Bugatti Type 10

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bugatti (homonymie).

Bugatti Type 10
Bugatti Type 10
Pilotée par Ettore Bugatti au moment de la fondation de l'Usine Bugatti de Molsheim en 1909

Marque Drapeau : France Bugatti
Années de production 1907 à 1909
Production 1 exemplaire(s)
Classe Prototype
Usine(s) d’assemblage Domicile personnel de Cologne, et fondation de Bugatti et de l'Usine Bugatti de Molsheim
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 4 cylindres en ligne ACT
Position du moteur Longitudinal avant
Cylindrée 1206 cm3
Puissance maximale 12 ch
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 420 kg
Vitesse maximale 88 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Légère en alliage d'aluminium
Suspensions Ressort à lames
Freins Frein à tambour
Dimensions
Longueur 2740 mm
Largeur 1300 mm
Empattement 2000 mm
Chronologie des modèles

La Bugatti Type 10 ou petit Pur-sang est un prototype d'automobile conçu entre 1907 et 1909 par Ettore Bugatti (1881-1947)[1]. Ce prototype est à l'origine de la fondation de Bugatti et de l'Usine Bugatti de Molsheim en Alsace en 1909[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Ettore Bugatti (1881-1947) débute sa carrière de concepteur et pilote de voitures de courses d’élite[3] :

Entre 1907 et 1909 il conçoit personnellement pour son propre compte ce prototype de voiture de sport de luxe, et de course, avec son savoir faire et selon ses propres idéaux de performance et de luxe, dans la cave de sa maison de Cologne, avec châssis, carrosserie légère en alliage d'aluminium[4], et moteur monobloc Bugatti ACT[5] de 4 cylindres, 2 soupapes par cylindre, de 1,2 L pour 12 ch et 88 km/h de vitesse de pointe[6]. Il le baptise le petit Pur-sang (qu'il associe à sa marque, en rapport à sa passion pour les Pur Sang de sport hippique).

Fort du succès de son prototype (testé entre autres à la course de côte de Gaillon), il fonde avec l'aide du banquier Augustin de Vizcaya et de son fils Pierre de Vizcaya, sa propre industrie automobile familiale Bugatti à Molsheim-Dorlisheim près de Strasbourg en Alsace (Usine Bugatti de Molsheim), l'année de la naissance de son fils et successeur héritier Jean Bugatti (1909-1939), avec son père Carlo Bugatti (1856-1940), son frère Rembrandt Bugatti (1884-1916), et ses 65 premiers salariés (dont son collaborateur de longue date Ernest Friderich), avec sa devise de toute sa vie « Rien n’est trop beau, rien n’est trop cher » pour sa richissime clientèle d'élite internationale[7].

En 1910 Bugatti remporte un vif succès au Mondial de l'automobile de Paris avec sa première série de Bugatti Type 13, Bugatti Type 15, et Bugatti Type 17, inspirée de son prototype, avec des caractéristiques techniques avancées pour l'époque, une haute qualité de finition, un haut niveau d'esthétique, de design, et de prix, avec plus de 40 victoires de courses en quatre ans malgré sa faible cylindrée, grâce à sa légèreté et son exceptionnelle tenue de route. Ses calandres de radiateurs évoluent rapidement vers leur célèbre forme de fer à cheval inspirée de la passion d'Ettore Bugatti pour le sport hippique[7].

La Bugatti Type 10 historique appartiendrait à ce jour à un collectionneur privé de Californie[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]