César Laurent de Chastellux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chastellux.

César Laurent de Chastellux
Titre 8e Comte de Chastellux[1]
(1814-1854)
Prédécesseur Henri, 7e comte de Chastellux
Successeur Henri-Louis de Chastellux
Arme Cavalerie
Grade militaire Maréchal de camp
Commandement Chasseurs de la Côte-d'Or
Conflits Campagne des Cent-Jours
Campagne d'Espagne (1823)
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Autres fonctions Gentilhomme de la Chambre du roi[1]
Biographie
Dynastie Maison de Beauvoir-Chastellux
Naissance
Versailles
Décès (à 74 ans)
Château de Chastellux
Père Henri, 7e comte de Chastellux
Mère Angélique Victoire de Durfort-Civrac

Orn ext Comte (baron-pair) OLH.svg
Blason fam fr de Beauvoir-Chastellux.svg

César Laurent, 8e comte de Chastellux (Versailles, Château de Chastellux (Chastellux-sur-Cure, Yonne), ), est un militaire et homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

César Laurent de Chastellux était issu de l'ancienne et illustre famille de Beauvoir-Chastellux, dont l'origine remonte au temps des croisades. Il naquit à Versailles en 1780[2].

Il suivit ses parents qui accompagnèrent à Rome Mesdames Victoire et Adélaïde, tantes de Louis XVI, lorsque celles-ci émigrèrent par suite des troubles révolutionnaires[2].

Il entra au service du royaume de Sicile en 1801, devint adjudant-général, sous-chef d'état-major en 1810, rentra en France à cette époque et vécut dans la retraite[2].

Après la restauration du trône des Bourbon, Louis XVIII le chargea, en 1814 d'organiser la garde nationale à cheval de Paris[2]. Chastellux fut créé colonel de cette légion et aide-major des chevau-légers du roi[2].

Sorti de France pendant les Cent-Jours, M. de Chastellux passa en Piémont avec M. le marquis d'Osmond, qui, étant à Turin pour le roi, en , le chargea d'une mission importante auprès de S. A. R. Mgr. le duc d'Angoulême, qu'il eut ordre de joindre à son quartier-général dans le Midi[3], et fut nommé, à la seconde Restauration, colonel des chasseurs de la Côte-d'Or (ci-devant 8e)[4].

Président du collège électoral du département de l'Yonne le [3], il fut élu, le 13 novembre de la même année, député de l'Yonne, au collège de département, par 140 voix sur 180 votants. Il prit place à droite, fut réélu, le par 144 voix sur 170 votants (après avoir été nommé, le 6 septembre, président du collège départemental[3]), et promu au grade de maréchal de camp le 13 décembre suivant[4]. Il prêta serment la même année, comme gentilhomme de la chambre du roi[3].

Le comte de Chastellux fit avec « distinction[4] » la campagne d'Espagne (1823) où il commandait la cavalerie du 5e corps de l'armée d'Espagne, sous les ordres du maréchal Lauriston[2]. Il fit le service de la tranchée au siège de Pampelune avec les généraux d'infanterie. Dirigé vers Saragosse, il atteignit le général Evaristo Fernández de San Miguel (es) à Tramaced, et, avec des forces très inférieures, le culbuta et le fit prisonnier[2]. Le 23 novembre suivant, le comte de Chastellux reçut l'autorisation de porter la plaque de 4e classe de l'ordre royal et militaire de Saint-Ferdinand, que le roi d'Espagne lui avait accordée en considération de ses services pendant cette campagne[3] et il fut nommé, en , chevalier de l'ordre des Saints-Maurice-et-Lazare du royaume de Sardaigne.

Rentré en France, il commanda une brigade au camp de Lunéville, et fut nommé, en 1826, inspecteur général de cavalerie[2].

Élevé à la pairie, le [4], il protesta en 1830 contre le changement de dynastie[2], refusa de prêter au gouvernement de Juillet le serment exigé par la loi du 31 août 1830, il donna sa démission de pair et d'officier général[4] et se retira dans ses domaines de Chastellux-sur-Cure dans l'Yonne, où il est mort en 1854[2].

Sans postérité masculine, c'est son frère cadet, Henri-Louis de Chastellux (1786-1863), 1er duc de Rauzan-Duras, qui hérita du titre de comte[1].

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

César Laurent de Chastellux
Fonctions
Député de l'Yonne à la Chambre des députés
Élection
Réélection
Législature IIe législature
Membre de la Chambre des pairs
Monarque Louis XVIII de France
Charles X de France
Président du Conseil général de l'Yonne
Biographie
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Droite
Profession Officier général
Résidence Château de Chastellux
Liste des députés de l'Yonne
Liste des conseillers généraux de l'Yonne

Titres[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur Chevalier de Saint-Louis Chevalier de l'Ordre de Saint-Ferdinand d'Espagne Chevalier de l'ordre des Saints-Maurice-et-Lazare
Drapeau du Royaume de France Royaume de France 
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne 
Drapeau du Royaume de Sardaigne Royaume de Sardaigne 

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'azur, à la bande d'or, acc. de sept billettes du même, trois de chaque côté de la bande et une au canton senestre du chef[7],[5],[8].

Ascendance & postérité[modifier | modifier le code]

César Laurent de Chastellux était le fils aîné de Henri-Georges-César, 7e comte de Chastellux et d'Angélique Victoire de Durfort-Civrac, fille de Jacques Aimeric Joseph de Durfort (1716-1787), duc de Civrac. Il avait pour frères et sœurs :

  1. Une sœur (Versailles, 11 février 1774 - Versailles, 4 avril 1778) ;
  2. Emeric (Versailles, 14 janvier 1775 - Versailles, 8 février 1777) ;
  3. Anne (Versailles, 26 février 1776 - Versailles, 8 août 1777) ;
  4. Agathe (Versailles, 3 janvier 1778 - Meudon, 10 avril 1779) ;
  5. Louise Pauline (1781 - 4 mai 1857), mariée, le 21 août 1814, avec Joseph Élisabeth Roger de Damas d'Antigny (1765-1823), comte de Damas, lieutenant-général et député de la Côte-d'Or et de la Haute-Marne, dont postérité ;
  6. Gabrielle Joséphine (Versailles, 11 février 1783 - Paris Ier, 14 août 1820), mariée, le 24 mai 1817, avec Jean-Baptiste de Percin de Montgaillard (1767-1846), marquis de La Valette, sans postérité ;
  7. Henri-Louis (Versailles, 28 février 1786 - Paris VIIIe, 3 mars 1863), 1er duc de Rauzan-Duras, etc., marié, le 30 août 1819, avec Clara de Durfort (1799-1863), dont postérité ;
  8. Victoire Georgine (Meudon, 19 octobre 1790 - Harfleur, 24 septembre 1871), mariée, le 21 novembre 1813 à Paris Xe, avec Charles Angélique François Huchet de La Bédoyère (1786-1815), dont postérité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Roglo 2012.
  2. a b c d e f g h i et j Mullié 1852, p. 307.
  3. a b c d e f et g Courcelles 1826, p. 142.
  4. a b c d et e Robert & Cougny 1890, p. 68.
  5. a et b Velde 2005, p. Lay peers.
  6. Base Léonore.
  7. Rietstap 1884-1887.
  8. Courcelles 1826, p. 145.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.