Câble A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section contient des informations sur un projet de transport en Île-de-France.

Il se peut que ces informations soient de nature spéculative et que leur teneur change considérablement alors que les événements approchent.

Câble A
Ouverture 2020-2022
Terminus Créteil - Pointe du Lac
Villeneuve-Saint-Georges Bois Matar
Conduite (système) Automatique
Matériel utilisé Télécabine (transport urbain par câble)
Points d’arrêt 4[1]
Longueur 4,5[1] km
Temps de parcours environ 15[2],[3] min
Communes desservies Créteil
Valenton
Limeil-Brévannes
Villeneuve-Saint-Georges

Le Câble A ou Câble A-Téléval[4], est un projet de transport urbain par câble reliant la station terminus Pointe du Lac de la ligne 8 du métro de Paris à Villeneuve-Saint-Georges, dans le Val-de-Marne, à l'horizon 2020-2022[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le principe d'une liaison par un système de transport à câbles est ancien dans ce secteur.

Dès 1989, la Régie autonome des transports parisiens (RATP) mène une étude de faisabilité de la desserte du sud de Créteil par un système SK[5] afin de rabattre les usagers vers la ligne 8 du métro parisien à Créteil - Préfecture. La ligne, qui aurait compté trois stations le long de l'actuelle RD1, ne voit jamais le jour. Le prolongement de la ligne 8 à la station Pointe du Lac, approuvé le 20 septembre 2006 et effectif depuis le 8 octobre 2011, ouvre les perspectives de créer un lien vers les communes proches de Limeil-Brévannes, Valenton et Villeneuve-Saint-Georges.

En 2008, Joseph Rossignol, conseiller général du Val-de-Marne et maire de Limeil-Brévannes, propose le projet métrocâble[6].

En juillet 2009, la Communauté d'agglomération Plaine centrale du Val-de-Marne reconnaît ce projet d'intérêt communautaire[7].

En 2010, l'idée de prolonger le métrocâble au quartier du Bois Matar à Villeneuve-Saint-Georges est lancée[2].

Début 2011, le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) est saisi pour confirmer et étudier l'opportunité du projet[8].

Au printemps 2012, le STIF décide le lancement d'une étude comparative entre plusieurs modes de transport, dont un téléphérique, assurant la desserte du plateau de Limeil-Brévannes[1]. Une présentation du projet est réalisée auprès de la population dans les mairies en septembre 2013 et est suivie d'un débat public en octobre de la même année.

En mars 2014, le conseil du STIF approuve une convention de financement de 3 M€ entre la région Île-de-France (70 %), le conseil général du Val-de-Marne (30 %) et le STIF pour réaliser les études nécessaires à la réalisation du projet (réalisation du DOCP, de la concertation préalable, du schéma de principe et de l’enquête publique)[9].

À la suite d'interrogations sur la station Émile Zola et la liaison entre les stations Émile Combes et Bois Matar, le projet sera soumis à une concertation préalable durant l'automne 2016[10].

Le 12 juillet 2016, ce téléphérique, appelé auparavant « Téléval » est désigné sous le nom de « Câble A ». Une concertation publique a eu lieu du au [11].

Courant 2017, des études complémentaires doivent être entreprises[12].

Choix technologique[modifier | modifier le code]

La ligne ferroviaire dite de Grande Ceinture ainsi que la route nationale 406 constituent des barrières physiques entre le sud de Créteil et les villes en lisière du plateau de Villeneuve-Saint-Georges.

Pour franchir ces coupures majeures, une solution par téléphérique de type télécabine urbaine a été proposée par la Ville de Limeil-Brévannes. Cette technologie est la seule capable de franchir ces coupures sans ouvrages d'art (pont, tunnel, viaduc). Elle s'inspire des réalisations récentes de Medellín, Caracas, etc.

Ce type de transport par câble est reconnu par le droit français comme « le mode de transport le plus sûr au monde et son coût d'infrastructure est largement inférieur à celui des autres modes de transport collectifs. Il présente par ailleurs l'avantage d'avoir très peu de frottement et de consommer peu d'énergie. Il est en ce sens un mode de transport vertueux qu'il faut favoriser dans notre pays »[13].

Automatique et électrique, ce mode n'émet pas directement de gaz à effet de serre. Sans motorisation embarquée, les véhicules n'émettent pas de nuisances sonores[14].

Ce mode de transport devrait permettre d'améliorer la desserte entre Limeil-Brévannes, Valenton, Villeneuve-Saint-Georges et Créteil, qui, en 2012, est uniquement assurée par les lignes de bus de la STRAV et de la SETRA. Ces lignes de bus empruntent des axes routiers particulièrement congestionnés comme la route nationale 6 à Villeneuve-Saint-Georges et la route départementale 101 dans la traversée de Limeil-Brévannes ce qui dégradent leurs performances[15].

Tracé et stations[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

Le Câble A relierait le Bois Matar à la station de métro Pointe du Lac en quatorze minutes[2],[3] soit un gain de temps important par rapport aux bus et à l'automobile. Il permettrait de desservir notamment le quartier des Temps Durables, le parc départemental de la Plage Bleue, les zones urbaines sensibles de Saint-Martin, du quartier d'Île-de-France, des Polognes et du Bois Matar.

À la station Pointe du Lac, le métrocâble offrirait des possibilités de correspondances importantes (ligne 8 du métro de Paris, bus RATP 393 (TCSP) ainsi que 117 et 281, ligne K de la STRAV, ligne 23 de la SETRA). La gare de Créteil-Pompadour sur la ligne D du RER serait directement accessible en quelques minutes grâce à la ligne 393.

Liste des stations[modifier | modifier le code]

Le Câble A desservirait quatre ou cinq stations :

      Stations Communes Correspondances
  o Créteil - Pointe du Lac Créteil (M)(8)
(BUS) STRAV K
(BUS) RATP 117 393
  o Les Temps Durables Valenton (BUS) STRAV O2
  o Émile Zola (optionnelle) Limeil-Brévannes
  o   Émile Combes Limeil-Brévannes (BUS) STRAV J1 J2 O2
  o   Bois Matar Villeneuve-Saint-Georges (BUS) STRAV G1 G2 J1 J2

Présentation des stations[modifier | modifier le code]

Cette station sera en correspondance avec la ligne 8 du métro et avec la ligne en site propre 393 (ex-TCSP Pompadour - Sucy-Bonneuil).

  • Station Les Temps Durables :

Située à proximité de la RD 229 à Limeil-Brévannes, cette station pourrait desservir la ZAC de la Ballastière Sud qui accueille l'éco-quartier des Temps Durables et ses 3 000 nouveaux habitants. Bien que située à Limeil-Brévannes, cette station renforcerait l'accessibilité du parc départemental de la Plage Bleue de Valenton.

  • Station Émile Zola :

Elle est proposée en option en septembre 2013 lors du débat public. Située à proximité de l'intersection de la rue Émile Zola et de la rue de Paris à Limeil-Brévannes, cette station pourrait desservir le quartier Saint-Martin et le bas de la ville de Valenton. Cette station est proposée car une courbure est nécessaire à cet endroit pour que le métro-câble se déplace en ligne droite[16].

  • Station Émile Combes :

En correspondance avec la ligne de bus J1-J2 de la STRAV, cette station serait à proximité du stade Paul-Vaillant-Couturier à Limeil-Brévannes. Elle assurerait la desserte des ensembles pavillonnaires alentour et des zones urbaines sensibles de Saint-Martin et d'Île-de-France.

  • Station Bois Matar :

Proposée en 2010, cette station desservirait le quartier du Bois Matar à Villeneuve-Saint-Georges, le collège Pierre-Brossolette, le lycée François-Arago et les 7 000 habitants du secteur[2].

Elle offrirait un trajet direct entre Créteil et ce quartier, sans correspondances dans Limeil-Brévannes comme c'est le cas actuellement avec le réseau de bus.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le Câble A sera exploité sous la forme d'une ligne de transport urbain par câble, qui devrait transporter chaque jour, plus de 10 000 voyageurs[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Val-de-Marne : le futur téléphérique urbain sur les rails », sur LeParisien.fr,‎ .
  2. a, b, c et d « Métrocâble pourrait rejoindre Villeneuve-Saint-Georges », sur LeParisien.fr,‎ .
  3. a, b, c et d Conseil général du Val-de-Marne : « Le Téléval, un téléphérique pour le Val-de-Marne », 11 octobre 2012, sur cg94.fr. Consulté le 22 octobre 2012.
  4. « Le STIF lance le 1er transport par Câble en Ile-de-France: le Câble A-Téléval », sur stif.info,‎ communiqué de presse du 12 juillet 2016 (consulté le 19 juillet 2016).
  5. Catalogue en ligne de la RATP
  6. « Le métrocâble pris au sérieux », sur LeParisien.fr,‎ .
  7. [PDF] Article 7 de la délibération du conseil communautaire de l'agglomération de la plaine centrale du Val-de-Marne
  8. « Limeil-Brévannes rêve d'un « métrocâble » pour rejoindre le métro à Créteil », sur Ville, Rail & Transports,‎ (consulté le 21 mai 2011).
  9. [PDF] CONSEIL DU STIF DU 5 MARS 2014 - COMMUNIQUÉ DE SYNTHÈSE, p. 2.
  10. Laure Parny, « Val de Marne : quatre questions sur le feu vert au Téléval », sur LeParisien.fr,‎ (consulté le 7 juillet 2016).
  11. « Câble A-Téléval le 1er transport par câble en Ïle-de-France », sur Stif.info,‎ (consulté le 16 septembre 2016).
  12. « Câble A – Téléval / Le calendrier et les coûts », sur cable-a-televal.fr (consulté le 6 décembre 2016).
  13. [PDF] Amendement n° 110 à la loi Grenelle Environnement
  14. Le téléphérique et la ville, une nouvelle histoire d'amour
  15. STRAV : le bilan 2007 dans le flash Valenton n° 169 - février 2008
  16. [PDF] Un téléphérique pour le Val-de-Marne, plaquette du conseil général du Val-de-Marne, p. 2 du PDF, sur cg94.fr, consultée le 26 septembre 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]