Bruyelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bruyelle
Bruyelle, tour du clocher à bulbe de l'église Sainte-Rictrude
Bruyelle, tour du clocher à bulbe de l'église Sainte-Rictrude
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Tournai
Commune Antoing
Code postal 7641
Zone téléphonique 069
Démographie
Gentilé Bruyellois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 33′ nord, 3° 25′ est
Superficie 322 ha = 3,22 km2
Localisation
Localisation de Bruyelle au sein d'Antoing
Localisation de Bruyelle au sein d'Antoing

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Bruyelle

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Bruyelle

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Bruyelle

Bruyelle (en picard Briyèle, en wallon Briêle) est une section de la ville belge d'Antoing, située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Le village est reconnu pour son clocher particulier qui fut détruit lors de la guerre 40-45[réf. nécessaire].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Étymologie possible : petite bruyère

Anciennes formes : 1187 Bruella

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Catelet, Couture de Fontenelle, Haute Éloge, Mareteau.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'argile de Bruyelle était réputée et servit à alimenter les faïenceries européennes.

Lorsque Fénelon fut chargé de l'éducation du duc de Bourgogne on réclama des intendants une série de mémoires destinés à faire connaître au prince l'organisation complète du royaume. L'intendant de Hainaut s'exprime ainsi à propos de la céramique: Mais les faïences ne sont pas recherchées quoiqu'elles soient faites de la même terre que celles que font les Hollandais et que l'on tire du village de Bruyelle à une lieue de Tournay: « La commodité que les fayanciers de Tournay ont d'avoir cette terre est très grande et devrait les exciter à perfectionner leurs ouvrages. Cependant les Hollandais viennent chercher cette terre pour en fabriquer leurs fayances qu'ils envoient ensuite vendre dans tous les pays conquis[1]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Jacquemart. Les merveilles de la céramique: ou l'art de façonner et décorer les vases en terre cuite, faïence, grès et porcelaine, depuis les temps antiques jusqu'à nos jours, Partie 3. Hachette et Cie, 1869. Consulter en ligne