Bullshit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bullshit (homonymie).

Bullshit est une expression d'anglais américain qui signifie littéralement « merde de taureau » ou « merde de bison », elle est l'équivalent de « foutaise » ou « connerie ». Elle sert à dénoncer un mensonge ou une exagération et la traduction la plus juste serait « c'est des conneries »[1] dans la plupart des cas. Bullcrap en est une version plus modérée.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Selon Harry Frankfurt[2], le bullshit se distingue à la fois du mensonge et de la vérité, en ceci que ni l'un ni l'autre n'ont d'importance dans les conneries: le mensonge implique une intention délibérée de cacher la vérité, tandis qu'un bullshiteur pourrait prêcher indifféremment le vrai ou le faux, à partir du moment où cela sert ses intérêts, sans que cela ne l'implique émotionnellement ou intellectuellement. Harry Frankfurt souligne que sous ce terme dédaigneux se cache en fait un "trait culturel saillant" de la société contemporaine, que la majorité du discours est en fait du bullshit: des données non-vérifiées, mal interprétées, mal formulées, parfois vrais, parfois fausses, étendues sans aucune rigueur et à profusion, emportant une conviction inébranlable parce que dénuée de toute base réelle.

Principe d'asymétrie des idioties[modifier | modifier le code]

Le principe d'asymétrie des idioties ou loi de Brandolini[3], plus connu sous sa dénomination originale de bullshit asymmetry principle, formulé publiquement pour la première fois en janvier 2013 par Alberto Brandolini, un programmeur italien[4], énonce que :

« La quantité d'énergie nécessaire pour réfuter des idioties est supérieure d'un ordre de grandeur à celle nécessaire pour les produire. »

Il en ressort que la désinformation a un avantage important, rétablir la vérité étant particulièrement coûteux.

Cette locution a été rendue célèbre après qu'une photo montrant une diapositive d'une présentation par Brandolini à XP2014, le , a été postée sur Twitter[5].

Une réflexion similaire avait été formulée par le passé, mais elle se concentrait davantage sur la vitesse de propagation que sur l'idiotie, alors que le propos de Brandolini s'intéresse à la difficulté de réfuter[6].

Ce principe est l'une des raisons pour lesquels il ne faut pas renverser la charge de la preuve.

Utilisations

Cette expression est le plus souvent utilisé dans des jeux vidéos tels que Call Of Duty : Global warfare sur le site Internet : advance-gaming.com .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire Collins
  2. "De l'art de dire des conneries", cité par Niall McLaren dans Psychiatry as bullhit
  3. (en) « Brandolini’s law », sur Ordre spontané on blogspot (consulté le 1er mars 2015) : « Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law. »
  4. (en) Alberto Brandolini, « Bullshit Asymmetry Principle - Twitter », sur Twitter (consulté le 1er mars 2015).
  5. (en) Tim Farley, « Bullshit asymmetry principle », sur Twitter (consulté le 1er mars 2015).
  6. (en) « Brandolini’s law », sur Ordre spontané on blogspot (consulté le 1er mars 2015) : « it’s not that much about the speed of dissemination of bullshit but rather about the inherent difficulty to refute bullshit ».