Bruno Lemaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Bruno Le Maire.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemaire.
Bruno Lemaire
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Directeur de thèse
Site web

Bruno Lemaire (né en 1945) est un économiste et homme politique français.

Membre du Front national, conseiller municipal de Perpignan depuis 2014, il est un des conseillers économiques de Marine Le Pen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Né le , Bruno Lemaire est docteur ès sciences économiques (1980)[1] et diplômé de Harvard[2].

Il a travaillé à IBM, puis enseigné le management[3] à l'École des hautes études commerciales de Paris[2].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Alors chevènementiste, il a fait partie des groupes d'experts socialistes avant 1981[3].

Il rejoint par la suite le Front national[Quand ?].

En , il est candidat sous les couleurs du parti face à Ségolène Neuville dans la 3e circonscription des Pyrénées-Orientales ; il est éliminé au 1er tour avec 18,68 % des suffrages[4].

Il est depuis 2010 secrétaire général du cercle Idées Nation créé par Louis Aliot[3], et anime depuis lors, avec Bernard Monot, le groupe d'« experts économiques » de Marine Le Pen[5] ; en 2013, Le Figaro le classe parmi ses « têtes chercheuses »[3]. « Proche des thèses monétaristes [de] Maurice Allais », il défend un retour au franc[3] et l'instauration d'un revenu universel[6], qu'il appelle « revenu minimum de dignité »[7]. Il se présente par ailleurs comme un « économiste catholique »[8].

En , il est candidat aux élections municipales à Perpignan sur la liste de Louis Aliot[3], et est élu conseiller d'opposition[9] et conseiller communautaire de Perpignan Méditerranée Métropole[10]. En septembre, il est présent sur la liste du même aux élections européennes dans la circonscription Sud-Ouest.[réf. souhaitée]

En , il fait l'objet d'accusations d'antisémitisme, ce dont il se défend, assurant être plus « préoccupé » par l'islam[11]. Le même mois, lors du congrès de Lyon, il entre au comité central du FN[8].

Lors des élections cantonales de 2015, il est candidat dans le canton du Ribéral en tandem avec Anne-Marie Lahaxe ; ils sont battus au 2d tour avec 41,45 % des voix[12].

En avril suivant, il suscite la polémique en soutenant que Bernard Cazeneuve, François Hollande et Christiane Taubira avaient pour objectif l'« extermination ethnique des chrétiens »[8].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Mystères de l'inflation : valeurs et prix en économie de marché (thèse de doctorat ès sciences économiques remaniée), Gif-sur-Yvette, Frontières, , 222 p. (ISBN 2-86332-020-3).
  • Avec Christian Nivoix, Gagner dans l'incertain, Paris, Éditions d'organisation, , 365 p. (ISBN 2-7081-1822-6).
  • Entrepreneurs et entreprises du 4e type : travail et activités à l'ère de l'information et d'internet, Paris, Éditions d'organisation, , XIII + 239 p. (ISBN 2-7081-1990-7, lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sous la dir. de Jean-Hervé Lorenzi, Valeurs, prix de production et marche : un essai d'articulation (thèse de doctorat ès sciences économiques), Paris, université Paris-XIII, (SUDOC 04106934X).
  2. a et b Notice BnF no FRBNF12050933x.
  3. a, b, c, d, e et f Vincent Nouzille, « Les réseaux secrets du Front national », sur lefigaro.fr, .
  4. « Pyrénées-Orientales (4) », sur lemonde.fr, .
  5. Raphaëlle Bacqué, « La potion économique du FN », sur lemonde.fr, .
  6. Sylvain Crépon et Nicolas Lebourg, « La stratégie de « dédiabolisation » du FN oppose les technocrates à la base militante », sur lemonde.fr, .
  7. Article « Pour l'instauration d'un Revenu Minimum de Dignité à l'échelle nationale », sur son blogue, 9 septembre 2015.
  8. a, b et c Marc de Boni, « Un cadre du FN juge qu'il existe «sûrement» une volonté d'exterminer les chrétiens au gouvernement », sur lefigaro.fr, .
  9. « Les Conseillers Municipaux- Perpignan Ensemble », sur mairie-perpignan.fr.
  10. « Les élus », sur perpignanmediterraneemetropole.fr.
  11. « Bruno Lemaire, le conseiller économique de Marine Le Pen, rejette des accusations d'antisémitisme », sur 20minutes.fr, .
  12. « Résultats départementales 2015 », sur francetvinfo.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]