Bulbul orphée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pycnonotus jocosus

Le Bulbul orphée (Pycnonotus jocosus), parfois appelé Condé, est une espèce de passereau de la famille des Pycnonotidae.

Distribution[modifier | modifier le code]

Le Bulbul orphée est indigène de l'Asie tropicale, de l'Inde à l'Asie du Sud-Est en passant par la Chine. Il a été introduit en Nouvelle-Galles du Sud, en Floride et dans de nombreuses parties du monde. Il est souvent considéré envahissant[1].

Il a également été importé à l'île Maurice et de là à La Réunion, où il est considéré comme une peste animale pillant les cultures et notamment les arbres fruitiers. Il y est couramment appelé merle de Maurice et accusé de faire courir un danger d'extinction au Bulbul de Bourbon quant à lui endémique, un oiseau qu'il concurrence.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le Bulbul orphée apprécie les champs et les zones seulement légèrement boisées ou couvertes de buissons et d'arbustes. Il s'accommode facilement de la compagnie des hommes. On rencontre cette grive souvent dans les villages et dans les jardins et parcs des grandes villes.

Description[modifier | modifier le code]

Le Bulbul orphée fait environ vingt centimètres de longueur, une envergure de 25 à 28 cm et il pèse de 23 à 42 g.

Les deux sexes ont un plumage similaire, mais celui des jeunes est plus terne.

Il présente un plumage dorsal brun et ventral blanchâtre. Une raie sombre court en haut de sa poitrine à partir du haut du dos.

Il se distingue notamment à sa crête noire pointant vers l'avant, à sa tache rouge sur la joue[2] et à une ligne noire dessinant de fines moustaches sur sa gorge blanche. Sa longue queue est brune sauf près du ventre, où elle est rouge.

Il vit en moyenne 4 ans mais parfois jusqu'à 11 ans.

Comportement[modifier | modifier le code]

Le vol du Bulbul orphée est constitué de vols courts et saccadés[3], une succession de bonds qui ressemblent au vol d'un pic.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Ce passereau est essentiellement frugivore. Il se nourrit de fruits mûrs sucrés, de nectar de fleurs, de baies et de graines. Il attrape et ingère aussi des insectes et des araignées dans la végétation ou lors de courtes poursuites aériennes.

Nidification[modifier | modifier le code]

Red whiskered bulbuls (16562305020).jpg

Le bulbul orphée construit un nid en forme de coupe circulaire. Ce nid est constituée de brindilles, d'herbes et de radicelles, le tout lié par de la toile d'araignée, bien caché dans les buissons ou dans un petit arbre.

La couvée comprend en général de deux à quatre œufs blanchâtres ornés de taches rouges ou brun rouge.

Les œufs éclosent au bout de 12 à 14 jours.

Les oisillons sont d'abord nourrit par les deux parents de chenilles et d'insectes.

Quand ils sont adultes, ils forment des bandes pouvant compter jusqu'à 30 individus[4]. Ils mangent désormais des fruits.[5]

Voix[modifier | modifier le code]

Son cri est puissant et facile à reconnaître parce que perçant. Son chant est un jacassement réprobateur.

Le bulbul orphée est l'oiseau le plus populaire des concours de chants d'oiseaux organisés en Thaïlande[6].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après la classification de référence (version 5.2, 2015) du Congrès ornithologique international, cette espèce est constituée des huit sous-espèces suivantes (ordre phylogénique) :

  • Pycnonotus jocosus fuscicaudatus ;
  • Pycnonotus jocosus abuensis ;
  • Pycnonotus jocosus pyrrhotis ;
  • Pycnonotus jocosus emeria ;
  • Pycnonotus jocosus whistleri ;
  • Pycnonotus jocosus monticola ;
  • Pycnonotus jocosus jocosus ;
  • Pycnonotus jocosus pattani.

Évocation artistique[modifier | modifier le code]

Le compositeur Olivier Messiaen s'est inspiré de son chant dans l'une des pièces de ses Oiseaux exotiques, écrites entre 1955 et 1956[7].

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (GISD 2007)
  2. Collectif (trad. de l'anglais), Histoire naturelle : plus de 5000 entrées en couleurs, Paris, Flammarion, , 650 p. (ISBN 978-2-08-137859-9), Bulbul orphée page 489
  3. Colin Harrison et Alan Greensmith (trad. Antoine Reille), Les oiseaux du monde, Bordas, coll. « L’œil nature », , 416 p., Bulbul orphée page 274
  4. Jiří Felix (trad. Jean et Renée Karel), Faune d'Asie, Paris, Gründ, , 302 p. (ISBN 2-7000-1512-6), Bulbul orphée page172
  5. (en) « Red whiskered bulbul », sur thainationalparks.com (consulté le 30 octobre 2020)
  6. Monica Fantini, Radio France Internationale, « Écouter le monde : Écouter les concours de chants d'oiseaux en Thaïlande avec Stéphane Rennesson (7/11) » (Texte et Audio de 2 min 31 s), sur rfi.fr,
  7. Notice de Oiseaux exotiques d'Olivier Messiaen sur le site de l'IRCAM

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :