante évolution dans l'ensemble de la région, que ce soit des terminaux de croisière, des ports, des stations balnéaires, etc[70]. Ces développements s'accompagnent de problématiques de pollutions chimiques (eaux usées non traitées, hydrocarbures dans les ports, etc) et de pollution acoustique[70]. Les mammifères marins sont rarement pris en compte dans l'état des lieux précédant les travaux, contrairement aux coraux et autres espèces benthiques côtières[70]. Dans certaines régions de la Caraïbe[pas clair], le développement de l'exploitation pétrolière participe à ce phénomène, soit par l'installation de puits directement ou par le trafic maritime et les installations inhérentes à cette industrie[70].

Pollution[modifier | modifier le code]

Dauphins bleus et blancs durant la marée noire issue de Deepwater Horizon

Les pollutions d'origines terrestre comprennent notamment l'eutrophisation des eaux côtières par les nutriments charriés par les cours d'eau et le lessivage des sols. Les iles de la Caraïbes sont peu concernées (sauf cas locaux) par ce problème mais des blooms algaux ont été recensés notamment en Floride, engendrant des événements de mortalités inhabituels chez des grands dauphins[147].

L'industrie pétrolière est en fort développement dans la région et plusieurs fuites de pétrole ont déjà été observées. La plus grosse catastrophe pétrolière des États-Unis, l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, a des impact à long terme sur les populations de cétacés du Golfe du Mexique [70].

Les métaux lourds comme le mercure s'accumulent le long de la chaine alimentaire. Les cétacés étant globalement au sommet de celle-ci, sont principalement touchés[70]. Le mercure est notamment issu de l'orpaillage dans le bassin amazonien[70]. La présence de mercure et de sélénium est notamment attestée dans plusieurs espèces de cétacés chassées et consommées à Saint-Vincent[148]

La région connait aussi d'importantes pollutions par les déchets, notamment plastiques, pouvant être ingérés par les mammifères marins, ou dans lesquels ils peuvent s'empêtrer[70].

Whale watching[modifier | modifier le code]

Observation commerciale des cétacés en Martinique

L'observation des mammifères marins (souvent résumé en « whale watching ») a commencé il y a moins de 50 ans dans la Caraïbe et n'a cessé de croitre depuis[70]. En Dominique, cette activité génère environ 3 millions de dollars de profit[149] et pour les Antilles françaises elle était estimée à plus de 2 millions d'euros en 2015[150]. Bien qu'il s'agisse d'une pratique qui peut soutenir le développement économique de certains territoire, tout en servant d'outil de sensibilisation important, elle peut aussi être très dommageable pour les animaux visés si elle est mal pratiquée ou trop intensive[70]. Il existe un guide de bonnes pratiques porté par le protocole SPAW[151].

Manque de connaissances[modifier | modifier le code]

Il existe relativement peu de programmes d'acquisition de connaissances sur les mammifères marins dans la région et les données existantes sont dispersées[70]. La majorité des suivis sont réalisés par des associations avec peu de liens entre eux, engendrant une dispersion des résultats et la difficulté à réaliser des analyses globales[70]. Le manque de connaissances sur la distribution des espèces et l'estimation de leur abondance est un problème important dans leur conservation[70]. Le projet Lifeweb, achevé en 2014, a permis une première analyse de la répartition des espèces en croisant les différentes sources de données disponibles sous forme d'une carte interactive[152],[145]. En Guadeloupe, une étude de 2021 a tenté de rassembler plusieurs jeux de données issues de sources variées pour répondre à cette disparité d'informations[153].

Les échouages de mammifères marins dans la région peuvent servir de source importante d'information sur les menaces qui pèsent sur ces animaux, tout comme sur la distribution des espèces. Cependant ces événements sont globalement sous utilisés[70].

Captivité[modifier | modifier le code]

Grands dauphins en captivité à Curaçao

On compte plus de 50 installations dans lesquelles des mammifères marins sont tenus en captivité dans la Caraïbe, à des fins de loisir, que ce soit en mer ou en piscine[70]. Au-delà de la question du bien être des animaux en captivité dans des delphinariums [154], plusieurs pays capturent des animaux sauvages pour animer ces établissements[70]. Ainsi Cuba par exemple exporte régulièrement des grands dauphins dans plusieurs pays[70]. Cette espèce est la plus commune en captivité [70].

Pollution sonore[modifier | modifier le code]

La pollution sonore impacte fortement les différentes espèces de mammifères marins, car elles dépendent elles-même du son pour les principaux aspect de leur vie (communication, repérage, etc)[70]. La pollution sonore dans la région provient notamment des campagnes sismiques, en lien avec l'exploration pétrolière, des sonars militaires, et du trafic maritime[70]. Bien que des échouages liés à la pollution sonores aient été documentés, un manque de connaissance sur le niveau de pollution dans la région existe, ainsi qu'un manque de directives régionales sur l'atténuation des effets des campagnes sismiques[70].

Collisions[modifier | modifier le code]

Le trafic maritime le long des grands axes de transport dans la Caraïbe peut conduire à des collisions avec les grands cétacés, et en même temps augmente la pollution acoustique dans le milieu marin[70]. Le nombre de collisions recensées est cependant faible, sans doutes à cause d'un manque de remontée de l'information[70]. Bien que les routes de navigation sont connues, les secteurs à risque pour les animaux ne le sont pas suffisamment, et/ou basés sur des extrapolations[70],[155]. Les petits cétacés, ainsi que les lamantins, peuvent aussi être sujets à des collisions avec des petits bateaux (bateaux de pêche ou de loisir) ou avec leurs hélices[155].

Changement climatique[modifier | modifier le code]

L'impact du changement climatique sur les mammifères marins est difficilement prévisible, a fortiori en milieu tropical[70]. Les populations de petits cétacés vivant proche des côtes, dans des zones restreintes, auront plus de mal à s'adapter[70]. Le stress thermique (en), les efflorescences algales, la diminution du débit des fleuves et donc la concentration des contaminants, ou encore la diminution des stocks de poissons (en) et la destruction de certains habitats clés comme les récifs coralliens sont autant de menaces qui pèsent sur les mammifères marins[70],[156].

Gestion[modifier | modifier le code]

Réglementation internationale[modifier | modifier le code]

Au niveau mondial, les pays membres de la Commission baleinière internationale ont ratifié un moratoire interdisant la chasse à certaines espèces de cétacés. Ce moratoire ne concernant que la chasse commerciale, la chasse de subsistance et la chasse dite scientifiques sont soumises à dérogation et à quota. Au niveau caribéen, Saint Vincent et les Grenadines (ile de Bequia) possède une dérogation pour chasse "aborigène" concernant la baleine à bosse. Ils sont autorisés à tuer 28 individus entre 2019 et 2025[157]. Le commerce des mammifères est bien entendu également couvert par la convention CITES.

Au niveau régional, les pays signataires du Protocole SPAW de la Convention de Carthagène s'engagent à protéger totalement les mammifères marins sur leur territoire. En effet, toutes ces espèces sont inscrites à l'annexe II du protocole relatif aux zones et à la vie sauvage spécialement protégés (SPAW) de la Convention de Carthagène. Cela signifie que pour les 17 pays signataires du protocole toute forme de destruction et de perturbation est interdite, leur possession et leur commerce sont également interdits, ainsi que les produits dérivés de ces espèces. Toute activité humaine ayant un impact sur leur habitat est censé être réglementée. Le protocole prévoit cependant que des dérogations puissent être demandées à des fins scientifiques, éducatives ou de gestion nécessaires à la survie de l'espèce[158]. Un plan d'action pour les mammifères a été adopté par les parties du protocole en 2008[159].

Le projet Lifeweb proposait en 2014 divers scénarios de renforcement de la protection des mammifères marins au niveau régional, notamment l'implémentation de 3 zones maritimes particulièrement vulnérables (PSSA): Au nord de la République dominicaine et au nord de Puerto Rico, au niveau du canal des Îles Vierges à l'Ouest de Saint-Thomas, au Nord-Ouest de Sainte-Lucie, le long de la Martinique et de la Dominique et au Sud de la Guadeloupe[160].

Réglementations nationales[modifier | modifier le code]

En 2020, une étude portant sur la législation nationale de chaque pays a été menée par le CAR-SPAW dans le cadre du projet CARI'MAM[158]. Cette enquête a permis de préciser les réglementations nationales spécifiques aux mammifères marins par pays (ce qui n'exclut une législation générale et globale en matière d'environnement, de pêche ou de biodiversité incluant ces animaux). L'analyse du plan d'action pour les mammifères marins de 2012 fournit d'autres éléments sur les réglementations nationales[70].

Pays Réglementation spécifique
Antigua et Barbuda
Bahamas[70] Bahamas Marine Mammal Protection Act entré en effet en 2006 et mis à jour en 2010
Barbade[158] ne possède pas de réglementation spécifique
Belize[158] Acte sur les ressources halieutiques (2020) statuant sur la protection intégrale des mammifères marins.
Colombie[158]
  • Constitution politique (1991) établissant les devoirs de l'État colombien en matière de protection des ressources naturelles et plus spécifiquement de la diversité et de l'intégrité de l'environnement, garantissant la participation des communautés dans les processus de prise de décision.
  • Lois relatives à la protection de la faune sauvage et des écosystèmes : décret-loi 2811 (1974) dictant le Code national des ressources naturelles renouvelables et de protection de l’environnement.
  • Décret 1681 (1978) réglementant la conservation et l'utilisation des ressources hydrobiologiques
Costa Rica
Cuba[70] pas de régulation spécifique concernant les mammifères marins mais il existe un règlement pour le contrôle et la protection de la diversité biologique d'intérêt particulier, incluant tous les cétacés et les lamantins.
Dominique
République dominicaine[158]
  • Loi générale à l’environnement et aux ressources naturelles (loi 64 de l’an 2000) ;
  • Loi sectorielle sur les aires protégées (loi 202 de l’an 2004) ;
  • Loi générale de biodiversité (loi 333 de l’an 2015)
France[158] Arrêté ministériel fixant la liste des mammifères marins protégés sur le territoire national et les modalités de leur protection (2011)
Grenade[70] ne possède pas de réglementation spécifique
Guyana[158] ne possède pas de réglementation spécifique
Haïti
Honduras[158] pas de réglementation spécifique mais possède un régime de protection générale à la faune sauvage et aux écosystèmes dont bénéficie ces animaux.
Jamaïque
Panama[158]
  • Loi établissant le corridor marin pour la protection et la conservation des mammifères marins dans les eaux sous juridiction nationale (2005).
  • Résolution 0530-2017 du Protocole sur l’observation des cétacés dans les eaux sous juridiction nationale.
  • Décret exécutif 6-A sur les dispositions pour réduire les blessures de mammifères marins lors des activités de pêche.
Mexique[158]
  • Code pénal fédéral (version en vigueur de 2020) : article 420 de la Loi générale de l’équilibre écologique et la protection de l’environnement (version en vigueur de 2019) et article 20 Bis. 6, Art. 28, Art. 51, Art. 131 y Art. 132 relatifs aux écosystèmes marins incluant la faune et la flore aquatique.
  • Loi générale relative à la faune sauvage (version en vigueur de 2020) : article 55 Bis (version en vigueur de 2010) et Art. 60 Bis.
  • Protocole d’attention pour l’échouage des mammifères marins (2014).
  • Décrets d’établissement des Aires Naturelles Protégées.
  • Accords sur les plans de gestion d’Aires Naturelles Protégées.
Montserrat[158] pas de réglementation spécifique mais possède un régime de protection générale à la faune sauvage et aux écosystèmes dont bénéficie ces animaux.
Nicaragua
Pays-Bas[158]
  • Décret sur la pêche BES de 2010.
  • Acte sur la Nature BES de 2010 (se référant aux espèces sous sections f, g, h et i du protocole SPAW).
  • Cadre de conservation de la nature.
Sainte-Lucie [70] Pas de réglementation spécifique
Saint Vincent et les Grenadines[158] Réglementation aborigène de chasse de subsistence à la baleine (2003).
Trinidad et Tobago[158] pas de réglementation spécifique mais possède un régime de protection générale à la faune sauvage et aux écosystèmes dont bénéficie ces animaux.
Turques-et-Caïques[158] Ordonnance de protection halieutique (version en vigueur de 2018).
États-Unis d'Amérique[158]
  • Acte de protection des mammifères marins.
  • Acte des espèces en danger.
  • Acte sur le bien-être animal.
  • Acte d’information sur la protection du consommateur de dauphin
Vénézuela[70] pas de réglementation spécifique mais interdiction d'exploiter une espèce tant qu'un programme d'exploitation n'a pas été lancé. Ce qui exclut théoriquement les mammifères marins
Iles Vierges britanniques

Sanctuaires pour les mammifères marins[modifier | modifier le code]

Plusieurs pays ont classé tout ou partie de leur zone économique exclusive en sanctuaire pour les mammifères marins. Concrètement, ces aires marines protégées sont dédiées à la conservation de ces espèces bien qu'elles fassent souvent déjà l'objet de mesures de conservation nationale. Depuis le début du 21e siècle, ces différentes aires marines protégées de grande taille ont signé des accords de coopération, sous l'impulsion du programme des « sanctuaires jumelés » de la NOAA[161].

Au-delà de ces quelques grands sanctuaires, les 74 aires protégées identifiées durant le projet Lifeweb en 2014 ne sont pas suffisantes pour protéger efficacement les mammifères marins, à l'exception de ceux vivant très proche des côtes[162]. En 2020, une analyse des plans de gestion des aires marines protégées de la Caraïbe réalisée au travers du projet CARI'MAM montre que sur ces sites côtiers, les documents de planifications prennent peu en compte les mammifères marins.

Le projet Lifeweb a assorti son analyse de recommandation, incluant notamment la création d'un réseau d'aires marines protégées[162]. C'est déjà dans cette optique que le projet MamaCocoSea (Marine Mammal Conservation Corridor for Northern South America) a initié entre 2011 et 2014 à la coopération entre professionnels travaillant sur les mammifères marins dans le Nord-est de l'Amérique latine[163],[164]. Entre 2018 et 2021, le projet CARI'MAM (Caribbean Marine Mammals Preservation network) a travaillé à renforcer le réseau de partenaires à l'échelle de l'ensemble de la Caraïbe[165]. En avril 2021, le comité scientifique et technique du protocole SPAW demande au secrétariat de réfléchir au montage d'un réseau d'activité régional en se basant sur les résultats de ce projet [166].

Sanctuaire Agoa[modifier | modifier le code]

Le Sanctuaire Agoa comprend les 143 256 km2 de la zone économique exclusive française dans les Antilles, soit les eaux de Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy[167]. Il est créé en 2010 et reconnu au titre protocole SPAW de la convention de Carthagène en 2012, avec pour objectif de « garantir un état de conservation favorable des mammifères marins en les protégeant, ainsi que leurs habitats, des impacts négatifs directs ou indirects, avérés ou potentiels, des activités humaines »[167].

Sanctuaire Yarari[modifier | modifier le code]

Le Sanctuaire Yarari a été établi en 2015 autour des iles néerlandaises de Saba et Bonaire[168]. En 2018 y sont adjoint les eaux de Saint-Eustache[169]. L'ensemble de la zone économique exclusive de ces trois iles, soit les Pays-Bas caribéens, constitue donc un sanctuaire dédié à la conservation des mammifères marins et des requins de 25 390 km2[170].

Sanctuaire du Banc d'Argent et de la Nativité[modifier | modifier le code]

Le Sanctuaire du Banc d'Argent et de la Nativité (es) est une aire marine protégée crée en République dominicaine par le décret no 319 du 14 octobre 1986 et modifié par la loi no 202 des aires protégées, augmentant la superficie à 32 879,8 km2[171],[172]. La zone est notamment connue comme site de reproduction important pour les baleines à bosse dans la Caraïbe. On estime que 2 000 à 3 000 individus viennent y passer l'hiver boréal chaque année[173].

Sanctuaire des mammifères marins des Bermudes[modifier | modifier le code]

En septembre 2012, l'ensemble de la zone économique exclusive de l'archipel des Bermudes, en limite de région Caraïbe, a été déclarée comme sanctuaire pour les mammifères marins, soit plus de 583 083,68 km2[174]. Cette désignation vise surtout à renforcer la protection des baleines à bosse, déjà protégées par 2 autres textes législatifs nationaux, et la coopération avec d'autres sanctuaires nationaux dont le Sanctuaire marin national du Banc de Stellwagen (en)[175] dans la baie du Massachusetts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The World Cetacea Database », sur marinespecies.org (consulté le ).
  2. Clark, C.W. 1995. Application of U.S. Navy underwater hydrophone arrays for scientific research on whales. Reports of the International Whaling Commission 45: 210-212
  3. Gamble, R. 1985. Fin Whale: Balaenoptera physalus. Handbook of Marine Mammals 3: 171-192.
  4. María Carmen García Rivas, « First record of fin whale Balaenoptera physalus in the Mexican Caribbean », Hidrobiológica,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Mead, J.G., « Records of sei and Bryde's whales from the Atlantic coast of the United States, the Gulf of Mexico, and the Caribbean », Rep. Int. Whal. Comm., vol. Spec. Iss. 1,‎ , p. 113–116
  6. Denise Risch, « Seasonal migrations of North Atlantic minke whales: novel insights from large-scale passive acoustic monitoring networks », Movement Ecology,‎ (lire en ligne)
  7. a b et c Jaime Bolaños Jiménez, « On the spatial-temporal distribution of the minke whales (Balaenoptera acutorostrata and B. bonaerensis) in the Wider Caribbean Region and adjacent western tropical North Atlantic », 75 International Whaling Commission,‎
  8. a et b https://mbr.biomedcentral.com/track/pdf/10.1186/s41200-016-0058-x.pdf
  9. Jefferson, T.A., Webber, M., Pitman, R. 2015. Marine Mammals of the World: A Comprehensive Guide to Their Identification. 2nd ed. Elsevier. 616 pp.
  10. a et b https://publications.gc.ca/collections/Collection/CW69-14-287-2003F.pdf
  11. BAUGHMAN, J. L. 1946. On the occurrence of a rorqual whale on the Texas coast. Journal of Mammalogy 27:392-393.
  12. LOWERY, G. H. 1974. The fin whale family Balaenopteridae. Pages 362-4623 in G.H. Lowery, ed. The mammals of Louisiana and its adjacent waters. Louisiana State Press, Baton Bouge, LA.
  13. HARMER, S. F. 1923. Cervical vertebrae of a gigantic blue whale from Panama. Proceedings of the Zoological Society, London 1923:1085-1089
  14. https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/Library/40574015.pdf
  15. a et b Rosel, P.E., Wilcox, L.A., Yamada, T.K. et Millin, K.D., « A new species of baleen whale (Balaenoptera) from the Gulf of Mexico, with a review of its geographic distribution », Marine Mammal Science, vol. 37, no 2,‎ , p. 577–610 (DOI 10.1111/mms.12776) Inscription nécessaire
  16. (en) Référence UICN : espèce Balaenoptera edeni
  17. a b c d e f g et h Éléments de développement pour un plan d'action pour les mammifères marins: Rapport sur la répartition des mammifères marins, Ward et al, Programme des Nations Unies pour l'Environnement, 1re réunion des Parties au protocole SPAW, 24 septembre 2001. UNEP(DEC)/CAR IG. 20/INF.3
  18. http://www.disciara.net/downloads/NotarbartolodiSciara_1983.pdf
  19. a et b https://www.researchgate.net/publication/279176995_Molecular_and_morphological_evidence_for_the_subspecific_identity_of_Bryde%27s_whales_in_the_southern_Caribbean
  20. (en) Référence UICN : espèce Balaenoptera ricei
  21. Rosel, P.E. et Wilcox, L.A., « Genetic evidence reveals a unique lineage of Bryde's whales in the northern Gulf of Mexico », Endangered Species Research, vol. 25,‎ , p. 19–34 (DOI 10.3354/esr00606, lire en ligne)
  22. a et b https://www.fisheries.noaa.gov/species/sei-whale
  23. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B9780123735539000420
  24. https://web.archive.org/web/20160303204014/http://www.cresli.org/cresli/pdf%20documents/finwhale.pdf
  25. https://nammco.no/topics/humpback-whale/#1475843212917-9abc9066-9674
  26. (en) Référence UICN : espèce Megaptera novaeangliae
  27. http://oceansciencelogistic.org/wp-content/uploads/2015/07/Rapport-c%C3%A9tac%C3%A9s-activit%C3%A9s-p%C3%A9troli%C3%A8res-Guyane.pdf
  28. https://www.observatoire-pelagis.cnrs.fr/wp-content/uploads/2021/05/12-RAPPORT_REMMOA_ANTGUY_FINAL_2019.pdf
  29. https://consciousbreathadventures.com/distinctive-features/
  30. https://www.fisheries.noaa.gov/species/humpback-whale
  31. https://www.sciencedaily.com/releases/2021/02/210225082449.htm
  32. https://aquila.usm.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1542&context=goms
  33. a et b https://www.researchgate.net/publication/260824692_Distribution_feeding_habits_and_morphology_of_killer_whales_Orcinus_orca_in_the_Caribbean_Sea/link/5a392f25a6fdcc4d69a6ea16/download
  34. a b c et d https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fmars.2019.00010/pdf
  35. Jefferson, T.A., Webber, M.A. and Pitman, R.L. 2015. Marine Mammals of the World: A Comprehensive Guide to Their Identification 2nd edition. Elsevier, San Diego, CA.
  36. https://repository.library.noaa.gov/view/noaa/11985
  37. Jefferson, T. A. and Schiro, A. J. 1997. Distribution of cetaceans in the offshore Gulf of Mexico. Mammal Review 27: 27-50.
  38. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GmexPantropical.pdf?null
  39. (en) Référence UICN : espèce Stenella attenuata
  40. a et b https://www.researchgate.net/publication/250020738_Cetacean_Sightings_in_the_Eastern_Caribbean_and_Adjacent_Waters_Spring_2004
  41. a et b http://manatipr.org/wp-content/uploads/2010/01/Mig2003CJS.pdf
  42. a et b https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GmexSpinner.pdf?null
  43. a et b https://www.researchgate.net/publication/242182910_Observations_of_Small_Cetaceans_in_the_Eastern_Caribbean
  44. https://www.academia.edu/18492799/Report_of_surveys_conducted_on_small_cetaceans_off_Guadeloupe_1998_to_2005
  45. https://www.cambridge.org/core/journals/marine-biodiversity-records/article/abs/three-new-records-of-cetacean-species-for-aruba-leeward-antilles-southern-caribbean/B6E383DFCDBE50D3DE84E0BCD059D9B2
  46. http://pacmam.org/wp/wp-content/uploads/2015/04/Herzing-and-Elliser-2014-nocturnal-feeding.pdf
  47. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0025326X14007243?via%3Dihub
  48. a et b Perrin, W.F., C.E. Wilson and F.I. Archer II. 1994. Striped dolphin Stenella coeruleoalba (Meyen, 1833). Pages 129–159 in: S.H. Ridgway and R. Harrison (Eds.). Handbook of marine mammals, Vol. 5: The first book of dolphins. Academic Press, London. 416pp.
  49. Garrison, L.P. and L. Aichinger Dias. 2020. Distribution and abundance of cetaceans in the northern Gulf of Mexico. NOAA Tech. Memo. NMFS-SEFSC-747. 40pp. Available from: https://repository.library.noaa.gov/view/noaa/25568
  50. Mignucci-Giannoni, A. A. 1996. Marine mammal strandings in Puerto Rico and the United States and British Virgin Islands. Doctoral dissertation, University of Puerto Rico at Mayagüez. 247 pp.
  51. Jefferson, T. A., and S. K. Lynn. 1994. Marine mammal sightings in the Caribbean Sea and Gulf of Mexico, Summer 1991. Carib. J. Sci. 30(1-2):83-89.
  52. Perrin, W. F., E. D. Mitchell, J. G. Mead, D. K. Caldwell, and P. J. H. van Bree. 1981. Stenella clymene, a rediscovered tropical dolphin of the Atlantic. J. Mamm. 62:583-598.
  53. https://www.researchgate.net/publication/287749879_Additional_records_and_a_review_of_the_cetacean_fauna_of_the_Leeward_Dutch_Antilles
  54. (en) Référence UICN : espèce Stenella clymene
  55. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GmexClymene.pdf?null
  56. A. R. Amaral, G. Lovewell, M. M. Coelho, G. Amato et H. C. Rosenbaum, « Hybrid Speciation in a Marine Mammal: The Clymene Dolphin (Stenella clymene) », PLOS ONE, Norman Johnson, vol. 9, no 1,‎ , e83645 (PMID 24421898, PMCID 3885441, DOI 10.1371/journal.pone.0083645)
  57. a b et c (en) Référence UICN : espèce Delphinus delphis
  58. https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0171000
  59. a et b (en) Référence UICN : espèce Lagenodelphis hosei
  60. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GmexFrasers.pdf?null
  61. http://biology.uprm.edu/facultad/publications/Lucy_Bunkley_19990101_11.pdf
  62. https://www.cambridge.org/core/journals/marine-biodiversity-records/article/abs/first-record-of-frasers-dolphin-lagenodelphis-hosei-for-the-dutch-caribbean/9785B6B5057B0B8A274079B3CEACF945
  63. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0025326X18307148
  64. a et b https://www.sanctuaire-agoa.fr/documentation/remmoa-rapport-final-2019
  65. a b et c (en) Référence UICN : espèce Tursiops truncatus
  66. a et b https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0189370
  67. https://www.fisheries.noaa.gov/national/marine-mammal-protection/marine-mammal-stock-assessment-reports-species-stock
  68. https://scholar.uprm.edu/handle/20.500.11801/2446
  69. a et b https://repositorio.uniandes.edu.co/bitstream/handle/1992/39818/u807243.pdf?sequence=1
  70. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an et ao (en) Courtney Vail et Monica Borobia, Implementation of the Action Plan for the Conservation of Marine Mammals (MMAP) in the Wider Caribbean : A scientific and technical analysis, UN Environment, Caribbean Environment Programme, Specially Protected Areas and Wildlife Regional Activity Centre, , 158 p. (lire en ligne)
  71. https://lajamjournal.org/index.php/lajam/article/view/234/186
  72. a et b (en) Référence UICN : espèce Sotalia guianensis
  73. a et b (en) Référence UICN : espèce Sotalia fluviatilis
  74. (en) Référence UICN : espèce Pseudorca crassidens
  75. http://species-identification.org/species.php?species_group=marine_mammals&id=101
  76. ODELL, D.K. AND MCCLUNE, K.M. (1999) Pseudorca crassidens (Owen, 1846). Pages 213-244 in RIDGWAY, S.H. AND HARRISON, S.R. (Eds) Handbook of Marine Mammals Vol. 6: The Second Book of Dolphins and Porpoises. Academic Press, London, United Kingdom.
  77. ROMERO, A., AGUDO, A.I., GREEN, S.M. AND NOTARBARTOLO DI SCIARA, G. (2001) Cetaceans of Venezuela: their distribution and conservation status. NOAA Technical Report NMFS 151: 1-60.
  78. PARDO, M.A, MEJÍA-FAJARDO, A., BELTRÁN-PEDREROS, S., TRUJILLO, F., KERR, I. AND PALACIOS, D.M. (2009) Odontocete sightings collected during offshore cruises in the southwestern and western Caribbean Sea. Latin American Journal of Aquatic Mammals 7(1-2): 57-62.
  79. https://www.researchgate.net/publication/230630804_The_false_killer_whale_Pseudorca_crassidens_in_the_southwestern_Caribbean_first_stranding_record_in_Colombian_waters
  80. https://www.researchgate.net/publication/282534293_Cetaceans_of_the_oceanic_northern_Gulf_of_Mexico_Distributions_group_sizes_and_interspecific_associations
  81. https://www.researchgate.net/publication/275264394_The_Pygmy_Killer_Whale_Feresa_attenuata_in_the_Western_Atlantic_with_a_Summary_of_World_Records
  82. https://www.cambridge.org/core/journals/journal-of-the-marine-biological-association-of-the-united-kingdom/article/mass-stranding-of-pygmy-killer-whales-feresa-attenuata-in-the-british-virgin-islands/9C191FF7CC7001B66A322FB58F141A4C
  83. a b et c https://media.fisheries.noaa.gov/dam-migration/2019_sars_atlantic_sfpilotwhale.pdf
  84. (en) Référence UICN : espèce Globicephala melas
  85. a et b (en) Référence UICN : espèce Globicephala macrorhynchus
  86. Bernard, H. J. and S.B. Reilly. 1999. Pilot whales Globicephala Lesson, 1828. Pages 245–279 in: S. H. Ridgway and R. Harrison (eds), Handbook of marine mammals, Vol. 6: The second book of dolphins and the porpoises. Academic Press, San Diego, CA
  87. https://media.fisheries.noaa.gov/dam-migration/ao2011whps-prusvi_508.pdf
  88. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GMexSFPilot2.pdf?null
  89. Maze-Foley, K. and K.D. Mullin. 2016. Cetaceans of the oceanic northern Gulf of Mexico: Distributions, group sizes and interspecific associations. J. Cetacean Res. Manage. 8(2):203–213.
  90. Mignucci-Giannoni, A. A., B. Pinto-Rodríguez, R. A. Montoya-Ospina, N. M. Jiménez-Marrero, M. A. Rodríguez- López, E. H. Williams, Jr., and D. K. Odell. 1999. Cetacean strandings in Puerto Rico and the Virgin Islands. J. Cetacean Res. Manage. 1(2): 191-198.
  91. (en) Référence UICN : espèce Grampus griseus
  92. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GmexRissos.pdf?null
  93. https://media.fisheries.noaa.gov/dam-migration/2019_sars_atlantic_rissos.pdf
  94. a et b Luksenburg, J., « The cetaceans of Aruba, southern Caribbean », Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom, vol. 94, no 6,‎ , p. 1161-1174
  95. https://www.car-spaw-rac.org/IMG/pdf/Mapping_diversity_and_relative_density_of_cetaceans_and_other_pelagic_megafauna_across_the_tropics.pdf
  96. https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=3094852
  97. a et b http://www.scielo.org.mx/scielo.php?pid=S0188-88972015000100013&script=sci_arttext&tlng=en Aquatic mammals from the Mexican Caribbean; a review], Nino-Torres at al, 2015, Hidrobiológica vol.25 no.1 México ene./abr.
  98. Jefferson et al 2008
  99. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GmexMelonHeaded.pdf?null
  100. https://www.researchgate.net/publication/269395054_First_record_of_the_melonhead_whale_Peponocephala_electra_for_Puerto_Rico
  101. https://www.semanticscholar.org/paper/Observations-of-Peponocephala-electra%2C-the-Whale%2C-Watkins-Daher/009dabc77f4adc990b39534008b650920ebfce62#paper-header
  102. (en) Référence UICN : espèce Steno bredanensis
  103. a b et c https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GMexRoughTooth2.pdf?null
  104. Albertson, G.R. 2014. Worldwide phylogeography and local population structure of the rough-toothed dolphin (Steno bredanensis). Ph.D. dissertation, Oregon State University. 179pp.
  105. https://www.cambridge.org/core/journals/journal-of-the-marine-biological-association-of-the-united-kingdom/article/abs/observations-of-roughtoothed-dolphins-steno-bredanensis-off-the-coast-of-utila-honduras/63AB7508756DD4895133FBEB0B72B5B4
  106. www.lajamjournal.org/index.php/lajam/article/download/374/pdf_8
  107. (en) Référence UICN : espèce Inia geoffrensis
  108. Reeves, R., Stewart, B., Clapham, P. et Powell, J., Guide to Marine Mammals of the World, New York, A.A. Knopf, , 240–243 p. (ISBN 978-0-375-41141-0, lire en ligne)
  109. http://whitelab.biology.dal.ca/sge/Gero%20et%20al.%20(2007)%20Population%20estimate%20and%20inter-island%20movement%20of%20sperm%20whales%20in%20the%20eastern%20caribbean.pdf
  110. https://www.researchgate.net/publication/308908479_Critical_Decline_of_the_Eastern_Caribbean_Sperm_Whale_Population/link/57f7541d08ae91deaa6043f0/download
  111. https://www.youtube.com/watch?v=mlzpDijZ2mc
  112. a b et c Randall W. Davis, William B Evans, Bernd Wursig, Cetaceans, Sea Turtles and Seabirds in the Northern Gulf of Mexico: Distribution, Abundance and Habitat Associations. Volume II: Technical report, NOAA, (lire en ligne)
  113. a b et c http://whitelab.biology.dal.ca/rwb/kogiastat.pdf
  114. a et b https://www.researchgate.net/publication/336146084_First_stranding_record_of_Kogia_sima_Owen_1866_in_the_Colombian_Caribbean
  115. a et b http://manatipr.org/wp-content/uploads/2010/01/Cardona99CJS.pdf
  116. Palacios-Alfaro, J.D. (2009). First record of the dwarf sperm whale (Kogia sima) in Caribbean waters of Costa Rica. Latin American Journal of Aquatic Mammals, 7, 103. https://lajamjournal.org/index.php/lajam/article/view/299
  117. https://www.redalyc.org/pdf/5156/515651977008.pdf
  118. a et b The marine mammals of the Dutch Caribbean: a comparison between EEZ sectors, contrasts and concerns
  119. a et b https://www.researchgate.net/publication/228672273_Kogia_Breviceps_Cetacea_Kogiidae/link/0fcfd50fd62b611097000000/download
  120. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GmexPygmySperm.pdf?null
  121. https://media.fisheries.noaa.gov/dam-migration/2019_sars_atlantic_truesbeaked.pdf
  122. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GMexBlainvilles.pdf?null
  123. https://www.researchgate.net/publication/284132642_Passive_acoustic_monitoring_of_beaked_whale_densities_in_the_Gulf_of_Mexico
  124. a b c et d (en) Référence UICN : espèce Ziphius cavirostris
  125. a et b https://media.fisheries.noaa.gov/dam-migration/2019_sars_atlantic_cuviersbeaked.pdf
  126. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GMexCuviers.pdf?null
  127. https://www.aquaticmammalsjournal.org/share/AquaticMammalsIssueArchives/2002/AquaticMammals_28-03/28-03_Perez-Zayas.pdf
  128. https://media.fisheries.noaa.gov/dam-migration/ao2011whcb-prusvi508.pdf
  129. (en) Référence UICN : espèce Mesoplodon densirostris
  130. MacLeod, C. D. and Zuur, A. F. 2005. Habitat utilization by Blainville's beaked whales off Great Abaco, northern Bahamas, in relation to seabed topography. Marine Biology 147: 1-11.
  131. https://core.ac.uk/download/pdf/13120448.pdf
  132. a b c et d http://manatipr.org/wp-content/uploads/2010/01/Rosario99CJS.pdf
  133. https://media.fisheries.noaa.gov/2021-07/f2020_AtlGmexSARs_GMexGervais.pdf?null
  134. « Echouage d'une baleine à bec de Gervais en Martinique », sur sanctuaire-agoa.fr
  135. (en) Référence UICN : espèce Mesoplodon mirus
  136. a et b https://www.researchgate.net/profile/Jay-Barlow/publication/281611379_Known_and_inferred_distributions_of_beaked_whale_species_Cetacea_Ziphiidae/links/56df0a4008ae9b93f79a88c6/Known-and-inferred-distributions-of-beaked-whale-species-Cetacea-Ziphiidae.pdf
  137. (en) Référence UICN : espèce Mesoplodon bidens
  138. https://www.researchgate.net/publication/259601576_Gonzalez-Socoloske_D_y_L_D_Olivera-Gomez_2012_Gentle_Giants_in_Dark_Waters_Using_Side-Scan_Sonar_for_Manatee_Research_The_Open_Remote_Sensing_Journal_5_1-14
  139. https://www.scielo.br/j/aabc/a/5KyB6HJ6TWnyR8nVLS6ZDVy/?lang=en
  140. https://stinapabonaire.org/marine-park-news/rare-visitor-manatee/
  141. https://www.researchgate.net/publication/275829739_A_historical_review_of_records_of_the_West_Indian_manatee_and_the_American_Crocodile_in_the_Dutch_Antilles
  142. a et b http://manatipr.org/wp-content/uploads/2018/09/SullivanMignucci2012SC.pdf
  143. (en) Référence UICN : espèce Monachus tropicalis
  144. Antonio A. Mignucci-Giannoni, « Tropical and subtropical records of hooded seals (Cystophora Cristata) dispel the myth of extant Caribbean monk seals (Monachus tropicalis) », Bulletin of Marine Science, vol. 68,‎ , p. 47-58 (lire en ligne)
  145. a et b https://www.car-spaw-rac.org/Lifeweb-project-on-marine-mammals-corridors-996
  146. Site web du projet CARI'MAM/Mammifères de la Caraïbe par le CAR-SPAW
  147. https://www.fisheries.noaa.gov/southeast/marine-life-distress/2018-2020-bottlenose-dolphin-unusual-mortality-event-southwest
  148. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0013935119307054?via%3Dihub
  149. https://bren.ucsb.edu/projects/whales-vessels-and-fish-economic-valuation-whale-watching-and-marine-spatial-planning
  150. http://www.souffleursdecume.com/docs/Mayol%20et%20al.%202015%20FINAL_reed2016.pdf
  151. https://www.car-spaw-rac.org/IMG/pdf/brochure_04_guidelines_for_marine_mammal_watching_in_the_wider_caribbean_region-english_version.pdf
  152. Carte interactive Lifeweb
  153. https://bdj.pensoft.net/article/69022/
  154. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/zoo.20383
  155. a et b http://www.car-spaw-rac.org/IMG/pdf/Ship_Strikes_Report_FINAL-July25.pdf
  156. https://iwc.int/private/downloads/-5FliP-kQ3WkXGrw3VRSug/SC-63-Rep1.pdf
  157. https://iwc.int/html_76
  158. a b c d e f g h i j k l m n o p et q https://www.car-spaw-rac.org/IMG/pdf/s8vcb6_h.pdf
  159. https://wedocs.unep.org/bitstream/handle/20.500.11822/31068/MMAP_ActPln-en.pdf?sequence=1&isAllowed=y
  160. https://www.car-spaw-rac.org/IMG/pdf/Puerto_Rico_Meeting_Report-final.pdf
  161. Stellwagen Sanctuary, Sisters Sanctuaries
  162. a et b LifeWeb-Spain UNEP-CEP Meeting on Scenarios for Transboundary Marine Mammal Management in the Wider Caribbean” 23th - 24th of April 2014 in San Juan, Puerto Rico
  163. Marine Marine Mammal Conservation Corridor for Northern South America (MaMa CoCo Sea) Follow-Up Workshop Introduction
  164. Marine Mammal Conservation Corridor for Northern South America Follow-Up Workshop Proceedings 18-20 March 2013, Paramaribo, Suriname
  165. https://www.car-spaw-rac.org/?Le-projet-CARIMAM
  166. Ninth Meeting of the Scientific and Technical Advisory Committee (STAC) to the Protocol Concerning Specially Protected Areas and Wildlife (SPAW) in the Wider Caribbean Region, Recommandation XI.8
  167. a et b Sanctuaire Agoa (site officiel)
  168. « Yarari Sanctuary established », sur DCNA
  169. « St. Eustatius joins Yarari Sanctuary », sur Save Our Sharks
  170. « St. Eustatius joins Yarari Sanctuary », sur Dutch Caribbean Biodiversity Database
  171. « Santuario de Mamíferos Marinos – Bancos de la Plata y de la Navidad » [archive du 21 de febrero de 2015], sur Eco Hispaniola (consulté le )
  172. Santuario de los Bancos de La Plata y La Navidad 478071
  173. « Las Ballenas Jorobadas en el Banco de la Plata », sur Puertoplata.com
  174. « EEZ Declared A Marine Mammal Sanctuary », sur Bernews.com
  175. « Marine sanctuary declared for marine mammals », sur The Royal Gazette

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Rapports institutionnels[modifier | modifier le code]

Bilans nationaux et principales campagnes[modifier | modifier le code]

Suivis des échouages[modifier | modifier le code]

Bases de données taxinomiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]