C'est dur d'être un homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

C'est dur d'être un homme (男はつらいよ, Otoko wa tsurai yo?) est une série de cinquante films japonais. Elle relate les mésaventures tragi-comiques de Torajirō Kuruma (車寅次郎, Kuruma Torajirō?), dit Tora-san (寅さん?), un homme sensible n'ayant pas de chance en amour, devant faire face à diverses crises économiques, problème familiaux et autres malheurs.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le personnage de Tora-san (litt. « M. Tigre »), l'un des plus populaires du cinéma japonais, fait son apparition en 1968 sur la chaîne Fuji, dans une série télévisée de vingt-six épisodes, jusqu'à ce qu'une astuce de scénario mette fin à ses jours en [1]. Mais les téléspectateurs prennent très mal sa disparition et ainsi naît, en , sous les auspices de la compagnie Shōchiku et la direction du réalisateur Yōji Yamada, la première apparition cinématographique de la série, C'est dur d'être un homme[1].

La série compte 48 films, a commencé en 1969 et s'est terminée en 1995. Tous les films, à l'exception du troisième et du quatrième opus, ont été réalisés par Yōji Yamada. Le rôle de Torajirō Kuruma (車 寅次郎, Kuruma Torajirō?), Tora-san, a été joué dans tous les films par Kiyoshi Atsumi, sa mort en 1996 provoquant la fin de la série. Elle entre dans livre Guinness des records comme la plus prolifique série de cinéma[1].

En 1997, sort au cinéma le 49e volet, Otoko wa tsurai yo: Torajirō haibisukasu no hana tokubetsuhen, qui est un film hommage, ré-édition du film de 1980, Otoko wa tsurai yo: Torajirō haibisukasu no hana[2].

À l'occasion du 50e anniversaire de la sortie du premier film de la série, Yōji Yamada réalise en 2019 un 50e film, centré sur le personnage de Mitsuo, le neveu de Tora-san qui se remémore les aventures de son oncle[3],[4].

Le personnage de Tora-san[modifier | modifier le code]

Avec son galurin beige, son haramaki (ceinture de laine traditionnelle des gens du peuple), son o-mamori (amulette porte-bonheur), ses setta (sandales), sa veste à carreaux et sa valise en cuir, l'acteur Kiyoshi Atsumi qui incarne Tora-san compose une silhouette aisément reconnaissable[1],[5].

Tora-San, orphelin depuis sa tendre enfance, est un perpétuel vagabond, camelot ambulant fort en gueule mais sympathiquement naïf, il est une sorte de « bon Samaritain » à la nature exubérante, qui choisit la marginalité par goût de l'indépendance, tout en se réintégrant périodiquement sa famille à Shibamata, dans l'arrondissement de Katsushika à Tokyo[1]. Cette dernière est toujours prête à l'accueillir malgré sa réputation de gaffeur. Au cours des différentes étapes de la série, Tora-San parcourt le Japon du nord au sud, rencontrant les plus belles filles, avec qui il se contente des relations platoniques qu'impose une série tout public[1].

Presque tous les films ont la même histoire : Tora-san, un marchand ambulant, arrive dans une ville perdue pour vendre sa marchandise. Il rencontre une femme du coin, souvent une demoiselle en détresse, et lui demande de le trouver si jamais elle vient à Tokyo. Il rentre ensuite chez lui à Tokyo et se heurte à sa famille. La demoiselle vient visiter Tora-san et il tombe amoureux d'elle. Cependant, malgré ses efforts pour la séduire, elle finit avec un autre homme, ce qui lui brise le cœur.

Distribution[modifier | modifier le code]

La série télévisée[modifier | modifier le code]

Les films[modifier | modifier le code]

Liste des 50 films de la série[modifier | modifier le code]

À l'exception du 3e et du 4e film, tous les autres sont réalisés par Yōji Yamada.

  • 1969 : C'est dur d'être un homme (男はつらいよ, Otoko wa tsurai yo?)
  • 1969 : Zoku otoko wa tsurai yo (続・男はつらいよ?)
  • 1970 : Otoko wa tsurai yo: Fūten no Tora (男はつらいよ フーテンの寅?) d'Azuma Morisaki (en)
  • 1970 : Shin otoko wa tsurai yo (新・男はつらいよ?) de Shun'ichi Kobayashi (ja)
  • 1970 : C'est dur d'être un homme : Tora-san est nostalgique (男はつらいよ 望郷篇, Otoko wa tsurai yo: Bōkyō hen?)[6]
  • 1971 : Otoko wa tsurai yo: Junjō hen (男はつらいよ 純情篇?)
  • 1971 : Otoko wa tsurai yo: Funtō hen (男はつらいよ 奮闘篇?)
  • 1971 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō koiuta (男はつらいよ 寅次郎恋歌?)
  • 1972 : Otoko wa tsurai yo: Shibamata bojō (男はつらいよ 柴又慕情?)
  • 1972 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō yumemakura (男はつらいよ 寅次郎夢枕?)
  • 1973 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō wasurenagusa (男はつらいよ 寅次郎忘れな草?)
  • 1973 : Otoko wa tsurai yo: Watashi no tora-san (男はつらいよ 私の寅さん?)
  • 1974 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō koiyatsure (男はつらいよ 寅次郎恋やつれ?)
  • 1974 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō komoriuta (男はつらいよ 寅次郎子守唄?)
  • 1975 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō aiaigasa (男はつらいよ 寅次郎相合い傘?)
  • 1975 : Otoko wa tsurai yo: Katsushika risshihen (男はつらいよ 葛飾立志篇?)
  • 1976 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō yūyake koyake (男はつらいよ 寅次郎夕焼け小焼け?)
  • 1976 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō junjō shishū (男はつらいよ 寅次郎純情詩集?)
  • 1977 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō to tonosama (男はつらいよ 寅次郎と殿様?)
  • 1977 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō gambare! (男はつらいよ 寅次郎頑張れ!?)
  • 1978 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō wagamichi wo yuku (男はつらいよ 寅次郎わが道をゆく?)
  • 1978 : Otoko wa tsurai yo: Uwasa no Torajirō (男はつらいよ 噂の寅次郎?)
  • 1979 : Otoko wa tsurai yo: Tonderu Torajirō (男はつらいよ 翔んでる寅次郎?)
  • 1979 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō haru no yume (男はつらいよ 寅次郎春の夢?)
  • 1980 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō haibisukasu no hana (男はつらいよ 寅次郎ハイビスカスの花?)
  • 1980 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō kamome uta (男はつらいよ 寅次郎かもめ歌?)
  • 1981 : Otoko wa tsurai yo: Naniwa no koino Torajirō (男はつらいよ 浪花の恋の寅次郎?)
  • 1981 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō kamifūsen (男はつらいよ 寅次郎紙風船?)
  • 1982 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō ajisai no koi (男はつらいよ 寅次郎あじさいの恋?)
  • 1982 : Otoko wa tsurai yo: Hana mo arashi mo Torajirō (男はつらいよ 花も嵐も寅次郎?)
  • 1983 : Otoko wa tsurai yo: Tabi to onna to Torajirō (男はつらいよ 旅と女と寅次郎?)
  • 1983 : Otoko wa tsurai yo: Kuchibue wo fuku Torajirō (男はつらいよ 口笛を吹く寅次郎?)
  • 1984 : Otoko wa tsurai yo: Yogiri ni musebu Torajirō (男はつらいよ 夜霧にむせぶ寅次郎?)
  • 1984 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō shinjitsu ichiro (男はつらいよ 寅次郎真実一路?)
  • 1985 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō ren'aijuku (男はつらいよ 寅次郎恋愛塾?)
  • 1985 : Otoko wa tsurai yo: Shibamata yori ai wo komete (男はつらいよ 柴又より愛をこめて?)
  • 1986 : Otoko wa tsurai yo: Shiawase no aoi tori (男はつらいよ 幸福の青い鳥?)
  • 1987 : Otoko wa tsurai yo: Shiretoko bojō (男はつらいよ 知床慕情?)
  • 1987 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō monogatari (男はつらいよ 寅次郎物語?)
  • 1988 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō sarada kinenbi (男はつらいよ 寅次郎サラダ記念日?)
  • 1989 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō kokoro no tabiji (男はつらいよ 寅次郎心の旅路?)
  • 1989 : Otoko wa tsurai yo: Boku no ojisan (男はつらいよ ぼくの伯父さん?)
  • 1990 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō no kyūjitsu (男はつらいよ 寅次郎の休日?)
  • 1991 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō no kokuhaku (男はつらいよ 寅次郎の告白?)
  • 1992 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō no seishun (男はつらいよ 寅次郎の青春?)
  • 1993 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō no endan (男はつらいよ 寅次郎の縁談?)
  • 1994 : Otoko wa tsurai yo: Haikei, Kuruma Torajirō-sama (男はつらいよ 拝啓 車寅次郎様?)
  • 1995 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō kurenai no hana (男はつらいよ 寅次郎紅の花?)
  • 1997 : Otoko wa tsurai yo: Torajirō haibisukasu no hana tokubetsuhen (男はつらいよ 寅次郎ハイビスカスの花 特別篇?)
  • 2019 : Otoko wa tsurai yo: Okaeri Tora-san (男はつらいよ お帰り 寅さん?)[3]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Dans le premier épisode de la série animée Ashita no Joe, Joe Yabuki arrive dans un village mal famé et il est montré sur une palissade une affiche du film Otoko wa tsurai yo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Max Tessier, « Tora-San, héros marginal de la famille japonaise », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Tora-san's Tropical Fever Special Edition », sur shochikufilms.com, Shōchiku (consulté le 9 décembre 2019)
  3. a et b (ja) « 男はつらいよ 50 », sur www.cinemaclassics.jp (consulté le 26 novembre 2019)
  4. Claude Leblanc, « Au Japon, le retour au cinéma du anti-héros Tora-san », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
  5. Philippe Pons, « Kiyoshi Atsumi », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. C'est dur d'être un homme : Tora-san est nostalgique : titre français du film lors de la rétrospective « Paysages du cinéma japonais, deuxième volet » du 5 septembre au 11 décembre 2012 à la MCJP

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]