Byambyn Rinchen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Byambyn Rinchen
Bjambyn Rintschen.jpg

Statue de Byambyn Rinchen à Ulaanbaatar.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Oulan-BatorVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant

Yünsiyebü ovogt Byambyn Rinchen (mongol : ᠪᠢᠮᠪᠠ ᠢᠢᠨ
ᠷᠢᠨᠴᠢᠨ
cyrillique : Еншөөбү овогт Бямбын инчен), né en 1905 à Altanboulag soum dans la province de Selenge et mort le à Oulan-Bator, est l'un des fondateurs de la littérature mongole contemporaine, traducteur de littérature et savant dans différents domaines d'études de Mongolie, en particulier dans la linguistique.

Auteur et traducteur[modifier | modifier le code]

Byambyn Rinchen est né en 1905 en Mongolie. Il parle le russe, le tchèque, le français, l'anglais, l'allemand et l'espéranto. Il a écrit beaucoup de romans et de récits courts, y compris des ouvrages classiques tels que « Ану хатан » (Reine Anu), « Заан залүдай », « Их нүүдэл » (La grande migration), « Бэр цэцэг » (La fleur et la jeune mariée), « Нууцыг задруулсан захиа » (Lettre traîtresse) et « Шүхэрч Буниа » (Bounia la parachutiste). Son roman « Yүрийн туяа » (« Aube ») est traduit en russe et tchèque. Il traduit des œuvres de Maxime Gorki, Vladimir Maïakovski, Mikhaïl Cholokhov, Guy de Maupassant et Nazım Hikmet en mongol, en les faisant connu à un public plus grand. Il a également écrit un film sur la vie de Choghtu Khong Tayiji (en), qui a remporté le Prix d'État au milieu des années 1940. Il verse immédiatement l'argent pour soutenir les orphelins de Leningrad.

Savant[modifier | modifier le code]

En 1956, il a obtenu son doctorat de linguistique à l'université Eötvös Loránd de Budapest sur « La grammaire du mongol écrit ». De 1964 à 1967, il s'est occupé de l'épigraphie des monuments mongols, ainsi que de la phonologie historique et moderne, l'écriture, l'étymologie et la morphologie du mongol. En 1969, il a publié une grammaire sur le khamnigan, une langue mongole.

Rinchen а également publié divers documents sur le chamanisme mongol, des documents linguistiques historiques et relatifs au folklore.

Il meurt en 1977 à Oulan-Bator en Mongolie. En sа mémoire un monument a été érigé à l'entrée de la Bibliothèque centrale d'Oulan-Bator.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Biambyn Rinčen, Matériaux pour l'étude du chamanisme mongol, Wiesbaden, O. Harrassowitz, (notice BnF no FRBNF36593794), 13 volumes
  • Biambyn Rinčen, Folklore mongol. 1, Livre premier [Texte imprimé] : textes Khalkha-mongols en transcription, Wiesbaden, O. Harrassowitz, (notice BnF no FRBNF33008198), en 5 volumes
  • Biambyn Rinčen, Atlas ethnologique et linguistique de la République Populaire de Mongolie [Texte imprimé] : vol. 1 et 2, Ulan-Bator, Académie des sciences de la République populaire de Mongolie, (notice BnF no FRBNF37729069)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]