Byeonhan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Byeonhan (변한 , 弁韓) était une confédération de 12 petits États qui a existé du début de notre ère jusqu'au IVe siècle dans le sud de la Corée. Issue de l'État de Jin, c'était l'un des Samhan (« Trois Han ») avec Jinhan et Mahan. Elle évolua au cours des siècles pour devenir la confédération de Gaya, plus centralisée.

Culture[modifier | modifier le code]

Par manque de sources écrites, l'histoire de cette confédération est peu connue et se confond avec celle de Gaya. Traditionnellement, suivant les indications du Samguk sagi, Gaya est fondée en 42 lorsque six œufs descendent du ciel et donnent naissance aux rois de Gaya. Actuellement, l'histoire moderne fait place à la période de Byeonhan pour la période allant jusqu'au IIIe siècle, un siècle marqué par une augmentation des occurrences des têtes de flèches en fer et des cuirasses.

À cette époque, la région était connue comme un centre de production du fer et elle l'exportait dans le reste de la péninsule ainsi que vers la commanderie chinoise de Lelang et vers le Japon. C'était aussi un lieu de production de céramique en grès.

États confédérés[modifier | modifier le code]

Carte des états confédérés de Byeonhan dans le sud de la Corée

D'après les Chroniques des Trois Royaumes, Byeonhan était formé des 12 États suivants :

  • Mirimidong (미리미동국, 彌理彌凍國), aujourd'hui Miryang, Fait aussi partie de Jinhan.
  • Jeopdo (접도국/接塗國), aujourd'hui Haman.
  • Gojamidong (고자미동국/古資彌凍國), aujourd'hui Goseong.
  • Gosunsi (고순시국/古淳是國), aujourd'hui JinjuSacheon ou Goseong.
  • Ballo (반로국/半路國), aujourd'hui Seongju.
  • Nangno (낙노국/樂奴國), aujourd'hui Hadong ou Namhae.
  • Gunmi (군미국, 軍彌國), aujourd'hui Sacheon. Fait aussi partie de Jinhan.
  • Mioyama (미오야마국/彌烏邪馬國), aujourd'hui Goryeong.
  • Gamno (감로국/甘路國), aujourd'hui Gimcheon.
  • Guya (구야국/狗邪國), aujourd'hui Gimhae.
  • Jujoma (주조마국/走漕馬國), aujourd'hui Gimcheon.
  • Anya (안야국/安邪國), aujourd'hui Haman.
  • Dongno (독로국/瀆盧國), aujourd'hui Dongnae.

Bibliographie[modifier | modifier le code]