Butten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Butten
Butten
La forêt de Butten.
Blason de Butten
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Intercommunalité Communauté de communes de l'Alsace Bossue
Maire
Mandat
Bruno Stock
2020-2026
Code postal 67430
Code commune 67072
Démographie
Gentilé Buttenois [1]
Population
municipale
663 hab. (2019 en diminution de 1,49 % par rapport à 2013)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 18″ nord, 7° 13′ 19″ est
Altitude Min. 227 m
Max. 364 m
Superficie 15,19 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ingwiller
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Butten
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Butten
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Butten
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Butten
Liens
Site web www.butten.fr

Butten est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la région naturelle de l'Alsace Bossue et fait partie du Parc naturel régional des Vosges du Nord.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Butten est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (42 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66,7 %), prairies (24,7 %), forêts (5,1 %), zones urbanisées (3,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bìtte en francique rhénan[9]. Bütten en allemand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village doit certainement son nom à un certain Betto, qui se serait installé là, au IXe siècle.

Avant 1793, la commune appartenait au comté de Sarrewerden[10], devenant par la suite alsacienne.

Rattachement à la France : les demandes n'étaient pas toujours spontanées, de nombreux habitants étaient désorientés quant à leur avenir. Ils souhaitaient rester rattachés aux princes de Nassau, mais pouvoir jouir des libertés promises par la législation française. Le rapport du 29 mars 1793 signalait que les communes de Siltzheim, Oermingen, Butten, Ottwiller, Dehlingen, Eschwiller ne voulaient pas émettre le vœu de leur réunion à la République. En haut-lieu, on décida alors de recourir à la force armée (un détachement de 115 volontaires) pour punir ceux qui passaient pour d'audacieux contre-révolutionnaires. Ce sera le cas à Herbitzheim, Keskastel, Butten, Oermingen, Siltzheim.

Ce fut Nicolas François Blaux, maire de Sarreguemines, qui fut le véritable artisan du rattachement du comté de Sarrewerden au Bas-Rhin. Le , la Convention ratifia la décision d'ériger Neusaarwerden en district et d'incorporer au département bas-rhinois les six cantons nouvellement créés : Bouquenom, Neuf-Sarrewerden, Harskirchen, Wolfskirchen, Drulingen et Diemeringen. L'organisation du district incomba au député Philippe Rühl. Le Bas-Rhin s'enrichit de 43 communes et 18 000 habitants.

En 1848, la misère est telle qu'elle engendre des embryons de révolte en Alsace Bossue. Une lettre du émanant de l'inspecteur, par intérim, des eaux et forêts témoigne : « A l'instant, j'arrive de Diemeringen. Là il faudrait employer au moins trois compagnies entières et de la cavalerie, de manière à occuper au même instant les trois villages de Butten, Ratzwiller et Volksberg. L'excitation des habitants de ces communes est telle que la présence d'un commissaire produirait une forte impression sur les esprits ». De cette époque date le départ de nombreux villageois vers les États-Unis.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Butten Blason
De gueules à la faux d'argent posée en bande la lame contournée[11].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? Henri Bauer    
2001 2008 Albert Reutenauer    
mars 2008 2014 Remy Feisthauer[12],[13]    
2014 2016 Rodolphe Bender   Retraité de la Fonction publique
avril 2016 En cours
(au 31 mai 2020)
Bruno Stock [14]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Ouvrier
Les données manquantes sont à compléter.

actuel

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2019, la commune comptait 663 habitants[Note 2], en diminution de 1,49 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,76 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630644716793848841846860855
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
797822797815805808779778795
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
785754784813779761746774743
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
744694708687717678670668673
2018 2019 - - - - - - -
663663-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les ruines de la chapelle de la Heidenkirche, seul vestige du hameau de Birsbach disparu entre 1450 et 1513.
  • Les orgues des deux églises, construits en 1861.
  • Écart de Neubau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Associations de Butten[modifier | modifier le code]

  • Association culturelle - Furious Animation[18]. L'association organise régulièrement des évènements de grande envergure, « Furious Night » ou encore « Destination ». De style musical plutôt orienté musiques électroniques rapides (Hands Up, Dance, Hardstyle) mais aussi Electro et plus ciblé pour les « Destination » avec des styles plus variés comme les variétés des années 1980-90 ou encore le fameux « Ballermann ». Des artistes internationaux y ont déjà été conviés à de multiples reprises comme Special D, Floorfilla... Récemment a eu lieu la « furious event » avec 16 DJ différents.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/bas-rhin-67
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Geoplatt
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  12. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  13. La liste officielle comporte une erreur et mentionne Daniel Feisthauer.
  14. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. Site internet de l'association furious Animation

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :