Bruno Abakanowicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Abakanowicz.
Bruno Abakanowicz
Description de cette image, également commentée ci-après
Bruno Abdank-Abakanowicz
Naissance
Ukmergė (Lituanie, alors partie de l'Empire russe)
Décès (à 47 ans)
Saint-Maur-des-Fossés (France)
Domicile Parc de Saint-Maur, Saint-Maur des Fossés
Nationalité Drapeau de la Pologne Polonais
Domaines mathématicien, Inventeur et Ingénieur
Institutions École polytechnique de Riga
Renommé pour Intégraphe, quadratrice d’Abdank-Abakanowicz

Bruno Abdank-Abakanowicz (né le , à Ukmergė, Lituanie (Empire russe) – mort le , à Saint-Maur-des-Fossés, en France) est un mathématicien, inventeur et ingénieur électrique polonais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Château de Costaérès

Bruno Abdank-Abakanowicz est né le à Ukmergė, sous le Gouvernement de Kowno, de l'Empire russe (anciennement le Grand Duché de Lituanie). Après avoir été diplômé de l'École polytechnique de Riga, Lettonie, à l'âge de 23 ans, il devient assistant à l'Université technique de Lwów, ou il enseigne la géométrie, et la mécanique. En 1881, il s'installe en France où il achète une villa au Parc de Saint-Maur, à Saint-Maur-des-Fossés.

Il est l'inventeur d'un intégraphe, dont il dépose le brevet en 1880, Parmi ses autres inventions, le parabolagraphe, le spirograph (en), le transmetteur électro-magnétique (cloche électrique) utilisé dans les trains[2], et une lampe à arc électrique de sa propre conception. Abakanowicz a publié plusieurs ouvrages mathématiques, dans le domaine des statistiques, des intégraphes et de nombreux ouvrages de vulgarisation scientifique.

En 1889, il représente les États-Unis, à l'Exposition universelle de Paris.

Il a également été embauché par le gouvernement français, en tant qu'expert en électrification et a été l'ingénieur principal, chargé de l'électrification de plusieurs villes, dont Lyon.

Ses différents brevets lui ont permis de devenir un homme riche et aussi de recevoir la Légion d'Honneur en 1889.

Il se retire dans une petite île près de Trégastel, au large des côtes de la Bretagne, où entre 1892 et 1896, il fait construire un manoir de style néo-gothique, le Château de Costaérès. Bien que les travaux de construction ne sont pas encore terminés, celui-ci devient un centre remarquable de la culture polonaise émigrée, abritant des artistes, scientifiques et politiciens. Parmi les invités fréquents se trouvaient Alexandre Gierymski, Władysław Mickiewicz, Leon Wyczółkowski et Henryk Sienkiewicz.

Vers 1896 il fait construire l'Hôtel Bellevue de Ploumanac'h. Le , il achète le moulin avec les tuiles rouges du Petit Traouiéro (Milin Ru) à un boulanger.

Intégraphe Abdank-Abakanowicz[modifier | modifier le code]

C'est un intégrateur, instrument mécanique permettant de réaliser des intégrations de façon moins fastidieuse qu’en décomposant l’aire sous la courbe en une réunion de figures géométriques simples.

Il utilise le principe de construction d’une courbe dont la pente des tangentes est donnée.

Le premier prototype a été inventé en 1878, et permet de tracer la courbe dite quadratrice d'Abdank-Abakanowicz, ou intégrale de cercle[3],[4].

Dans le développement d'une version commerciale de son intégraphe, Abdank-Abakanowicz a dû surmonter plusieurs difficultés. Entre 1880 et 1889, il a essayé de nombreux mécanismes différents pour résoudre le problème, du transfert d'une direction extraite d'une courbe donnée, sur une roue tranchante. Une coopération fructueuse a surgi autour de 1885 avec David Napoli (1840-1890), l'inspecteur en chef et le directeur de l'atelier du Chemin de fer oriental français, qu'il avait connu en 1883 à l'Exposition de Vienne. Napoli eut l'idée d'utiliser des roues dentées, pour résoudre le problème du transfert de direction. Cette solution a abouti au modèle commercial, confié à l'ingénieur suisse Gottlieb Coradi, (1847-1929), à Zurich[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Plusieurs exemplaires d'intégraphes Abdank-Abakanowicz - Napoli[Note 1], se trouvent dans la collection du Musée des arts et métiers, à Paris[6],[7],[8].

Vidéos[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Les intégraphes. La courbe intégrale et ses applications, Paris, Gauthier-Villars, 1886, (OCLC 610052508)[PDF]Les intégraphes, La courbe intégrale et ses applications, en ligne

Aussi traduit en allemand : Die Integraphen. Die Integralkurve und ihre Anwendungen, Leipzig, Teubner, 1889.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Premiers instruments fabriqués en acier et laiton, par le constructeur parisien d'instruments de précision, P. Barbier et Cie

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Computer Society Competition Project, « Polish contributions to computing (Contributions polonaises au calcul) », sur chc60.fgcu.edu (consulté le 17 octobre 2015).
  2. Abdank-Abakanowicz, « Nouvel appel magnéto-électrique », sur cnum.cnam.fr (consulté le 17 octobre 2015).
  3. Robert Ferréol, « Quadratrice d'Abdank-Abakanowicz », sur mathcurve.com (consulté le 16 octobre 2015).
  4. Hamza Khelif, « La quadratrice d’Abdank-Abakanowicz », sur images.math.cnrs.fr, (consulté le 16 octobre 2015).
  5. (en)[PDF] D. Schilt, « Integrating with the Coradi integraph (Intégration avec l'intégraphe Coradi) », sur chc60.fgcu.edu (consulté le 16 octobre 2015).
  6. (en) Abdank-Abakanowicz - Napoli, « Integraph with transfer of direction by cog-wheels, system Abdank-Abakanowicz/Napoli », sur irem.univ-reunion.fr (consulté le 16 octobre 2015).
  7. (en) Abdank-Abakanowicz - Napoli, « Integraph with transfer of direction by cog-wheels, system Abdank-Abakanowicz/Napoli », sur irem.univ-reunion.fr (consulté le 16 octobre 2015).
  8. (en) Abdank-Abakanowicz - Napoli, « Integraph with transfer of direction by filament, system Abdank-Abakanowicz/Napoli », sur irem.univ-reunion.fr (consulté le 16 octobre 2015).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :