Bulgarisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Vulgarisation.

La bulgarisation (en bulgare : побългаряване [bulgarisation] ou българизация [bulgarianisation]) est un terme donné à la politique d'assimilation culturelle et linguistique, depuis la seconde moitié du XXe siècle, des minorités non bulgares de la République populaire de Bulgarie (1946–1990) puis de la nouvelle République de Bulgarie, proclamée en 1990.

Cette assimilation ou tentative d'assimilation concernera principalement les minorités musulmanes du pays composées essentiellement de Pomaques, de Turcs et de Tatars, mais aussi une population turcophone de religion chrétienne, les Gagaouzes, ainsi qu'une population slave, les Macédoniens (en) de la province de Blagoevgrad, dans le sud-ouest du pays.

Sous la présidence de Todor Jivkov (1954–1989), l'édification d'une « nation bulgare unie », entreprise à partir de 1959, se caractérisera notamment par une bulgarisation autoritaire des prénoms et noms de famille des diverses minorités[1]. Les premiers qui furent touchés par cette assimilation forcée furent les Pomaques. Cette communauté, vivant à cheval entre la Grèce et la Bulgarie, dans les zones montagneuses du Rhodope, serait issue de Bulgares hérétiques — les Bogomiles — ayant embrasser l'islam autour du XVe siècle, lors des invasions turques. Bulgarophones mais musulmans, portant des prénoms turcs, les Pomaques durent notamment slaviser leurs prénoms. Opposés à cette bulgarisation forcée ils se rapprocheront des Bulgares de souche turque et se « turquiseront» de plus en plus[2].

En 1984, la direction du Parti communiste bulgare obligera tous les Turcs à bulgariser leurs noms[3].

Face à cette politique de bulgarisation, plus de trois cent mille musulmans de Bulgarie migreront vers la Turquie. Plusieurs dizaines de milliers reviendront rapidement en Bulgarie, mécontents de leur condition de vie dans leur nouveau pays[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicole Lapierre, Changer de nom (2. « L'emprise du national », "Le front des noms et des langues"), Stock, 1995. (ISBN 2-234-07252-2)
  2. Bulgarie: Géographie, économie, histoire et politique ("Un nationalisme utile"), Volume 19 de : "Les Grands Articles d'Universalis", Encyclopædia Universalis, 2015. (ISBN 2-85229-920-8)
  3. Bulgarie: Géographie, économie, histoire et politique ("Un nationalisme utile").
  4. Stefanos Katsikas, Bulgaria and Europe: Shifting Identities, Anthem Press, 2011, p. 66. (ISBN 0-85728-863-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]