C'était bien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir C'était bien (homonymie).
C'était bien

Chanson de Juliette Gréco
extrait de l'album Jolie Môme no 7
Sortie Mars 1961
Enregistré
Durée min 59 s
Genre Chanson française
Auteur Robert Nyel
Compositeur Gaby Verlor
Label Philips

Pistes de Jolie Môme no 7

C'était bien (également appelée Le P'tit Bal perdu[N 1] ou Au petit bal perdu[N 2]) est une chanson interprétée en 1961 par Juliette Gréco puis par Bourvil avec des paroles de Robert Nyel[1] sur une musique de Gaby Verlor.

Genèse[modifier | modifier le code]

Robert Nyel et Gaby Verlor écrivent cette chanson pour la proposer à Bourvil, qui a déjà interprété en 1960 deux de leurs œuvres, Ma p’tite chanson et Mon frère d'Angleterre, mais celui-ci ne peut l'enregistrer avant plusieurs mois à cause de ses engagements cinématographiques. Lorsque Gaby Verlor présente cette chanson parmi d'autres propositions à Juliette Gréco, cette dernière est si enthousiaste que Verlor demande à Bourvil s'il permet que Juliette Gréco l'enregistre avant lui. L'acteur-chanteur accepte sans difficulté. La version de Gréco paraît en mars 1961 et celle de Bourvil au mois de décembre de la même année[2].

Interprétations[modifier | modifier le code]

Les arrangeurs de la chanson, André Popp pour Juliette Gréco, et Jerry Mengo pour Bourvil, mettent l'accordéon au premier plan de leurs orchestrations. Bertrand Dicale écrit à propos de l'emploi de cet instrument : « Si, chez Gréco, il est souvent remplacé après le premier couplet par des notations au clavecin, à la guitare électrique ou au piano, il est presque toujours présent chez Bourvil, où il fait persister les couleurs et l'atmosphère du bal. Mélancolie d'un souvenir très réaliste chez le chanteur-acteur, rêverie poignante chez Gréco »[3]. Gilles Verlant ajoute à propos de l'interprétation de Bourvil : « Il ne chante pas que des comptines souriantes : son répertoire — plus de deux cents chansons — s'enrichit de choses tendres et émouvantes comme La Balade irlandaise (Un oranger) et C'était bien (Au petit bal perdu) »[4].

Reprises[modifier | modifier le code]

En 1995, Philippe Decouflé réalise un court métrage chorégraphié, intitulé Le P'tit Bal, utilisant la version de Bourvil.

En 2003, l'humoriste Élie Semoun la reprend dans son album Chansons.

En 2006, Vincent Delerm et Helena Noguerra l'interprètent en duo et en public à La Cigale[N 3].

En 2007, Victoria Abril l'enregistre sous le titre Le P'tit Bal perdu pour son album Olala!.

En 2009, le guitariste Sylvain Luc joue en solo Le P'tit Bal perdu dans son double album Standards[N 4].

Sanseverino l'enregistre en 2014 sous le titre Le Petit Bal Perdu pour un album de reprises qui prend aussi ce titre[5].

Le titre sert aussi de générique à l'émission de télévision culturelle Des mots de minuit de 2006 à 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Titre alternatif pour Juliette Gréco.
  2. Titre alternatif pour Bourvil.
  3. Duos de Vincent Delerm et de ses invités enregistrés en live à La Cigale en 2006. Voir compilation Favourite Songs dans les albums live de Vincent Delerm.
  4. 2 CD Disques Dreyfus.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bourvil : de rire et de tendresse, Lyon u.a., Éditions de la Loupe, (OCLC 263666815).
  2. Volume 5 (Jolie Môme) de l'intégrale de Juliette Gréco, L'Éternel Féminin, Mercury (2003).
  3. Ses notes dans le livret du volume 5 (Jolie Môme) de l'intégrale de Juliette Gréco, L'Éternel Féminin (2003).
  4. Mini-biographie et analyse succincte de la discographie de Bourvil dans le livret de la compilation Bien ... si bien en 2 CD + 1 DVD EMI (2005).
  5. Philippe Barbot, « On a retrouvé le petit bal perdu », sur Yahoo Actualités France (consulté le 17 février 2015).