Bures-en-Bray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Burettes (Seine-Maritime) » redirige ici. Pour les accessoires de la liturgie catholique, voir Burettes.
Bures-en-Bray
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Neufchâtel-en-Bray
Intercommunalité Londinières
Maire
Mandat
Jacky Lévêque
2014-2020
Code postal 76660
Code commune 76148
Démographie
Population
municipale
319 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 44″ nord, 1° 20′ 09″ est
Altitude Min. 47 m – Max. 201 m
Superficie 10,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bures-en-Bray

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bures-en-Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bures-en-Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bures-en-Bray

Bures-en-Bray est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bures et la référence au pays de Bray dans le nom de la commune a été ajoutée en 1950.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aliénor sur l'ordre de son mari, Henri II Plantagenêt, vint passer les fêtes de Noël en Normandie, à Bures en 1170. C'est là qu'elle apprit la nouvelle de l'assassinat de l'archevêque anglo-normand Thomas Becket en sa cathédrale de Cantorbéry le 29 décembre.
Vers la même époque un de ses fils, Henri Le Jeune, un jour où il se trouvait à Bures décide d'inviter à sa table tous ceux qui se prénomment Guillaume / William(e), comme son frère - c'est à l'époque, en Normandie, comme en Angleterre, le prénom le plus répandu après celui de Jean / John. Cent dix sept répondirent à l'appel et dînèrent avec lui ce soir-là[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Jacky Levêque[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 319 habitants, en diminution de -0,93 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
522 554 561 470 468 513 530 511 499
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
435 454 422 420 414 410 407 400 391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380 383 376 400 393 395 428 412 375
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
428 434 343 301 318 266 322 321 319
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Aignan fut construite au XIIe et XIIIe siècle, elle possède un clocher tors de 60 mètres de haut dont la flèche recouverte d'ardoises tourne de gauche à droite. Le clocher a été complètement restauré en 2000 ainsi que la nef en bois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Eugène Decorde (1811-1881) a publié les ouvrages suivants :

  • Essais historiques sur le canton de Neufchâtel en 1848, Essais historiques sur le canton de Blangy en 1850, Essais historiques sur le canton de Londinières en 1851, Essais historiques sur le canton de Forges les Eaux en 1856, Essais historiques sur le canton de Gournay en 1861 ;
  • Dictionnaire du patois en pays de bray en 1852 ;
  • Histoire de Bures en Bray en 1872[7] ;
  • Histoire des cinq communes de l'Aliermont en 1877.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]