Céphalée de tension

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Céphalée de tension
Classification et ressources externes
CIM-10 G44.2
CIM-9 307.81, 339.1
DiseasesDB 12554
MedlinePlus 000797
MeSH D018781
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Une céphalée de tension est un type particulier de maux de tête, souvent chronique, non pulsatiles (contrairement aux migraines). Elle peut avoir différentes origines, due à des problèmes musculaires et squelettiques cervicaux, psychosomatique ou encore liée au stress[1]. Les mécanismes de la céphalée de tension restent mal connus. Cependant, une origine multi-factorielle (combinaison de causes) est orientée, avec des mécanismes différents entre les céphalées de tension peu fréquentes ou fréquentes et les céphalées de tension chroniques[2].

Description[modifier | modifier le code]

Les céphalées de tension sont des maux de tête se manifestant par une douleur, au niveau de la nuque, des zones temporales, ou du front, pouvant se manifester en casque, en barre horizontale… Elles peuvent apparaître des deux côtés de la tête (bilatérales), ou sur un seul côté. Ces céphalées peuvent être épisodiques ou chroniques. Contrairement aux migraines, elles sont en général non pulsatiles.

Causes[modifier | modifier le code]

Plusieurs causes combinées (c'est-à-dire la combinaison de plusieurs facteurs ou modèle multi-factoriel) seraient à l'origine des céphalées de tension (CT)[3] : des facteurs musculaires ou posturaux (dans le cas des CT épisodiques peu fréquentes), des épisodes de stress psychologique répétés + réactivité musculaire (dans le cas des CT épisodiques fréquentes) et un dysfonctionnement du système nerveux central (dans le cas des CT chroniques), mais selon certains médecins, la CT chronique serait une forme compliquée d'une CT épisodique mal maîtrisée initialement[4]).

Précisons ces causes : des troubles psychosomatiques liés au stress (professionnel, familial) et liés à une angoisse (qui renforcerait la CT). Cette angoisse serait elle-même causée ou liée, par exemple, à des traumatismes passés, plus ou moins graves ou répétitifs. Certains facteurs moduleraient la manifestation « l'intensité » de la céphalée de tension[5] : des facteurs internes propres à l'individu (l'état de stress, période particulière du cycle hormonal) et des facteurs environnementaux (rythme de vie, facteurs climatiques).

D'autres causes ont été fréquemment observées telles que des abus médicamenteux[6],[7]. Il est alors question de « céphalées de rebond ». Le patient augmente régulièrement ses doses de médicaments antalgiques ou analgésiques, pour soulager ses souffrances. À la longue, il dépasse les doses prescrites et devient alors dépendant à ses médicaments. Et dès qu'il tente de se sevrer, il est pris de violentes céphalées de tension. Ce qui l'oblige alors à augmenter, sans cesse, ses doses de médicaments, pour éviter le retour de la douleur (voir sevrage et dépendance).

Les causes physiologiques incluent :

Une autre cause diverse rare et très rare notamment l'hydrocéphalie associées des céphalées de tension (cas rares), les céphalées de tension seraient mises sur le compte de la pression excessive du liquide céphalo-rachidien sur le cerveau[15].

Syndrome de sensibilité centrale[modifier | modifier le code]

Selon certains médecins, les céphalées de tension semblent avoir des relations avec d'autres syndromes (Fibromyalgies, Côlon irritable, Fatigue Chronique…) au point d'être affublées d'une dénomination commune: "Central Sentivity Syndromes" (CSS) [16].

Pour ces médecins comme pour d’autres, il y aurait un dérèglement durable de certaines fonctions cérébrales (au niveau du système de gestion de la douleur) au sein système nerveux central qui conduirait à ces maladies (dont les céphalées de tension chroniques).

Conséquences sociales[modifier | modifier le code]

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS)[1], elles peuvent être invalidantes dans leur forme chronique. Le docteur Lantéri-Minet, indique dans son livre[17] qu'on[Qui ?] évalue « la gravité d’une maladie en fonction de l’importance de la qualité de vie qu’elle induit. À ce titre, la céphalée de tension peut être une maladie grave, notamment chez les sujets souffrant d’une forme épisodique et, à fortiori, chronique ».

Les conséquences sociales des céphalées de tension chroniques sont multiples[18],[19],[20] : absentéisme professionnel, angoisse, agressivité, dépression, anxiété et difficultés pour les études.

Les céphalées de tension, en particulier chroniques ont un retentissement sur l'activité professionnelle, principalement en augmentant l'absentéisme et provoquant une perte de productivité, ainsi des études[21],[22] ont montré que 60 % des malades souffrant de CT ont connu une incapacité de travailler ; et 64 % ont connu une réduction de leurs performances professionnelles.

Les céphalées de tension ont des taux de mortalité et de morbidité nuls, mais peuvent être à l'origine de dépressions graves[23].

Traitements[modifier | modifier le code]

Médicaments[modifier | modifier le code]

Se basant sur l'hypothèse généralement admise d'une origine psychosomatique à la plupart des céphalées de tension, les céphalées de tension sont alors en général traitées par des médicaments psychotropes tels que antidépresseurs dont les effets partiellement anti-douleur sont utilisés, les antiépileptiques, dont l'effet antalgique sur les douleurs neuropathiques ou « neurogènes » ont été constatées et les neuroleptiques. Pour qu'ils fassent effet, ils doivent être alors souvent pris pendant une période plus ou moins longue. Les effets psychologiques et physiologiques de ces derniers sont souvent loin d'être négligeables. Ils peuvent provoquer des troubles sexuels, une prise de poids, une certaine somnolence, des pertes de vigilance et de concentration, donc ayant des effets dangereux pour certains métiers (tels que conducteurs, pilotes) requérant toute l'attention de l'employé. Le traitement de première ligne est l'amitriptyline, tandis que la mirtazapine et la venlafaxine peuvent être des options de seconde ligne[24].

Se basant sur l'hypothèse d'une cause musculaire péri-crânienne aux céphalées de tension, certains médecins explorent la voie des injections péri-crâniennes de Botox (nom commercial de la toxine botulique), un paralysant musculaire[25]. Le traitement par le Botox pose un certain nombre de problèmes. Celui-ci requiert de trouver la localisation précise du point à l'origine la douleur, situé souvent dans une zone plus ou moins étendue et en général uniformément douloureuse, l'estimation de la dose réelle à injecter pour relaxer totalement le muscle contracté, impliqué dans la sensation douloureuse et la toxicité du produit. Le risque que la tête ne puisse être plus soutenue ou être tournée de gauche à droite ou de bas en haut, à cause de la paralysie de certains muscles. Les injections doivent être faites progressivement, lors d'un protocole se déroulant sur plusieurs séances[réf. nécessaire]. L'efficacité d'un tel traitement n'est pas démontrée[26].

Ces médicaments ne peuvent être délivrés que sur ordonnance médicale[réf. nécessaire].

Psychosomatiques[modifier | modifier le code]

Les traitements psychosomatiques dont l'efficacité reste à prouver scientifiquement. Les psychothérapies, en particulier les psychothérapies comportementales peuvent être utilisées. Avec celles-ci, le praticien essaye, le plus souvent, lors d'une sorte d'enquête policière, de trouver les évènements survenus au patient ou les comportements inappropriés de ce dernier, qui seraient à l'origine du déclenchement des céphalées de tension. Un changement de contexte environnemental (professionnel, familial, psychologique…) dans lequel vit le patient, a pu être à l'origine, dans certains cas, de la disparition totale des céphalées de tension, vécues souvent par le patient, durant des années.

L'hypnose repose sur une relation de confiance entre le patient et le praticien, le patient se reposant plus ou moins totalement sur la pratique du praticien. Elle permet souvent de mieux localiser la zone douloureuse, voire de découvrir d'autres zones douloureuses, normalement faiblement ressenties. La sophrologie peut également être une solution[réf. nécessaire].

L'acupuncture semble avoir une certaine efficacité, du moins à court terme[27].

Ces techniques ont de l'effet sur les céphalées de tension épisodiques peu fréquentes à fréquentes et peu d'effet sur les céphalées de tension chroniques[réf. nécessaire].

Mécaniques[modifier | modifier le code]

Des traitements mécaniques comme la kinésithérapie, l'ostéopathie et le massage sont destinés soit à soulager la compression supposée de certaines vertèbres sur certains nerfs, soit à relaxer. Il existe d'autres techniques supposées soulager les patients telles que la cryothérapie, les techniques de relaxation (biofeedback, yoga, training autogène), la chiropractie, les bandeaux compressifs et les ondes électromagnétiques (ondes courtes en mode pulsé).

Le sport (pour ses effets anti-douleur, rôle des endomorphines naturelles, surtout dans le cadre du sport de haut niveau). Les impulsions électriques (électrothérapie), parfois couplées avec la diffusion d’ions calcium et magnésium à travers l'épiderme.

D'autres traitements mécaniques incluent la fibrolyse par crochetage[28], la physiothérapie, (gymnastique posturale)[29] et l'ultrasonothérapie (ultrasons)[30].

Ces techniques ont de l'effet sur les céphalées de tension épisodiques peu fréquentes à fréquentes et peu d'effet sur les céphalées de tension chroniques. Les résultats obtenus restent souvent aléatoires ou fragiles[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b voir Céphalées de tension, Organisation Mondiale de la Santé (WHO - OMS)
  2. Docteur Michel Lantéri-Minet, Céphalées de tension, MEDI-TEXT Éditions, 2009, page 14.
  3. Michel Lantéri-Minet, ibid, pages 32 & 33
  4. Lanteri-Minet, ibid, page 15
  5. Lanteri-Minet, ibid, page 15
  6. Céphalées chroniques quotidiennes de l'adulte, Dominique Valade (Centre d'urgences des céphalées, Hôpital Lariboisière, Paris), Médecine. Volume 2, Numéro 5, 211-4, mai 2006, Stratégies, http://www.jle.com/fr/revues/medecine/med/e-docs/00/04/19/3A/article.md
  7. Recommandations pour la pratique clinique : CCQ (Céphalées chroniques quotidiennes) : Diagnostic, Rôle de l’abus médicamenteux, Prise en charge, Synthèse des recommandations, ANAES, septembre 2004, http://www.has-sante.fr/portail/types/FileDocument/doXiti.jsp?id=c_451076
  8. Céphalées et cervicalgies, Entretien avec le Dr D. Valade (Chef de service du Centre d'Urgence des Céphalées à l'hôpital Lariboisière à Paris), Propos recueillis par le Dr P. Sichère. Synoviale, mai 2006, N° 151, http://www.medspe.com/site/templates/template.php?identifiant_article=3203&surlignage=5&PHPSESSID=ad
  9. Relation étroite entre les maux de tête et les désordres temporomandibulaires, Olivier Bédard, Maxime Vézina, Jean-Sébastien Dionne sous la direction de Dr Jean-Paul Goulet, Faculté de médecine dentaire de l’Université Laval (Québec), http://www.google.fr/search?hl=fr&q=C%C3%A9phal%C3%A9e+de+tension+bruxisme&btnG=Recherche+Google&meta=
  10. Bruxisme, Gérard Quilliou Paris 75015, MCS-Dentaire, groupe de travail sur les douleurs et les dysfonctions inhérentes à un déséquilibre mandilo-postural http://www.mcs-dentaire.fr/Praticiens/_BuxismePrat.html
  11. Aicadi J., Diseases of the nervous system in childhood. Clin Dev Med 1992;115/118:1132-5, puis Mac Keith Press, Cambridge, 1998, page 647-52
  12. Urgences pédiatriques: Vol. 1 / Pathologies : clinique, examens, stratégies, gestes. par Philippe Labrune, Denis Oriot, Bernard Labrune, Gilbert Huault, Éditeur Estem, 2004, page 675
  13. DESCRIPTION CHIARI. Quels sont les symptômes ?, http://syringomyelie.free.fr/index.php?mod=syringo&ac=chiari
  14. La névralgie d’Arnold, Un diagnostic parfois trop facile, un traitement pas si simple, Dr Maurice Bensignor (Clinique Viaud, Nantes), Le médecin généraliste et la douleur, n°1 septembre 2000, www.institut-upsa-douleur.org/UserFiles/IGWSIUD/File/MG_douleur/mg_douleur_01.pdf
  15. [PDF] Neuropédiatrie DCEM, Module Intégré 4 "Tête et Cou", Les Céphalées Récidivantes de l’Enfant, Dr François Rivier (UFR de Médecine - Université Montpellier I, Service de Neuropédiatrie - Hôpital Gui de Chauliac), www.med.univ-montp1.fr/Enseignement/cycle_2/MID/Ressources_locales/Neuro/MID_neurologie_item_188_190_235.pdf
  16. Central Sensitivity Syndromes : A New Paradigm and Group Nosology for Fibromyalgia and Overlapping Conditions, and the Related Issue of Disease versus Illness. Seminars in arthritis and rheumatism. 2008, vol. 37, no6, pp. 339-352. [14 page(s)]. Mohamed B. Yunus (Section of Rheumatology, The University of Illinois, College of Medicine at Peoria, Peoria, Illinois, ETATS-UNIS)
  17. Céphalées de tension, MEDI-TEXT Éditions
  18. MICHEL P., AURAY JP, CHICOYE A, DARTIGUES JF, LAMURE M, DURU G., SALAMON R et le GRIM. Prise en charge des migraineux en France: coût et recours aux soins. J Économie Med 1993 11: 71-80
  19. MICHEL P., DARTIGUES JF, LINDOULSI A, HENRY P. Loss of productivity and quality of life in migraine sufferers among French workers: results from the GAZEL cohort. Headache 1997 37: 71-78
  20. Étude de la qualité de vie des migraineux, P. MICHEL, P. HENRY, www.ammppu.org/abstract/cephalees_quotidiennes_recommandations_06.pdf
  21. Lanteri-Minet, ibid, page 43
  22. Rasmussen BK. Cephalalgia 1999; 19 (suppl 25:20-23
  23. Lanteri-Minet, ibid, page 60
  24. (en) Bendtsen L, Jensen R, « Treating tension-type headache — an expert opinion », Expert Opin Pharmacother, vol. 12, no 7,‎ mai 2011, p. 1099–109 (PMID 21247362, DOI 10.1517/14656566.2011.548806)
  25. Botulinum for Tension Headaches - Does It Do Any Good ? : A Viewpoint, From Charles P. Vega, MD, FAAFP (09/12/2006), Cephalalgia. 2006;26:790-800, http://www.medscape.com/viewarticle/544117
  26. Jackson JL, Kuriyama A, Hayashino Y, Botulinum toxin A for prophylactic treatment of migraine and tension headaches in adults: A meta-analysis, JAMA, 2012;307:1736-1745
  27. Linde K, Allais G, Brinkhaus B, Manheimer E, Vickers A, White AR, Acupuncture for tension-type headache, Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 1. Art. No.: CD007587. DOI: 10.1002/14651858.CD007587
  28. Technique de mobilisation du tissu conjonctif à l’aide d’un instrument calibré, le crochet, reposant sur l'hypothèse que certaines céphalées seraient liées à des adhérences, par exemple adhérence cicatricielle, génératrices d'inflammation.
  29. synthèse de postures actives, de culture physique traditionnelle, de stretching (étirements), de postures de yoga, etc.
  30. Ultrasons thérapeutiques de haute fréquence (1 et 3 MHz) ou thérapie ultrasonore, utilisés pour leurs possibles vertus antalgiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages

Dans le monde, il n'existe pratiquement pas d'ouvrages scientifiques ou de vulgarisation, uniquement consacrés aux céphalées de tension. Citons quand même :

  • Céphalées de tension, Dr Michel Lantéri-Minet, Éditions MEDI-TEXT, 2009, 74 pages (le 1er ouvrage de vulgarisation, sur la question, publié en France).
  • Tension Headache - A Medical Dictionary, Bibliography, and Annotated Research Guide to Internet References, JAMES N. PARKER, M.D. & PHILIP M. PARKER, PH.D., ICON Health Publications, http://www.ebookmall.com/ebook/193608-ebook.htm (cet ouvrage électronique, au format PDF, n'est essentiellement qu'une compilations de liens URL sur des textes _ souvent anciens _ consacrés aux céphalées de tension).
Articles généralistes

Liens externes[modifier | modifier le code]