Bujinkan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Caractères kanjis de l'école Bujinkan.

Le Bujinkan (武神館, « La maison du guerrier divin » en japonais), ou plus précisément le Bujinkan dojo (武神館道場?) est une organisation d'arts martiaux fondée en 1972 et dirigée par soke Masaaki Hatsumi (初見良昭?, Hatsumi Masaaki), élève direct de Takamatsu Toshitsugu (高松寿嗣, Takamatsu Toshitsugu?).

Le dojo principal de la discipline se trouve au Japon, à Noda dans la préfecture de Chiba, située en périphérie de la ville de Tokyo. Il existe des dojos représentant le Bujinkan dojo partout dans le monde.

La discipline enseignée se nomme le Bujinkan budō taijutsu (武神館武道体術?) et est une compilation de neuf écoles (ryūha) d'arts martiaux. Dans ces écoles, six sont des bujutsu (« écoles des samouraïs ») et trois sont du ninjutsu (écoles shinobi, mot synonyme de ninja) dont deux d'entre elles n'ont pas été enseignées[pas clair]. Cet art martial s'appelait auparavant le Bujinkan ninpō taijutsu et est connu sous le nom générique de Bujinkan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1995-1996, Masaaki Hatsumi a pris la décision de changer la dénomination de son art et de ne plus enseigner toutes les disciplines du ninjutsu[1].

Ce changement est la cause des exactions de nombreuses personnes déséquilibrées dans le monde. Exactions, dont l'inspiration s'est produite à cause des productions florissantes de l'industrie cinématographique de Hollywood durant la période appelée Ninja Boom, qui ont terni l'image du ninjutsu aux yeux des néophytes et des simples curieux.[réf. souhaitée]

Alors que le ninjutsu englobe pas moins de 18 disciplines distinctes (de l'équitation à l'art des liens, en passant par le camouflage, la psychologie, la stratégie, la pharmacopée, la fabrication d'armes, d'explosifs, etc. ), il s'est vu réduit pendant de nombreuses années et, par des spécialistes auto-proclamés, à l'unique utilisation des techniques de guérilla du Japon médiéval.

Aujourd'hui, seulement quelques-unes de ces disciplines sont enseignées dans le Bujinkan, dont la plupart se retrouvent aussi dans les écoles de bujutsu. Le plus souvent, il s'agit de techniques tirées des écoles de bujutsu, appliquées avec des principes de ninjutsu.

Masaaki Hatsumi a enseigné à de nombreux corps d'armée et unités de police, gardiens de prison, etc. La plupart de ses élèves japonais sont encore vivants ; parmi eux, deux qui fondèrent leurs propres écoles tirées du Takamatsuden (enseignements de Takamatsu Toshitsugu). Il s'agit de Shoto Tanemura, un cousin d'Hatsumi qui fondera le Genbukan ainsi que Fumio Manaka, le premier élève d'Hatsumi qui fondera le Jinenkan.

Citons aussi les autres shihan (maitres d'armes instructeurs) qui assistent encore aujourd'hui Hatsumi senseï :

  • Ishizuka senseï,
  • Someya senseï,
  • Seno senseï,
  • Nagato senseï,
  • Nogushi senseï,
  • Shiraishi senseï,
  • Nakadai senseï,
  • Nagase senseï,
  • Oguri senseï (décédé le 17 janvier 2012 au Japon[2]).

Tous résident non loin du honbu dojo à Noda.

Les écoles du Bujinkan budō taijutsu[modifier | modifier le code]

  1. Togakure Ryu Ninpō Taijutsu
  2. Gyokko Ryu Kosshi Jutsu
  3. Koto Ryu Koppo Jutsu
  4. Kukishinden Ryu
  5. Shinden Fudō Ryu Dakentaijutsu
  6. Takagi Yoshin Ryu Ju Tai Jutsu
  7. Gikkan Ryu Koppo Jutsu
  8. Gyokushin Ryu Ninpō Taijutsu
  9. Kumogakure Ryu Ninpō Taijutsu

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]