Céline Pina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Céline Pina
Description de cette image, également commentée ci-après
Céline Pina en 2016.
Naissance
Nationalité française
Activité principale
salariée de collectivités locales, assistante parlementaire
Autres activités
conseillère régionale, adjointe au maire, députée suppléante, essayiste
Formation
DESS de gestion des collectivités locales
Conjoint
Pierre Bouchacourt

Céline Pina née en 1970, est une femme politique, chroniqueuse et essayiste française, principalement connue pour sa critique de l'islamisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un diplôme en sciences politiques et d'un diplôme d'études approfondies (DEA) d'administration publique à l'Institut d'études politiques de Grenoble, Céline Pina part à Paris faire un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de gestion des collectivités locales.

Après avoir travaillé au sein de diverses collectivités, soit dans l'administration soit en cabinet — notamment auprès du maire de Pontoise et de celui des Mureaux —, elle est pendant sept ans assistante parlementaire au Sénat, puis à l'Assemblée nationale jusqu'à fin janvier 2016. À la suite de vingt ans de militantisme au sein du parti socialiste (PS), elle est élue pour la première fois en 2008 adjointe au maire de Jouy-le-Moutier dans le Val-d'Oise et, jusqu'en 2015, conseillère régionale de l’Île-de-France[1]. De 2012 à 2017, elle est la suppléante du député Dominique Lefebvre[2].

Prises de position contre l’islamisme[modifier | modifier le code]

Elle se fait connaître en 2015 lorsqu'elle dénonce publiquement la tenue du Salon de la femme musulmane[3], à Pontoise, qui accueille des prédicateurs salafistes promettant « aux femmes coquettes et parfumées » un « châtiment atroce » et leur enjoignent de « se voiler pour éviter le viol ici-bas, et l'enfer dans l'au-delà ».

Son témoignage est relayé par la presse nationale, et embarrasse le PS. Quelques jours plus tard, Rachid Temal, premier secrétaire fédéral du Val-d'Oise et tête de liste aux régionales, la menace d'expulsion. Son combat en faveur de la laïcité n'est pas soutenu au sein de sa famille politique qu'elle finit par quitter. Elle est y violemment attaquée, qualifiée d'« islamophobe », de « raciste », et accusée de « faire le jeu du FN »[4],[5],[6].

Aujourd'hui sans mandat politique, elle continue de s'intéresser « particulièrement aux questions touchant à la laïcité, à l’égalité, au droit des femmes, à la santé et aux finances sociales[7] ».

En avril 2016, en réaction aux attentats terroristes et notamment à ce qu'elle nomme « l'assassinat politique de Charlie Hebdo », elle crée avec Fatiha Boudjahlat — enseignante et ex-cadre du MRC[8] — le mouvement citoyen, laïque et républicain Viv(r)e la République[9].

Toujours en 2016, elle publie le livre Silence coupable, dans lequel elle dénonce le déni de la classe politique face à la progression du salafisme et le comportement de certains élus locaux qu'elle accuse de pactiser avec les islamistes au mépris de la laïcité[10],[11].

En mars 2018, elle signe « L'appel des 100 intellectuels contre le "séparatisme islamiste" » aux côtés d’Alain Finkielkraut, Bernard Kouchner, Luc Ferry, Françoise Laborde ou encore Élisabeth Lévy[12]. En avril, elle signe le « manifeste contre le nouvel antisémitisme » paru dans Le Parisien[13].

Publication[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Entretien avec Céline Pina », Newspress.fr, (consulté le 24 mars 2018).
  2. « Camping-car militant pour Dominique Lefebvre », Le Parisien, (consulté le 23 mars 208).
  3. « Céline Pina : «Deux ans après Charlie Hebdo, toujours et encore le même déni» », Le Figaro, (consulté le 23 mars 2018).
  4. lefigaro.fr/vox/politique/-l-affaire-celine-pina-revelatrice-des-nouvelles-fractures-de-la-gauche.php Voir sur lefigaro.fr..
  5. Voir sur lefigaro.fr.
  6. Voir sur lepoint.fr.
  7. « Céline Pina », sur huffingtonpost.fr (consulté le 19 juillet 2018).
  8. Ghislain de Violet, « La République à l'heure du "grand détournement" », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018)
  9. Isabelle Racine, « Orléans : naissance d'un comité local Viv(r)e la République », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 28 mars 2018).
  10. Voir sur marianne.net.
  11. Voir sur huffingtonpost.fr.
  12. Voir sur lepoint.fr.
  13. « Manifeste contre le nouvel antisémitisme », sur leparisien.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]