Bruno Bontempelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bruno Bontempelli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Fratrie

Bruno Bontempelli est un compositeur et écrivain français né en 1948 et mort le . C'est le frère du chanteur et auteur-compositeur Guy Bontempelli.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1992, il obtient le prix Giono et le prix du roman de la Société des gens de lettres pour L'arbre du voyageur.

En 2006, il signe une contribution de quelques pages intitulée "Esquisse de décodage biologique" dans Barbey d'Aurevilly ou le triomphe de l'écriture de Jean-Pierre Thiollet. Connu pour avoir étudié l'énergétique orientale à travers le qi gong et la médecine traditionnelle chinoise, il indique alors que "ses recherches sur le fonctionnement physique, énergétique et psychologique de l'être humain l'ont conduit à exercer une activité de thérapeute" [1].

En 2007, il est le compositeur de la musique de Voici venir l'orage..., téléfilm en trois parties de Nina Companeez diffusé en janvier 2008 sur France 2.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Littéraires[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Sur quelques ouvrages[modifier | modifier le code]

Sang de Plume[modifier | modifier le code]

Julie, une jeune fille, s'enfuit du château des Organdes, sorte de maison d'internement pour jeunes femmes dérangées, où elle a été placée sans doute par sa mère qui refuse de s'occuper d'elle, et qui l'a confiée à sa propre mère, Maman Georges. Elle a choisi la nuit la plus obscure, et le brouillard, pour quitter sa cage-prison. Elle fixe les draps découpés, passe devant une fenêtre encore éclairée, et qui révèle un visage étrange, se retrouve au sol, pourchassée par le chien de garde.

Au lycée, on l'appelait Plume, pour sa légèreté à la course. Elle marche longtemps, vers la fermette en écart de Maman Georges, au lieu-dit La Recèle, puis, en attendant qu'elle se réveille, passe au Grand Rouvre, à l'étang, à l'enclave de Roncelet. Elle se souvient du passé récent, des médecins, des blouses blanches, de la rouquine sournoise à lunettes. Maman Georges n'est pas là, peut-être hospitalisée. Une femme passe à la ferme, prendre des œufs, La Barrique, en mobylette. La poursuite a dû commencer : des bûcherons, des gendarmes, des fermiers isolés, des chiens surtout et qui dérangent, une maison abandonée, un vieux moulin. Une survie minimale.

Et l'impression d'être dans la tête de MP, Mister Pen, ou l'inverse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. p.186, Barbey d'Aurevilly ou le triomphe de l'écriture, Paris, 2006
  2. https://www.lexpress.fr/culture/livre/sang-de-plume_799107.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Thiollet, Barbey d'Aurevilly ou le triomphe de l'écriture, H & D, Paris, 2006, p. 186.

Liens externes[modifier | modifier le code]