Burmilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Burmilla
{{#if:
Burmilla bleu silver
Burmilla bleu silver

Espèce Chat (Felis silvestris catus)
Région d’origine
Région Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Caractéristiques
Morphologie Type médioligne semi-foreign.
Poil Court, soyeux et brillant.
Robe Robes tipped uniquement. Toutes couleurs acceptées sauf le blanc. Silver et golden acceptés. Patrons traditionnel ou sépia.
Tête En forme de triangle court. Crâne légèrement bombé. Nez droit.
Yeux Grands et bien espacés, couleur jaune ou vert.
Oreilles Bien espacées sur le crâne.
Queue Taille moyenne, bout arrondi.
Standards

Le burmilla est une race de chats originaire d'Angleterre faisant partie du groupe des asians. Son développement commence durant les années 1980 suite à un croisement fortuit entre une chatte burmese lilas et un persan chinchilla. Le burmilla est reconnu une dizaine d'années plus tard par deux registres d'élevage européens d'importance : le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) puis la Fédération internationale féline (FIFé). Les registres américains reconnaissent la race à titre provisoire dans les années 2000. La race est d'effectifs moyens en Europe et se situe en milieu de tableau des races les plus populaires en France.

Le burmilla est un chat de taille moyenne et de type médioligne semi-foreign. Le standard est calqué sur celui du burmese anglais. La robe est tipped, c'est-à-dire que la couleur est repoussée à l'extrémité du poil, ce qui donne une fourrure blanche hâlée de couleurs. Les croisements autorisés varient selon les fédérations : le burmese anglais, l'asian et le persan sont les races les plus souvent citées.

Le burmilla est généralement décrit comme un chat extraverti et joueur, d'un tempérament doux et gentil. L'entretien consiste en un brossage hebdomadaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Un croisement fortuit[modifier | modifier le code]

Portrait d'un persan chinchilla.
Le burmilla est issu d'un croisement accidentel avec un persan chinchilla.

La création de la race date de 1981 et résulte d’un croisement accidentel. La baronne Miranda von Kirchberg, éleveuse de burmeses, possède un persan silver chinchilla mâle acheté pour son mari[1] et appelé Sanquist[2]. Peu avant la date prévue pour sa castration[3], un croisement fortuit est réalisé avec une femelle burmese à la robe lilas[1] appelée Fabergé[2]. Selon le témoignage de la baronne, une femme de ménage a laissé entrer Sanquist dans la pièce où Fabergé, en chaleur, attendait que lui soit présenté un autre burmese[2].

Bien que la femelle fut couverte par un autre mâle de race appropriée, quatre chatons femelles à la robe noire silver shaded[3], couleur qui ne laisse aucun doute sur la paternité de Sanquist, naissent le 11 septembre 1981 : Galatea, Gemma, Gabriella et Gisella. Ces quatre femelles sont si belles que la baronne refuse de les castrer comme il est d'usage en de tels accidents et les utilise comme base pour la création d'une nouvelle race[2].

Le développement de la race[modifier | modifier le code]

Chatte de couleur lilas tenue à bout de bras.
Le burmese, comme cette femelle lilas présentée en exposition féline à Jyväskylä en Finlande, est à l'origine de la race.

Miranda von Kirchberg et son amie éleveuse Thérèse Clarke décident de créer une nouvelle race en se basant sur Gemma et Galatea. La baronne croise à nouveau son persan Sanquist avec une autre burmese de son élevage. En 1982, un mâle, Jacynth, naît de cette union, qui, avec ses deux demi-sœurs est à l'origine de nombreuses lignées de burmillas[3]. Les deux éleveuses décident que cette nouvelle race ressemblerait au burmese anglais, notamment parce qu'aucune confusion avec d'autres races n'est possible. Elles rédigent le standard sur la base de celui du burmese. Le nom choisit pour cette race est « burmilla », contraction des termes « burmese » et « chinchilla »[3].

Des croisements consanguins sont réalisés pour fixer certaines caractéristiques morphologiques, notamment le poil court. En effet, l'apport du persan a amené le gène récessif produisant le poil mi-long et il était indésirable[3].

La Burmilla Association est créée par Miranda von Kirchberg pour promouvoir et développer la race. En 1984, Thérèse Clarke crée le Burmilla Cat Club. Le Burmilla Cat Club publie régulièrement une revue, le BCC Mews et en quatre ans réunit une cinquantaine de membres. Les deux clubs développent deux aspects différents du burmilla : la Burmilla Association se concentre sur la conservation du type morphologique, tandis que le Burmilla Cat Club travaille sur la qualité du tipping de la robe[2].

La reconnaissance de la race[modifier | modifier le code]

L'action cumulée des deux clubs de la race permet de hisser rapidement le burmilla comme une « nouvelle race » solide[2]. Le travail pour la reconnaissance de la race commence dès 1983. La baronne choisit de développer d’autres couleurs et ces chats sont actuellement reconnus sous le nom d'asians[3]. Thérèse Clarke continue à travailler les lignées silver et la Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) reconnaît la race dès 1989 et la Fédération internationale féline (FIFé) en 1994[1]. Les deux principales fédérations américaines, la Cat Fanciers' Association (CFA) et la The International Cat Association (TICA), reconnaissent le burmilla comme une « nouvelle race »[4],[5].

La race est rare aux États-Unis[5] et en France[6]. Selon les statistiques du Livre officiel des origines félines (LOOF), on ne comptait entre 2003 et 2013 que 343 burmillas enregistrés, soit 0.17 % du total des chats de race en France. En 2013, le burmilla est classé à la 31e place sur 72 races en nombre d'inscriptions au LOOF. Il est cependant la race du groupe des asians la plus populaire en France[6].

Standards[modifier | modifier le code]

Article connexe : Morphologie du chat.

Pour le LOOF, les standards du burmese anglais, de l'asian et du burmilla sont identiques hormis ce qui concerne les croisements et couleurs autorisés[7].

Corps[modifier | modifier le code]

Burmilla assis sur son arbre à chat.
Le burmilla est un chat de taille moyenne, bien musclé et de type semi-foreign.

Le burmilla est un chat de taille moyenne à la silhouette médioligne semi-foreign. Les burmillas dont la silhouette est trop orientale ou cobby sont éliminés du championnat, tout comme les sujets à l'ossature fine ou à la petite taille. Le corps et l'encolure sont bien musclés et le chat est souvent plus lourd qu'il n’y paraît. Le dos est droit et le poitrail arrondi. Les pattes, qui doivent être fines, sont bien proportionnées par rapport au corps. Les pattes arrières sont légèrement plus longues que celles de devant. Les pieds sont de forme ovale et bien dessinés[7].

La queue est de longueur moyenne, elle doit pouvoir toucher les épaules si on la replie le long du corps. Elle est moyennement épaisse et s’effile vers le bout qui est arrondi[7].

Tête[modifier | modifier le code]

Portrait d'un chat blanc avec des reflets gris.
Burmilla noir sépia silver shaded présenté en exposition féline à Vantaa.

La tête de taille moyenne forme un triangle court de face. Les pommettes sont larges, le crâne et le front légèrement bombés. Un crâne plat est considéré comme un défaut. De profil, le stop est bien marqué, puis le nez se termine droit. Les nez busqués sont considérés comme des défauts. Le museau est légèrement arrondi et le menton est assez épais[7].

Les yeux sont grands. Leur ligne supérieure s’incline vers le nez tandis que la ligne inférieure est arrondie. Les yeux doivent être bien espacés sur la tête. C'est avant tout leur forme et non leur couleur qui prime. Le standard précise toutefois que leur couleur doit être vive. Des yeux à la forme orientale ou ronde, trop proches sur la tête ou très petits sont des défauts. Les couleurs admises sont le jaune et le vert dans toutes leurs nuances, avec une préférence pour le vert pour les robes chinchilla[7].

Les oreilles sont de taille moyenne, larges à la base et à l'extrémité arrondie. Elles doivent, comme les yeux, être bien espacées sur la tête. Vues de profil, les oreilles pointent vers l'avant[7].

Robe et fourrure[modifier | modifier le code]

Schéma représentant la répartition de la pigmentation sur plusieurs poils tipped.
Les différentes nomenclatures du tipping.

La fourrure du burmilla est courte et pratiquement sans sous-poil. Le poil doit être fin, doux, brillant et bien couché sur le corps. Les patrons sépia et traditionnel sont les seuls autorisés. Toutes les couleurs de robe du chat sont acceptées hormis le blanc épistatique. La robe doit présenter un tipping[Note 1] avec ou sans l'action du gène silver et des polygènes golden[7].

La nomenclature des robes de burmilla varie selon la proportion de couleur sur la longueur du poil, ainsi que pour des raisons historiques. « Shaded » signifie que la couleur est repoussée sur environ un tiers de la longueur du poil, tandis que pour un chat « shell », la couleur représente environ un huitième du poil. Historiquement, les robes rousses silver tipped sont appelées « caméo ». Le « chinchilla » désigne une robe silver shell, généralement pour la couleur noire[8].

Des sujets à poils longs peuvent éventuellement naître lors de croisements entre burmillas[Note 2]. Ils sont enregistrés comme des tiffany au LOOF et ne sont pas reconnus par la FIFé[9]. L'Australian Cat Federation (ACF), la Cat Fanciers' Association (CFA), la The International Cat Association (TICA) et la World Cat Federation (WCF) autorisent une variété à poil mi-long, le burmilla longhair[10],[11],[12],[13].

Les robes tipped et leurs subtiles variations de couleur.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Mariages autorisés[modifier | modifier le code]

Les croisements avec le burmese anglais et l'asian sont autorisés par le LOOF[7]. La FIFé n'accepte que des mariages entre burmillas[14]. La CFA autorise les mariages avec l'European burmese[Note 3] et le persan chinchilla[12],[9] et la TICA entre burmese et persan[13].

Caractère[modifier | modifier le code]

Burilla couché dans une couette
Le burmilla est considéré d'un tempérament doux et gentil, extraverti et joueur.

Les traits de caractère ne sont pas décrits dans les standards et constituent des tempéraments généralement observés chez la race[15]. Christiane Sacase décrit le burmilla comme un chat doux de caractère, réclamant de l'attention et miauleur[16]. Le Dr Bruce Fogle décrit les chats du groupe des asians comme « plus détendus que les burmeses, plus sociables que les persans »[17]. Desmond Morris relève les termes suivants pour désigner le caractère du burmilla : joueur, extraverti, sociable, amical, attentionné, d'un tempérament doux et gentil[18].

Élevage[modifier | modifier le code]

Génétique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Tipping et Robes silver et smoke du chat.

La robe tipped que porte le burmilla est une variante de la robe agouti. Un poil agouti classique est composé de plusieurs bandes de couleurs en alternance. Pour les robes tipped, la bande foncée est repoussée au bout du poil. Shell s'emploie lorsque environ un huitième du poil est pigmenté et shaded pour un tiers du poil pigmenté[19].

Le gène A détermine le présence d'une robe unie ou agouti, c'est-à-dire à motif tabby. L'allèle A code pour une robe unie, tandis que l'allèle a, récessif, laisse la robe agouti : le burmilla est forcément agouti soit de génotype a//a[20]. La série d'allèles Wb est responsable de l'allongement de la bande agouti, ce qui repousse la partie la plus pigmentée au bout du poil. En repoussant la couleur sur l'extrémité du poil, les motifs tabby sont masqués. L'allèle Wb, à l'origine des robes tipped, est à dominance incomplète sur wb et son action est complétée par des polygènes, ce qui explique la variabilité des robes tipped (de shaded à shell)[21].

Enfin, le gène I détermine l'apparition des robes silver. Le gène I comprend deux allèles. L'allèle i, récessif, est l'allèle sauvage et ne modifie pas la couleur de la robe : le burmilla sera golden shaded ou golden shell. L'action de l'allèle dominant I est d'arrêter la production de phéomélanine dans le poil, ce qui se traduit par une bande transparente d'apparence blanche : le burmilla sera silver shaded ou chinchilla[22].


Génotype de la robe tipped du burmilla
Génotype Phénotype
Gène A Gène Wb Gène I
a//a Wb//wb ou Wb//Wb
et polygènes
i//i Robes golden tipped
I//i ou I//I Robes siver tipped

Associations d'élevage[modifier | modifier le code]

Le Burmilla-Asian Association et le Burmilla Cat Club sont les deux associations d'élevage britanniques à l'origine du développement et de la reconnaissance officielle de la race[18]. En France, BeAuTiful cats est l'association officiellement reconnue par le LOOF depuis 2010 : elle gère les races burmese anglais, asian, tiffany et burmilla[23].

Entretien[modifier | modifier le code]

L'entretien du burmilla ne demande pas de toilettage spécifique[24],[25]. Il est recommandé un brossage hebdomadaire et un lustrage au gant[16].

Liens avec d'autres races[modifier | modifier le code]

Portrait d'un chat blanc ombré de gris à poil long
Cet asian tipped à poil long est considéré comme un tiffany par la FIFé, mais deviendrait un burmilla longhair pour les fédérations nord-américaines.

Le burmilla fait partie du groupe des asians[17]. Il est apparenté au burmese anglais et au persan. Le programme d'élevage du burmilla est à l'origine de la création de la race asian et du tiffany, sa variété à poil mi-long[25],[26]. Les fédérations américaines, la TICA et la CFA, considèrent une variété à poil mi-long du burmilla, le burmilla longhair, qui correspondrait à un tiffany tipped dans les fédérations européennes[12],[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La couleur est repoussée à l'extrémité du poil, donnant une robe d'apparence claire avec des reflets plus foncés.
  2. Le gène déterminant la présence des poils longs est récessif et peut donc rester « caché » dans une population de chats à poil court.
  3. L'European burmese de la CFA est considéré comme un burmese anglais par les registres d'élevage européens.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Fogle 2007, p. 140
  2. a, b, c, d, e et f Morris 1996, p. 203
  3. a, b, c, d, e et f Clarke
  4. (en) The International Cat Association, « TICA Recognized cat breeds » [php], sur tica.org (consulté le 17 mai 2014)
  5. a et b (en) Cat Fanciers' Association, « About this breed », sur cfainc.org (consulté le 17 mai 2014)
  6. a et b « Tableau des pedigrees par race et par année » [php], sur loof.asso.fr, Livre officiel des origines félines (consulté le 16 mai 2014)
  7. a, b, c, d, e, f, g et h « Standards LOOF de l'asian, du burmese anglais et du burmilla » [PDF], sur loof.asso.fr, Livre officiel des origines félines,‎ 17 octobre 2011 (consulté le 16 mai 2014)
  8. Brisson 2012, p. 155
  9. a et b BeAuTiful, « Burmilla », sur beautifulcats.voila.net (consulté le 17 mai 2014)
  10. (en) « Standard ACF du burmilla et du burmilla longhair » [PDF], sur acf.asn.au, Australian Cat Federation,‎ 1er janvier 2014 (consulté le 16 mai 2014)
  11. « Standard de la WCF – Standards de races Burmilla poil court » [PDF], sur wcf-online.de, World Cat Federation,‎ 1er janvier 2010 (consulté le 16 mai 2014)
  12. a, b et c (en) Cat Fanciers' Association, « Standards du burmilla et burmilla longhair du CFA » [PDF], sur cfainc.org,‎ 5 janvier 2013 (consulté le 17 mai 2014)
  13. a, b et c (en) The International Cat Association, « Standards du burmilla et burmilla longhair de la TICA » [PDF], sur tica.org,‎ 1er janvier 2010 (consulté le 17 mai 2014)
  14. (fr+en+de) Fédération internationale féline, « Standard du burmilla de la FIFé » [PDF], sur fifeweb.org,‎ 1er janvier 2014 (consulté le 16 mai 2014)
  15. Bernard-Marie Paragon et Jean-Pierre Vaissaire, Encyclopédie du chat, Paris, Sang de la Terre, coll. « Encyclopédie du… »,‎ 16 avril 2003, 128 p. (ISBN 2-7476-0058-0 et 978-2-7476-0058-3, OCLC 470427034, notice BnF no FRBNF39163233)
  16. a et b Christiane Sacase, Les Chats, Solar, coll. « Guide vert »,‎ février 1994, 256 p. (ISBN 2-263-00073-9), p. 141
  17. a et b Fogle 2007, p. 141
  18. a et b Morris 1996, p. 204
  19. Alyse Brisson, Le chat de race, conseils d'élevage et abgrégé de génétique de la robe, Clamecy, Chiron,‎ janvier 2004, 191 p. (ISBN 2-7027-1027-1), « Répartition des pigments dans les poils : mon chat sera-t-il tabby ? »
  20. Peterschmitt 2009, p. 50
  21. Peterschmitt 2009, p. 54
  22. Peterschmitt 2009, p. 54-55
  23. « Clubs de race affiliés au LOOF » [php], sur loof.asso.fr, Livre officiel des origines félines (consulté le 16 mai 2014)
  24. Milena Band Brunetti (trad. Nathalie Rossi), Le grand livre des chats de race, Paris, DeVecchi,‎ 2007, 256 p. (ISBN 978-2-7328-8884-2), p. 168-171
  25. a et b « Le burmilla, l'asian et le tiffany : des burmeses de toutes les couleurs » [PDF], sur loof.asso.fr, Livre officiel des origines félines (consulté le 16 mai 2014)
  26. Morris 1996, p. 198

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles principaux : Chat et Race de chats.

Standards[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 7 juin 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.