Célestine Ouezzin Coulibaly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Célestine Ouezzin-Coulibaly
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Sénateur de la Communauté
Member of the National Assembly of Burkina Faso
Biographie
Naissance

Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom de naissance
Macoucou Traoré
Nationalités
Activité
Conjoint
Ouezzin Coulibaly (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Thomas D. Ouezzin Coulibaly, André Ouezzin Coulibaly, Hélène Vierra, Berthe Diarra, Clément Ouezzin Coulibaly, Jeanette Ouezzin Coulibaly et

Rosan Ouezzin Coulibaly

Célestine Ouezzin Coulibaly née vers 1910, est une femme politique burkinabé qui participa activement à la lutte pour l'indépendance de la Haute-Volta et occupa des responsabilités politiques après celle-ci.

Biographie[modifier | modifier le code]

Célestine Ouezzin Coulibaly, dont le nom de naissance est Macoucou Traoré, naît en 1914 en Côte-d'Ivoire. Son père, Balla Traoré, est chef du Canton de Sindouh et sa mère , Djima Sanogo. Il est polygame et Macoucou grandit dans une famille de 39 enfants nés de 21 femmes[1]. Elle suit des études et devient institutrice[2]. Elle épouse en 1930 Daniel Ouezzin Coulibaly avec qui elle se convertit au christianisme et se fait baptiser en 1931. À cette occasion elle change son prénom et prend ceux de Célestine Marie Marthe[1]. Son époux est, avec Félix Houphouët-Boigny, un des membres fondateurs du Rassemblement démocratique africain dans lequel elle tient un rôle important[2]. Elle est tout d'abord responsable de la section femme en Côte d'Ivoire puis en Haute-Volta avant d'être, en 1948, secrétaire générale de la section femme pour cette fédération de partis politiques[1]. Le 24 décembre 1949, elle fait partie des têtes de file de la marche des femmes de Grand Bassam[1] organisée pour réclamer la libération de membres du RDA emprisonnés par l'administration coloniale française. Après l'indépendance de la Haute-Volta, durant la période du Conseil du gouvernement, en 1958, elle est ministre des Affaires sociales, de l’Habitat et du Travail et ce juste après la mort de son époux qui était déjà membre de ce conseil, première femme ministre de son pays[3]. Puis, de 1959 à 1961 elle est élue au sénat de la Communauté française pour y représenter la Haute-Volta. Enfin de 1959 à 1965 , elle est la première femme parlementaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) Kathleen E. Sheldon, Historical Dictionary of Women in Sub-Saharan Africa, Lanham, Scarecrow Press, , 405 p. (ISBN 0-8108-5331-0, lire en ligne), p. 191
  2. a et b Aminata Diaw et Célestine Ouezzin Coulibaly, « Nous, les femmes voltaïques », dans Judith Graves Miller, Christiane Owusu-Sarpong, Des femmes écrivent l'Afrique : L'Afrique de l'Ouest et le Sahel, Karthala, (ISBN 978-2-84586-853-3), p. 325
  3. Lydia Rouamba et Francine Descarries, « Les femmes dans le pouvoir exécutif au Burkina Faso (1957-2009) », Recherches féministes, vol. 23, no 1,‎ , p. 102 (ISSN 1705-9240)