Bruno Guigue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guigue.

Bruno Guigue
Naissance
Toulouse, France Flag of France.svg
Profession
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Aux origines du conflit israélo-arabe : l'invisible remords de l'Occident, 1999
  • Faut-il brûler Lénine ?, 2001
  • Économie solidaire : alternative ou palliatif ?, 2002
  • Les raisons de l'esclavage, 2002
  • Proche-Orient : la guerre des mots, 2003

Bruno Guigue, né en 1962 à Toulouse, est un ancien haut fonctionnaire, chercheur en philosophie politique et analyste politique français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Bruno Guigue est un ancien élève de l'École normale supérieure et de l'ENA (promotion Jean Monnet 1990). Il est titulaire d'un master de philosophie et d'un master de géopolitique.

Analyste politique, il est l'auteur de deux ouvrages sur le conflit israélo-arabe : Aux origines du conflit israélo-arabe, l'invisible remords de l'Occident et Proche-Orient : la guerre des mots. Il publie régulièrement des articles repris par de nombreux sites d'information alternative et traduits en huit langues, notamment en arabe, anglais, russe et espagnol.

Chercheur en philosophie politique, il a publié une quinzaine d'articles de philosophie et de science politique dans les revues Études, Présence africaine et Raison présente. De plus, il est l'auteur d'un livre, Les raisons de l'esclavage, qui explore les rapports entre la pensée occidentale et le système esclavagiste. Il a aussi écrit un essai politico-historique sur la naissance du communisme moderne : Faut-il brûler Lénine ?.

Haut fonctionnaire du ministère de l'intérieur de 1990 à 2008, il a notamment été sous-préfet pour la politique de la ville à Marseille de 1993 à 1995. Sous-préfet de Saintes, il a été limogé en mars 2008 pour avoir critiqué la politique israélienne dans une tribune libre parue sur le site d'expression musulmane oumma.com. Cette affaire a connu un certain retentissement international. Au Liban, le cheikh Mohammad Hussein Fadlallah, chef spirituel de la communauté chiite, a accusé le gouvernement français de « punir les détracteurs d'Israël » et estimé que « la France a perdu sa neutralité sur la scène proche-orientale ».

Attaché à la cause palestinienne, il est président d'honneur du « Collectif Réunion Palestine Solidarité » et du « Collectif Saintonge Palestine Solidarité ».

La tribune sur Oumma.com[modifier | modifier le code]

En septembre 2007, Bruno Guigue est nommé sous-préfet de Saintes, dans le département de la Charente-Maritime[1]. Il publie depuis février 2005 des tribunes libres sur le site oumma.com[2].

En réponse à une tribune publiée le 27 février 2008 dans les colonnes du quotidien Le Monde, titrée « L'ONU contre les droits de l'homme »[3], il publie le 13 mars 2008 une réponse intitulée « Quand le lobby pro-israélien se déchaîne contre l'ONU »[4].Le 18 mars 2008, l'éditorialiste Luc Rosenzweig attaque cette tribune sur le site « france-israël.org »[5].

Le 20 mars 2008, Bruno Guigue est mis à pied par la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie qui, selon le ministère de l'Intérieur, « a été mise au courant mercredi [19 mars] du contenu de cette tribune et a immédiatement décidé de mettre fin [aux] fonctions [de M. Guigue] ». On lui reproche d'avoir décrit Israël comme le « seul État au monde dont les snipers abattent des fillettes à la sortie des écoles » et d'ironiser sur « les geôles israéliennes, où grâce à la loi religieuse, on s'interrompt de torturer durant le shabbat »[6].

Bruno Guigue, qui écrit des chroniques de politique internationale depuis 2006, affirme militer pour l'application du droit international au Proche-Orient. L'intéressé a intenté un recours pour excès de pouvoir auprès du Conseil d'État. Plusieurs associations ou personnalités lui ont apporté leur soutien, dont l'Union juive française pour la paix et le MRAP, des associations militant pour le respect du droit international au Proche-Orient, ainsi que plusieurs parlementaires, dont Patrick Braouezec, député (PCF) de Seine-Saint-Denis.

La sénatrice Esther Benbassa voit dans le licenciement de Bruno Guigue « le signe de l’impossibilité de conduire un authentique débat dans notre pays et de l’influence des groupes de pression communautaires auprès des instances gouvernementales »[7].

Le 8 avril 2009, le Conseil d'État a rejeté la requête du sous-préfet Bruno Guigue tendant à l'annulation de la décision ayant mis fin à ses fonctions de sous-préfet de Saintes[8]. Les conclusions du rapporteur public (le magistrat chargé d'instruire l'affaire) étaient en faveur de l'annulation du décret présidentiel mettant fin aux fonctions de Bruno Guigue, aucun élément ne permettant de qualifier le texte de ce dernier comme outrancier, diffamatoire ou injurieux. La formation de jugement n'a toutefois pas suivi ces conclusions.

Tribunes dans Afrique Asie[modifier | modifier le code]

Régulièrement depuis 2016, Bruno Guigue publie une tribune presque chaque mois dans le magazine mensuel Afrique Asie[9]. Ces textes traitent en majeure partie des questions politiques au Moyen-Orient, avec quelques incursions en Afrique subsaharienne[10]. Ils paraissent dans l'édition "papier" du magazine et sont généralement repris sur le site internet.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Aux origines du conflit israélo-arabe : l'invisible remords de l'Occident, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », Paris et Montréal, 1999, 145 p., (ISBN 2-7384-7304-0) – Réédition, revue et augmentée : L'Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient », Paris, Budapest et Turin, 2002, 190 p., (ISBN 2-7475-2093-5)
  • Faut-il brûler Lénine ?, L'Harmattan, Paris, Montréal et Budapest, 2001, 144 p., (ISBN 2-7475-0160-4)
  • Économie solidaire : alternative ou palliatif ?, L'Harmattan, coll. « Économie et innovation », Paris et Montréal, 2002, 79 p., (ISBN 2-7475-1907-4)
  • Les raisons de l'esclavage, L'Harmattan, coll. « Économie et innovation. Krisis », Paris, Budapest et Turin, 2002, 125 p., (ISBN 2-7475-2119-2)
  • Proche-Orient : la guerre des mots, L'Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient », Paris, Budapest et Turin, 2003, 110 p., (ISBN 2-7475-4250-5)
  • Liste des publications de Bruno Guigue sur Cairn.info

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 31 août 2008, Journal Officiel de la République française, no 203, 2 septembre 2008, texte no 33.
  2. Tribunes de Bruno Guigue sur oumma.com.
  3. Le texte de l'article du Monde : « L'ONU contre les droits de l'homme »
  4. Quand le lobby pro-israélien se déchaîne contre l’ONU de Bruno Guigue
  5. Billet de Luc Rosenzweig sur france-israel.org
  6. Un sous-préfet limogé après avoir publié une tribune anti-israélienne, Le Monde, 23 mars 2008
  7. Fallait-il sacrifier le sous-préfet Bruno Guigue ?, Esther Benbassa, rue89.nouvelobs.com, 25 mars 2008
  8. CE, 8 avril 2009, M. Bruno G…, n° 316862 sur le site du Conseil d'État.
  9. « Afrique Asie », sur Afrique-Asie.fr
  10. « Tribune », sur Afrique-Asie.fr,

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]