César-Henri Boscal de Réals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

César-Henri Boscal de Réals
César-Henri Boscal de Réals

Surnom Chevalier de Réals
Naissance
à Rochefort
Décès 1795 ou 1796 (à 72 ou 73 ans)
à Daoulas
Origine Français
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Chef d'escadre
Années de service 1741-1782
Conflits Guerre de Sept Ans
Guerre d'indépendance des États-Unis
Distinctions Chevalier de Saint-Louis
Chevalier de Cincinnati
Famille Boscal de Réals

de gueules au chêne d'argent surmonté d'une fleur de lys d'or

César-Henri Boscal de Réals, dit le « chevalier de Réals[1] », né le à Rochefort et mort le ou le à Daoulas dans le Finistère, est un officier de marine français du XVIIIe siècle. Il sert dans la Marine royale pendant la guerre d'indépendance des États-Unis et termine sa carrière avec le grade de chef d'escadre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Boscal de Réals.

César-Henri Boscal est le fils de Pierre-Charles Boscal de Réals (1680-1752) et de sa deuxième femme, Anne Legoux (né v. 1695). Ses deux parents se marient le 12 juin 1715 à La Rochelle. Il descend des Boscal de Réals, une famille de la noblesse saintongeaise[2] ayant fourni un grand nombre d'officiers à la Royale depuis plusieurs générations. Son père et son grand-père, Charles-César Boscal de Réals (1645-1697), servent dans la Marine royale et parviennent tous deux au grade de capitaine de vaisseau.

Carrière dans la Marine royale[modifier | modifier le code]

Il entre à son tour dans la Marine royale et intègre une compagne de gardes de la Marine en 1741, à l'âge de 17 ans. Il connaît la carrière classique des jeunes officiers issus de la noblesse. Fait chevalier de Saint Louis en 1760[3], il est promu capitaine de vaisseau en 1771. Pendant la guerre d'indépendance des États-Unis, il participe à plusieurs combats sous les ordres du comte d'Orvilliers, ce qui lui vaudra d'être admis dans l'Ordre de Cincinnatus. Le 27 juillet 1778, à la bataille d'Ouessant il commande le vaisseau le Palmier, de 74 canons, dans l'avant-garde de la flotte placée sous les ordres du comte d'Orvilliers. L'issue du combat est indécise. L'année suivant il reçoit le commandement du Conquérant (80)[3]. Il est promu au grade de chef d'escadre au département de Brest en 1781. Il reçoit en 1782 une pension de 3 600 livres sur le Trésor royal.

Il est initié à la franc-maçonnerie dans les années 1740-1750 et participe à la fondation de La Loge de la Marine en 1775 à Brest[4].

Sous la Révolution française, il est emprisonné à Landerneau, puis gardé à vue à Daoulas où il meurt le [5] ou le [4], à l'âge de 72 ou 73 ans.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse en 1762 Marie Josèphe Mortier de Longchamps. De cette union naissent

  • Charles-Marie-Henri Boscal de Réals,capitaine au régiment de Bresse
  • Élise, mariée à N. de Parfoun
  • Marie Françoise mariée à N. de Vallongue

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À partir de 1760, date de son admission dans l'Ordre de Saint-Louis
  2. Louis de La Roque écrit : « La famille de Boscal désignée dans divers auteurs nous les noms de Bousquat, Bousquet et Bscal est originaire du diocèse de Béziers ou elle a possède très anciennement la terre de Réals, située dans la commune de Murviel. Elle fut maintenue dans sa noblesse en Languedoc par jugement souverain de M. de Bezons du 6 oct. 1670 (Armor. de Languedoc I, 99). Deux branches de cette famille ont été maintenues dans les généralités de Bordeaux et de La Rochelle le 15 sept. 1610 et le 5 nov. 1699 devant MM. Begon et d'Aguesseau. La filiation authentique est établie depuis Guy Boscal de Reals vivant en 1352 […]. » Louis de La Roque, 1861, p. 7-9
  3. a et b de La Jonquière 1996, p. 249
  4. a et b Dictionnaire des marins francs-maçons, p. 76
  5. geneanet.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian de La Jonquière, Officiers de Marine aux Cincinnati, Éditions de Poliphile,
  • Christian de La Jonquière, Les Marins français sous Louis XVI : guerre d'indépendance américaine, Muller, , 294 p., p. 249
  • Louis de La Roque, Annuaire historique et généalogique de la province de Languedoc, Paris, E. Dentu, , 144 p., p. 7-9
  • Association ponantaise d'histoire maritime, Dictionnaire des marins francs-maçons, gens de mer et professions connexes aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles : travaux de la loge maritime de recherche La Pérouse, Éditions L'Harmattan, , 571 p. (lire en ligne), p. 76

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]