Bulbul des jardins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pycnonotus barbatus

Le Bulbul des jardins (Pycnonotus barbatus) est une espèce de passereaux de la famille des Pycnonotidae.

L'espèce est considérée de préoccupation mineure par l'UICN (2021)[1].

Description[modifier | modifier le code]

Les bulbuls sont globalement de petits oiseaux arboricoles dont la seule différence entre les sexes est que les mâles sont plus grands[2]. Les immatures sont semblables aux adultes. Ces oiseaux sont assez peu colorés (gris, brun, vert, jaune, beige, blanchâtre, etc.). Et ce sont des frugivores et insectivores. Ils n'appartiennent pas à un genre taxinomique unique.

Le Bulbul des jardins est un petit oiseau d’une vingtaine de centimètres de long, au plumage assez terne. Les parties supérieures sont d'un brun moyen localement nuancé de fauve[3],[4]. La tête est comme encapuchonnée de brun sombre, la face devenant presque noire et incluant un œil, noir également. Le bec est noir, fort et d'aspect légèrement courbe[2],[3]. La queue dépasse largement les courtes ailes. Les pattes noires sont robustes. Les parties inférieures sont blanchâtres à beige brunâtre. Le vol est plutôt rapide et direct[3].

Assez bruyant, il émet des phrases musicales courtes agréables à l'oreille : tou-TOUI-twuir-tou-TOUII ou tchouk-touu-tu-tuiuii ou encore kouik-kouik-kouiouu[2].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

L’espèce peuple l’Afrique inter tropicale depuis la Mauritanie et le Sénégal à l’Ouest, et jusqu’en Erythrée ou en Ethiopie à l’Est[3]. Au Sud, elle descend jusque vers le Gabon et le Sud du Congo. On le retrouve occasionnellement en Europe du Sud et en Afrique du Nord[5]. Ce bulbul est très commun, même à proximité de l’Homme. Il a besoin seulement d’un minimum de végétation arbustive ou arborée, et de fruits et graines, dont il se nourrit. Hormis cela, il s'adapte à une très large gamme d'habitat, dont les jardins un minimum aménagés.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Pycnonotus barbatus a été décrite par le naturaliste français René Desfontaines en 1789[6].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après le Congrès ornithologique international (COI), cette espèce est constituée des cinq sous-espèces suivantes (ordre phylogénique) :

  • Pycnonotus barbatus barbatus (Desfontaines, 1789) ;
  • Pycnonotus barbatus inornatus (Fraser 1843) ;
  • Pycnonotus barbatus gabonensis Sharpe 1871 ;
  • Pycnonotus barbatus arsinoe (Lichtenstein) 1823 ;
  • Pycnonotus barbatus schoanus Neumann 1905.

Plusieurs sous-espèces placées dans cette espèce par d'autres autorités taxinomiques sont considérées comme des espèces à part entière par le COI. P. b. dodsoni Sharpe, 1895 est reconnue comme l'espèce Bulbul de Dodson (Pycnonotus dodsoni) ; P. b. somaliensis Reichenow, 1905 est reconnue comme le Bulbul somalien (Pycnonotus somaliensis) ; P. b. layardi Gurney, 1879, P. b. spurius Reichenow, 1905 et P. b. tricolor (Hartlaub, 1862) forment dorénavant le Bulbul tricolore (Pycnonotus tricolor).

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BirdLife International (BirdLife International), « IUCN Red List of Threatened Species: Pycnonotus barbatus », IUCN Red List of Threatened Species,‎ (DOI 10.2305/iucn.uk.2018-2.rlts.t22712650a132101179.en, lire en ligne, consulté le )
  2. a b et c Ron Demey et Benoît. Paepegaey, Oiseaux de l'Afrique de l'Ouest (ISBN 978-2-603-02396-9 et 2-603-02396-9, OCLC 944442325, lire en ligne)
  3. a b c et d « Bulbul des jardins Pycnonotus barbatus - Common Bulbul », sur https://www.oiseaux.net/ (consulté en )
  4. Geroges Bouet, Oiseaux d'Afrique Tropicale,
  5. « Observations Bulbul des jardins », sur https://www.inaturalist.org/ (consulté en )
  6. René Desfontaines, Histoire de l'Académie Royale des Sciences, 1787, p. 500, planche n°12.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]