Bursay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bursay
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Nationalité
Activités
linguiste, acteur, traducteurVoir et modifier les données sur Wikidata

Bursay (de son vrai nom Louis Bruyas) est un comédien et dramaturge français né à Lyon le 24 avril 1738 et mort à Friedland (aujourd'hui Pravdinsk, près de Kaliningrad en Russie) le 14 juin 1807. Il était membre de la prestigieuse Académie des Arcades de Rome.

Il débute à la Comédie-Française le 16 février 1761, par le rôle de Zamore dans Alzire de Voltaire. Le Mercure de France du mois de mars écrit : « Ce nouveau débutant est d'une figure agréable, & d'une taille avantageuse. L'organe de sa voix est naturellement beau. Il montre beaucoup de feu ». Reçu à l'essai, il quitte pourtant le Théâtre-Français peu de temps après pour entrer dans la troupe de Mademoiselle Montansier, détentrice du privilège des théâtres de Bretagne et de Normandie. Bursay y passe huit ans comme régisseur : il fait jouer la troupe notamment à Amiens, Rouen et Nantes.

En 1768, il se rend à Vienne et y fait la connaissance de Noverre, dont il devient l'ami.

De retour à Paris l'année suivante, il débute une seconde fois à la Comédie-Française le 15 janvier 1769, dans La Métromanie d'Alexis Piron et dans L'Époux par supercherie de Louis de Boissy. Après un nouveau séjour à Vienne en 1772, il joue à La Rochelle, puis est engagé au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles pour la saison 1773-1774.

Il se rend ensuite à Marseille, où il joue de 1775 à 1780 (à l'exception de la saison 1778-1779 qu'il passe à Bruxelles), et y fait imprimer plusieurs pièces traduite de Kotzebue. Le 1er octobre 1776, il épouse à Marseille une fille de comédiens, Marie-Anne Moylin.

Engagé à Bruxelles en 1781, il y reste jusqu'en 1793 et y donne tant ses traductions de Kotzebue que ses propres pièces, dans lesquelles il joue les rôles principaux.

Sa belle-fille, Aurore Domergue, chanteuse de l'Opéra de Paris sous le nom de « Mlle Aurore », fera jouer ses pièces et ses traductions à Hambourg, Saint-Pétersbourg et Moscou sous le nom de « Mme Bursay ».

Œuvres et traductions[modifier | modifier le code]

  • Artaxerce, d'après Métastase (Marseille, 1765, imprimé à Paris en 1765 et à Marseille en 1776)
  • Orphée (Marseille, 1775)
  • La Fête des Tigres (Marseille, 1779 ; Paris, 1782)
  • L'Ami de Cour (Marseille, 1775, 1779 et 1780)
  • Momus fabuliste ou le Mariage de Vénus et de Vulcain, comédie « remise au théâtre avec quelques changements » (Marseille, 1776)
  • Les Indiens en Angleterre (Bruxelles, 14 mai 1792)
  • Les Lois et les rois, ou le Bonheur des peuples (Bruxelles, 15 avril 1793)
  • Le Perroquet ou la Récompense de l'amour filial (Bruxelles, 9 octobre 1793, non imprimé)
  • L'Enseigne, ou le Jeune Militaire (Bruxelles, 29 août 1792, imprimé en 1799)
  • Misanthropie et repentir (Bruxelles, 3 mai 1793, imprimé à Paris en 1799)

Lien externe[modifier | modifier le code]