Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.

Céline Pina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Céline Pina, née en , est une femme politique, chroniqueuse et essayiste française.

Biographie

Après un diplôme en sciences politiques et un diplôme d'études approfondies (DEA) d'administration publique à l'Institut d'études politiques de Grenoble, Céline Pina part à Paris faire un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de gestion des collectivités locales[1].

Après avoir travaillé au sein de diverses collectivités territoriales, soit dans l'administration soit en cabinet — notamment auprès du maire de Pontoise et de celui des Mureaux —, elle est pendant sept ans assistante parlementaire au Sénat, puis à l'Assemblée nationale jusqu'à fin janvier 2016. À la suite de vingt ans de militantisme au sein du Parti socialiste (PS), elle est élue pour la première fois en 2008 adjointe au maire de Jouy-le-Moutier dans le Val-d'Oise et, jusqu'en 2015, conseillère régionale d'Île-de-France[2][source insuffisante],[3]. De 2012 à 2017, elle est la suppléante du député Dominique Lefebvre[4].

Céline Pina accède à la notoriété en 2015, en dénonçant un « salon de la femme musulmane » organisé à Pontoise[3].

En avril 2016, Celine Pina dénonce, dans son premier livre, Silence coupable, les compromissions des élus vis-à-vis de l'islamisme[5]. En réaction aux attentats terroristes et notamment à ce qu'elle nomme « l'assassinat politique de Charlie Hebdo », elle crée avec Fatiha Boudjahlat le mouvement Viv(r)e la République[3].

Publication

Références

  1. aref.org
  2. « Entretien avec Céline Pina », Newspress.fr, (consulté le 24 mars 2018).
  3. a b et c Isabelle Racine, « Orléans : naissance d'un comité local Viv(r)e la République », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 28 mars 2018).
  4. « Camping-car militant pour Dominique Lefebvre », Le Parisien, (consulté le 23 mars 208).
  5. « Céline Pina : "J'ai été traitée d'islamophobe et de raciste par ma famille politique" », lepoint.fr, 15 avril 2016.

Liens externes