Bruno Ducourant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bruno Ducourant
Image dans Infobox.
Bruno Ducourant en mars 2013.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Photographe, auteur, réalisateur, graphiste
Enfant
Anthony Ducourant
Gabin Ducourant
Eden Ducourant
Autres informations
Site web

Bruno Ducourant, né le à Versailles, est un photographe, journaliste, graphiste, auteur et réalisateur de films TV et publicitaires français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Alors qu’il va passer un bac littéraire, Bruno Ducourant commence sa carrière comme journaliste et photographe en 1968 en collaborant de façon indépendante avec les magazines musicaux Rock & Folk (de 1968 à 1972), Best (de 1968 à 1970) et Show Business (entre 1968 et 1970) et travaille par ailleurs avec l'hebdomadaire Pop Music (Ed. Robert Laffont, 1970 et 1972)[1].

Ensuite journaliste et secrétaire de rédaction du mensuel musical Extra (entre 1972 et 1974) puis du magazine Had International (entre 1972 et 1973), il poursuit parallèlement ses activités de photographe pour le monde de la musique et des médias[2].

Années 1970 - 1980[modifier | modifier le code]

Après un bref passage dans l'industrie française du disque en 1974 chez CBS (comme responsable de promotion du répertoire international), puis chez Pathé-Marconi-EMI entre 1975 et 1976 (comme chef de produit du répertoire international), il rejoint l'univers de la publicité comme directeur artistique et graphiste indépendant.

Entre 1976 et 1982, comme graphiste ou photographe, Bruno Ducourant signe des pochettes de disques pour Pathé-Marconi-EMI (Jacques Higelin, Alertez les bébés (prix de l’Académie Charles Cros 1977) et No man's land - Nicole Rieu, Zut - Téléphone, Hygiaphone - Pierre Groscolas), Warner Bros (Philippe Lavil, Février et Loppo Martinez, Album), Philips (Joël Daydé, HLM Blues) et K-Tel (Weekend millionnaire, Pia Zadora, Joanna Wyatt, Wolfman Jack).

En 1979, il participe avec Roy Adzak à l’élaboration de la pochette de l’album Emotional Rescue des Rolling Stones[3].

Parallèlement à ses activités graphiques et photographiques, après une collaboration avec Radio Andorre (émission Parking, 1978-1979), Bruno Ducourant rejoint l’aventure des radios libres en intégrant l'antenne de RFM (1981–1982).

Passé à la réalisation après avoir signé divers clips entre 1982 et 1984 (Joanna Wyatt Stupid Cupid, Little Drummer Boy, Dancing in Rio, Philippe de Dieuleveult Los Angeles 84), Bruno Ducourant se spécialise conjointement dans les films institutionnels, notamment pour les Parfums Yves Saint Laurent (1988-1989), Kodak (Les Rencontres d'Arles,1990), Issey Miyaké (1991), Air France (1995) et les tournages de tournages de films publicitaires (making of) parmi lesquels Chronopost Les maîtres du temps (1988) - De Dietrich La poursuite infernale (1988) et All that gaz (1990) - Volkswagen Polo Une fourmi et des hommes (1988).

Parmi ses réalisations publicitaires d'alors figurent notamment les films Ramlösa (USA, 1987), La Caisse d'Épargne, L'ami financier (1989), Le Crédit Agricole (1989) et Poulina Léger (1989)[4].

Années 1990[modifier | modifier le code]

En 1991, Bruno Ducourant poursuit sa carrière de réalisateur publicitaire avec la série de films Bolino pour Nestlé[5],[6]. La même année, il tourne pour Dupont de Nemours deux films pour la marque Quallofil, Indiana Janet avec la comédienne Babsie Steger et L'homme des couettes[7],[8]. L'année suivante il met en scène la comédienne Terry Shane dans la publicité La vache et l'écureuil pour la Chicorée Leroux[9].

En 1990, alors qu'il a débuté sa collaboration avec Canal+, il met en images pour la chaîne les émissions Dis, Jérôme...? puis Super Model of the world en 1993, toutes deux présentées par Jérôme Bonaldi[10]. De 93 à 94, il réalise les séries Zim-Zam-Zoom et Deux Doigts d'info (émission Nulle Part Ailleurs) en collaboration avec Yves Hirschfeld et Ramon Pipin. En 1995, il signe trois modules d’Une journée particulière de cinéma (Patrice Leconte, David Lynch et Jean Reno).

Parallèlement, Bruno Ducourant réalise plusieurs numéros du Bêbête Show de Stéphane Collaro (ainsi que deux clips Marianne et Bonne Année - TF1, 1991) et plusieurs épisodes du programme court KeCeKeCékeCikeÇa (Disney Channel, 1991).

Comme réalisateur, Bruno Ducourant collabore également en 1995 avec La Cinquième pour l’émission Fête des bébés, puis avec France 3 et Paris Première en 1998 avec Intégrales Coulisses, une série de 8 épisodes de 52 minutes consacrée aux humoristes français (Elie Kakou, Jean-Marie Bigard, Marc Jolivet, Roland Magdane, Smaïn, Anthony Kavanagh, Alex Métayer, Les Sales Gosses).

Parallèlement, Bruno Ducourant réalise les captations des spectacles de Virginie Lemoine, Le syndrome de Mme Chiasson 1993, Guy Montagné (1993, 1997 et 1998) et Laurent Ruquier, Enfin gentil…, (1997).

En 1996, il associe ses compétences graphiques et photographiques pour réaliser conjointement les photos, la pochette, le clip officiel et les publicités de l’album Toujours le même bleu de Dave.

En 1999, il réalise pour La Cinquième, Arte et le Centre Georges Pompidou la série Les Objets du XXe siècle (50 épisodes) dans laquelle une personnalité exprime sa vision d’un objet emblématique du siècle[11],[12]. Parmi les objets évoqués : le Briquet jetable par Agnès b., le Préservatif par Jean-Claude Dreyfus, Internet par Jacques Séguéla ou l’Ampoule électrique par Carolyn Carlson[13].

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2000, Bruno Ducourant réalise la captation de Kavanagh !, spectacle d’Anthony Kavanagh, puis celle de L’Ultima Récital, les adieux irrévocables enregistré aux Folies Bergère avec Marianne James et Ariane Cadier (2001), ainsi que Givré ! de Philippe Lelièvre au Théâtre Le Splendid (2005)[14].

De retour à la télévision en 2003, Bruno Ducourant se voit confier la réalisation et la rédaction en chef du magazine Langue de Vip sur Canal Jimmy puis l'écriture et la réalisation de la série On s’appelle de 2004 à 2005 sur la chaîne Filles TV.

À partir de 2007, Bruno Ducourant expose à Paris les photos issues de ses prises de vues des années 1960 et 70 (The Who, The Rolling Stones, Tina Turner, Joe Cocker, Led Zeppelin, Fleetwood Mac, etc.) à la galerie Iconoclastes (My Generation, with a little help from my friends, Paris 2007 – Melting Shots, 2008 et AcrylicRock, 2012), au Salon Artshopping du Carrousel du Louvre (Paris, 2008 et 2010), à la galerie Talbot (N'oubliez jamais, Paris, 2011), au Carré Bellefeuille de Boulogne Billancourt (It’s not only Rock and Roll - 2013-2014), puis en 2015, conjointement à ses photos graphées à l'acrylique (Série AcrylicRock), à l'espace Culture de l'horloger Hublot, à l'Atelier Guy Martin de Paris et à la Galerie Galartis de Lausanne[15].

Bruno Ducourant participe par ailleurs de façon régulière à des expositions collectives dédiées à l'univers musical des années 1970, parmi celles-ci : Stoned and respectable (Galerie de l'Instant, Paris 2012), The Rolling Stones - Revealed (Galerie Photo12, Paris 2014-2015), Des notes en photos (Vannes Photo Festival, 2019) et 8 photographes en musique (Dupon-Phidap, Paris 2019)[16],[17].

Réalisations[modifier | modifier le code]

Expositions (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Rolling Stones (exposition collective, Espace Canon, 1983)
  • My Generation - With a little help from my friends (Galerie Iconoclastes, Paris, 2007)
  • Melting Shots (Galerie Iconoclastes, Paris, 2008)
  • My Generation - N'oubliez jamais (Galerie Talbot, Paris, 2011)
  • Stoned and Respectable (exposition collective, Galerie de l'Instant, Paris, 2012)[18]
  • It’s not only rock and roll - Carré Belle Feuille, Boulogne (2013-2014)[19]
  • The Rolling Stones - Revealed (exposition collective, Galerie Photo12, Paris, 2014-2015)[20]
  • AcrylicRock - Galerie Galartis, Lausanne et Flagship Hublot, Paris (2015)
  • A taste of Rock - Atelier Guy Martin, Paris (2015)[21]
  • Des notes en photos - Vannes Photo Festival (2019)[22]
  • 8 Photographes en musique - Dupon-Phidap, Paris (2019)[23]

Édition[modifier | modifier le code]

En 2014, Bruno Ducourant publie son premier livre-recueil de photographies sur la musique rock intitulé Bruno Ducourant, My Generation, only rock and roll ?' : photographies..., Boulogne-Billancourt, B. Ducourant, , 167 p. (ISBN 978-2-9550755-0-0) dont le titre est un mélange de deux chansons phares de l'époque : My Generation des Who (1965) et It's only rock and roll des Rolling Stones (1974).

En 2017, il publie Bruno Ducourant, RockAssociations : every picture tells a story, every story has a song, every song has a picture, Boulogne-Billancourt, Bruno Ducourant, , 155 p. (ISBN 978-2-9550755-1-7) dans lequel il appaire des prises de vues issues de son fonds personnel (hors musique) à des titres de chansons classées dans les hit-parades.

Bibliographie / Webographie[modifier | modifier le code]

Dans son édition en ligne du , l'Express Styles présente plusieurs images de l'édition limitée d'un coffret de ses photos consacrées aux graffitis de la Piscine Molitor de Paris[24].

Dans son numéro 534 de , le magazine Rock & Folk consacre à Bruno Ducourant un portfolio de 8 pages, rétrospective de son travail consacré à la scène rock[25].

En 2014, à l'occasion de la sortie de son premier livre, le webmagazine RockMeeting réalise une interview-rétrospective sur l’ensemble de sa carrière de photographe[26].

Le , le magazine L'Objectif publie un article dédié à l'exposition AcrylicRock de Bruno Ducourant à l'espace de l'horloger Hublot, Place Vendôme à Paris[27].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Bruno Ducourant est le père de la comédienne Eden Ducourant, connue pour ses rôles dans les séries TV Braquo de Olivier Marchal (Canal+ 2009-2016), Les Ombres Rouges de Christophe Douchand (C8, 2019), Pour Sarah (TF1, 2019), les longs métrages cinéma Bis de Dominique Farrugia en 2015 et Camping 3 de Fabien Onteniente en 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Histoire de la presse rock en France, Stevie Dixon
  2. [2], Extra no 14, janvier 1972, article de Bruno Ducourant Viva Zappa
  3. [3] Rolling Stones - Cover Story, Rock & Folk no 57, février 1980, pages 84 à 85
  4. [4] Spot publicitaire Poulina Léger (Chocolat Poulain), novembre 1989
  5. [5] Spot publicitaire Bolino (Nestlé), Le représentant avec l'humoriste Tex, juillet 1991
  6. [6] Spot publicitaire Bolino (Nestlé), La bourgeoise, juillet 1991
  7. [7] Spot publicitaire Indiana Janet pour Dupont de Nemours, couettes Quallofil/Conforel avec Babsie Steger, octobre 1992
  8. [8] Spot publicitaire pour les couettes Quallofil/Dodo (Dupont de Nemours), L'homme des couettes, octobre 1991
  9. [9] Spot publicitaire La vache et l'écureuil avec Terry Shane, Chicorée Leroux, mars 1992
  10. [10] Emission Dis, Jérôme...? présentée par Jérôme Bonaldi (Canal+), épisode La chute des corps, 1991
  11. [11] Les Objets du XXe siècle, série écrite par Leslie Grunberg, Production Artline Films
  12. [12] Série Les Objets du XXe siècle sur IMDb
  13. [13] Les Objets du XXe siècle, épisode l'Ampoule électrique avec Carolyn Carlson sur Numeridanse
  14. [14] Spectacle Givré ! de Philippe Lelièvre, enregistré au Théâtre Le Splendid, 2005
  15. [15] Présentation de l'exposition It's not only rock and roll au Carré Bellefeuille de Boulogne-Billancourt, 13 novembre 2013 au 31 janvier 2014
  16. [16] Présentation de l'exposition collective Stoned and Respectable, France Inter, 15 juin 2012
  17. [17] Présentation de l'exposition collective 8 Photographes en musique chez Dupon Phidap, site Réponses Photo
  18. [18] Exposition collective Stoned and Respectable, Galerie de l'Instant, Paris, 25 mai au 11 septembre 2012
  19. [19] Article dédié à l'exposition It's not only rock and roll, 12 novembre 2013
  20. [20] Exposition collective The Rolling Stones - Revealed à la Galerie Photo12, 28 novembre 2014 au 14 février 2015
  21. [21] Article dédié à l'exposition A taste of Rock à l'Atelier Guy Martin sur Gentleman Moderne, 22 juin 2015
  22. [22] Vannes Photo Festival, exposition collective Des notes en photos, 12 avril au 12 mai 2019
  23. [23] Exposition collective 8 Photographes en musique, Dupon-Phidap, 23 mai au 20 septembre 2019
  24. [24] Article Bruno à la piscine, L'Express Styles, 21 décembre 2009
  25. [25] Article Bruno Ducourant, Rock & Folk no 534, février 2012, 8 pages (58 à 65)
  26. [26] My Generation, Only Rock and Roll ? - Le livre, interview de Florence Bouvrot, Rock Meeting, 27 juin 2014
  27. [27] AcrylicRock : L'expo Rock, L'Objectif Journal, 30 novembre 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]