Cécile Fatiman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cécile Fatiman
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Période d’activité
Conjoint
Autres informations
Religion
Vaudou haïtien (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Cécile Fatiman est une personnalité de la Révolution haïtienne, prêtresse vaudou qui participa à la cérémonie du Bois-Caïman en 1791.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cécile Fatiman est née d'une mère esclave et d'un père originaire de Corse. Cécile Fatiman était une esclave qui avait été vendue, avec sa mère, à Saint-Domingue en même temps que ses frères qu'elle ne reverra plus jamais.

Cécile Fatiman participa à la cérémonie de Bois-Caïman, au cours de laquelle, les principales figures de la Révolution haïtienne, tous en marronnage et fils de "Lafrik Guinen" étaient réunis pour définir une stratégie afin de sortir le pays du joug de l'esclavage. À la fin de cette cérémonie nocturne, officié par le prêtre vaudou Dutty Boukman et la prêtresse Mambo Cécile Fatiman, celle-ci, vêtue d'une tunique blanche, plongea le couteau sacré dans les entrailles d'un cochon noir. Puis les participants burent le sang de l'animal pour devenir invincibles.

Par la suite, Cécile Fatiman épousa le général haïtien Jean-Louis Pierrot, futur Président de la République d'Haïti. Elle aurait vécu jusqu'à l'âge de 112 ans dans la ville de Cap-Haïtien.

Cécile Fatiman est considérée comme l'un des quatre héroïnes les plus symboliques de l'indépendance d'Haïti, aux côtés de Sanité Belair, Catherine Flon et Dédée Bazile.

Les dernières recherches sur l'origine de Cécile Fatiman[1] ont révélé que son père, réputé d'être un prince corse, fut susceptible d'être le petit-fils de Théodore de Neuhoff ou Théodore I, l'unique Roi de Corse. Son nom de famille Fatiman a vraisemblablement été Attiman, un second prénom, donné après Gregorio Attiman, de Livourne en Italie, qui fut page[2],[3] de Théodore Neuhoff lors de sa conquête du trône de Corse en avril 1736. Ainsi son nom complet fut probablement Cécile Attiman Coidavid. Car elle était la fille de Célestina Coidavid[4], et la sœur aînée de Marie-Louise Coidavid, Reine d'Haïti de 1811 à 1820.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rodney Salnave, « Cécile Fatiman n'était pas musulmane », sur Bwa Kay Il-Ment, (consulté le 24 février 2017)
  2. (en) Julia Gasper, Theodore Von Neuhoff, King of Corsica: The Man Behind the Legend., Newark, University of Delaware press, (lire en ligne), p.96
  3. « Théodore, le Doge, les Gouverneurs, et les Procurateurs, de la République de Gênes », Mercure historique et politique,‎ (lire en ligne)
  4. « Célestina Coidavid - Genealogy », sur Rootsweb.Ancestry.com (consulté le 20 avril 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]