Bugle rampante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ajuga reptans

La bugle rampante (Ajuga reptans) est une plante vivace de la famille des Lamiacées qui pousse dans les endroits frais[1]. C'est une plante qui émet de longs stolons feuillés[1].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le nom vulgaire du bugle « provient du latin médiéval bugula, peut-être dérivé de bugillo, qui désignait une plante indéterminée[2] ».

Le nom botanique Ajuga a deux origines possibles : tiré du grec a, privatif et du latin jugum, joug, en référence à la corolle qui semble dépourvue de lèvre supérieure ; déformation du latin abigere, chasser, allusion aux prétendues vertus de ces plantes qui faciliteraient l'accouchement. L'épithète spécifique reptans fait référence au stolon rampant[3].

Cette bugle porte également des noms vernaculaires, Petite Consoude, Consoude moyenne, Herbe de Saint-Laurent, Herbe au charpentier, Herbe à la coupasse, cette plante étant connue pour ses cicatrisantes et astringentes[3].

Description[modifier | modifier le code]

Les tiges sont partiellement pubescentes et portent des feuilles vert foncé, ovales à oblongues, spatulées d'environ 10 cm de long.

Floraison : en mai-juin[1], fleurs bleu foncé de 1 à 2 cm sur des épis pouvant atteindre 15 cm.

Taille : 10 à 40 cm de haut[1]. Son étalement peut aller jusqu'à 1 m de diamètre.

Originaire de l'Europe, du Caucase et de l'Iran, elle est très rustique. Commune en France jusque 2 000 mètres d'altitude mais plus rare en région méditerranéenne[1].

La plante ressemble assez fortement à la Bugle de Genève qui préfère de son côté les sols plus secs et moins riches[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Cette plante est connue pour ses vertus médicinales : sa richesse en tanins explique son utilisation depuis des siècles : usage interne (antidiarrhéique, action anti-inflammatoire, activité antifongique) et externe (effet hémostatique, cicatrisant)[4]. Cette réputation au Moyen Âge lui vaut le distique « Qui a la bugle et la sanicle, fait au chirurgien la nique[5] ».

Photos[modifier | modifier le code]

Bugle rampante

Illustrations[modifier | modifier le code]

Variétés[modifier | modifier le code]

L'espèce sauvage est envahissante, mais des variétés horticoles sont cultivées, qui forment un excellent couvre-sol. Leurs feuilles et fleurs sont de diverses couleurs. Les principales variétés sont :

  • A. reptans 'Burgundi Glow' : feuilles vert argenté ou vert doré avec du rouge vineux foncé ;
  • A. reptans 'Catlin's Giant' : grandes feuilles bronze pourpré foncé. Les inflorescences sont un peu plus grandes ;
  • A. reptans 'Multicolor' ou A. reptans 'Rainbow' : tapissant, aux feuilles vert bronze foncé marquées de crème et de rose ;
  • A. reptans 'Pink Elf' : compact, fleurs rose foncé sur des hampes courtes (5 cm de haut) ;
  • A. reptans 'Variegata' : dense et à pousse lente. Feuilles gris-vert marginées et éclaboussées de crème.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (fr) Guide complet de la nature - Michael Lohmann - p.312 - (ISBN 2-8034-4019-9) - Éditions Chantecler - Aartselaar - Belgique
  2. François Couplan, Les plantes et leurs noms. Histoires insolites, éditions Quæ, , p. 34
  3. a et b Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion, Gérard Dumé, Flore forestière française. Plaines et collines, Forêt privée française, , p. 831
  4. (en) V.A. Kurkin, « Phenylpropanoids from medicinal plants: distribution, classification, structural analysis, and biological activity », Chem Nat Compd., vol. 39, no 2,‎ , p. 123-153 (DOI 10.1023/A:1024876810579)
  5. Annick Montel-Kowalyszin, Contons fleurettes ! histoires et légendes des fleurs sauvages, TheBookEdition, , p. 5