Byline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

La byline (en russe : были́на bylina, pluriel были́ны byliny) est une forme traditionnelle de la poésie narrative héroïque de la Russie ancienne, transmise oralement à l'origine[1]. Les bylines content les hauts faits de bogatyrs (preux chevaliers) et d'autres personnages légendaires. Elles étaient à l'origine en vers libres accentués et chantées.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

Le terme de byline a été introduit par Ivan Sakharov en 1839 dans son recueil Chants du peuple russe (Песни русского народа), à partir de l'expression po bylinam qui figure dans Le Dit de la campagne d'Igor avec le sens de « selon les faits ». Les interprètes de bylines les appelaient auparavant stariny ou starinki, c'est-à-dire chansons de l'ancien temps[2].

Les bylines sont un mélange de chants historiques et d'épopées mythiques, inspirées du folklore du nord de la Russie. On distingue habituellement deux périodes pour les bylines : les bylines de Kiev et celles de Novgorod.

  • Les bylines de Kiev sont épiques, avec un héros réunissant des qualités comme le courage, le respect, le désintéressement. Ce sont des bylines qui correspondent à l'idéal du noble-guerrier qui conquiert de nouveaux territoires.
  • Les bylines de Novgorod racontent les aventures du marchand Sadko et de l'explorateur-aventurier Vassili Bousslaiev. Ce sont des bylines à la gloire d'activités qui développèrent pacifiquement une grande république.

Personnages[modifier | modifier le code]

Formes voisines[modifier | modifier le code]

La bylitchka (en russe : быличка) est un conte évoquant principalement des demi-dieux, esprits, démons et autres créatures mythologiques fantastiques. Elle témoigne de croyances anciennes concernant les relations entre mondes naturel et surnaturel.

Le conte populaire (skazka, en russe : сказка) n'a pas de dimension sacrée, même si on retrouve des réminiscences de croyances anciennes dans les contes merveilleux (volchebnye skazki).

Les legendy et les doukhovnye stikhi sont basés sur la tradition chrétienne[3].

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Viktoriya et Patrice Lajoye, Ilya Mouromets et autres héros de la Russie ancienne, Anacharsis, Toulouse, 2009.
  • Versions françaises d'Elli Kronauer, École des loisirs, Collection Médium, 2000, 2001 (destinées aux adolescents) :
    • Ilia Mouromietz et le Rossignol Brigand
    • Aliocha Popovitch et la rivière Saphrate
    • Soukmane fils de Soukmane et les fleurs écarlates
    • Sadko et le tsar de toutes les mers océanes
    • Mikhaïlo Potyk et Mariya la très blanche mouette

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bylina (Russian Poetry) — Britannica Online Encyclopedia, consulté le 27 mars 2011, http://www.britannica.com/EBchecked/topic/86999/bylina.
  2. Felix J. Oinas, Russian Byliny, in Heroic Epic and Saga: an Introduction to the World's Great Folk Epics (Bloomington: Indiana University Press, 1978), 236.
  3. Cette section est basée sur le chapitre introductif de : Elizabeth Warner, Mythes russes, Seuil / Points Sagesses, 2005 (ISBN 978-2-02-064016-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]