Brunelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Brunelle et Brunel.
Brunelles
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Nogent-le-Rotrou
Canton Nogent-le-Rotrou
Intercommunalité Communauté de communes du Perche
Maire
Mandat
Philippe Bellay
2014-2020
Code postal 28400
Code commune 28063
Démographie
Gentilé Brunellois, Brunelloise
Population
municipale
567 hab. (2014)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 30″ nord, 0° 53′ 41″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 281 m
Superficie 19,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Brunelles

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Brunelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brunelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brunelles

Brunelles est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire. Elle fait partie du canton de Nogent-le-Rotrou et se situe au cœur de la région naturelle du Perche.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la région naturelle du Perche.

Situation[modifier | modifier le code]

Carte de Brunelles et des communes limitrophes.

Situé entre Nogent-le-Rotrou à l'ouest et Thiron-Gardais à l'est, Brunelles est un village percheron établi sur une motte et dominé par le clocher de l'église Saint-Martin.

La commune s'étire du bois des Perchets à l'ouest, au bois de Maurissure au nord et au bois de Thiron au sud jusqu'aux lieux-dits Saint-Gilles et Nigelles à l'est.

Elle est traversée par trois cours d'eau : la Cloche, le Bignon et l'Arcisse. Il existe plusieurs sources de l'Arcisse sur la commune, une au lieu-dit la Vigne et une autre au lieu-dit les Fontaines blanches. Son point culminant, de 268 mètres, se situe au Bois-Jahan.

Brunelles est à environ 2 h de Paris, 1 h 15 d'Orléans, 1 h du Mans et 45 min de Chartres. Elle est accessible depuis Nogent-le-Rotrou par la D 922 et la D 110.

Outre le bourg même de Brunelles, de multiples lieux-dits et groupes de fermes - témoins de l'intense activité agricole du siècle dernier - parsèment le territoire communal.

Ainsi, d'ouest en est : le Thuet, le Moulin d'Arcisses, la Chesnaye, les Bords, les Sicots, la Maison Neuve, la Grande Maison, la Fontaine aux Bordiers, la Cerisière, la Mazure, la Charbonnière, la Cocuterie, la Bouverie, le Moulin Neuf, le Fay, les Sablons, la Cour aux Prêtres, les Cottières, Montloin, La Maison des Champs, la Herperie, la Gentillière, la Cochenillière, la Frelaudière, la Pichardière, la Saussaye, le Bois-Jahan, La Ferrière, l'Arrachée, Morinet, le Grand Morinet, la Vigne, la Fouquetterie, les Touches, la Petite vallée, la Nocterie, la Malardière, la Touche, la Grive aux loups, Souazé, les Eaux Blanches, la Maison Rouge, Nigelles, les Lamberts, la Petite Massonnière, la Grande Massonière, Bois-Lecomte, le Petit Saint-Gilles puis Saint-Gilles.

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Brunelles
Margon Coudreceau
Brunelles Saint-Denis-d'Authou
Champrond-en-Perchet La Gaudaine Thiron-Gardais

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est notamment bordée au nord par la rivière la Cloche, affluent en rive gauche de l'Huisne, sous-affluent du fleuve la Loire par la Sarthe et la Maine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Brunelles (nommé Bernellis, vers 1140, dans le cartulaire de Tiron)[1] est une ancienne seigneurie relevant de la baronnie de Nogent-le-Rotrou. Les seigneurs de Brunelles étaient tenus à la garde du château Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou. Pour cette raison, l'une de ses tours, abattue en 1827[2], portait le nom de tour de Brunelles.

Au lieu-dit les Vieux-Murs s'élevaient autrefois un château fortifié, l'église paroissiale Saint-Éloy d'Arcisses et en contrebas une chapelle. C'est dans les environs que se déroula en 1228 le combat entre Blanche de Castille et Enguerrand III de Coucy qui avait usurpé le titre de comte du Perche[3].

Seigneurs successifs et faits marquants du fief[modifier | modifier le code]

1407 : Édeline de Coisme, veuve de Jehan de Broc, dame de Brunelles ; 1422 : Charles de Rosny, seigneur de Brunelles ; 1454 : Philippe de Rosny, seigneur de Brunelles ; 1455 : Hélène de Rosny, dame de Brunelles; 1477 : Charles de Rosny, seigneur de Brunelles ; 1509 : François de Rosny, seigneur de Brunelles; 1539 : Charles de Rosny, seigneur de Brunelles, (Archives Départementales 28-B 2466); 1539-1543 : François de Rosny, seigneur de Brunelles, (A.D. 28-B 2466-2467); 1544-1548 : Lancelot de Rosny, seigneur de Brunelles, (A.D. 28-B 2471); 1600 : Lancelot de Barat, seigneur de Brunelles, (A.D. 28-B 2532); 1602 : état de tous les biens meubles étant au château et maison seigneuriale de Brunelles, (A.D. 28-B 2534); 1607 : bail du lieu, château, domaine, moulins, seigneurie et appartenances de Brunelles, (A.D.28-B 2544); 1609 : aveu à la baronnie de Nogent le Rotrou par Lancelot de Barat, pour le fief et seigneurie de Brunelles, (A.D.28-B 2550); 1611 : procès entre Lancelot de Barat, seigneur de Brunelles, et Théodore des Ligneris, baron de Courville, pour les successions des seigneurs de Courville et de Brunelles, (A.D. 28-B 2554) ; 1616 : saisie féodale de la terre et seigneurie de Brunelles, (A.D. 28-B 2568); 1625 : René de Barat, seigneur de Brunelles; 1628 : Lancelot de Barat, seigneur de Brunelles ; 1646 : François René Amelot de Barat, baron de Brunelles, (A.D. 28-B 2095); 1658 : Thomas de Guibert, seigneur de Brunelles, (A.D. 28-B 2637) ; 1659 : foi et hommage au comté de Nogent par Louis de Bussy Guibert pour la seigneurie de Brunelles, (A.D. 28-B 2637); juin 1677 : Marie de Lionne, veuve Charles Amelot de Barat, dame de Brunelles, (A.D. 28-B 2145); 1698 : N. Amelot, ambassadeur en Suisse, seigneur de Brunelles ; 1714 : Jacques Antoine Gouin, seigneur de Brunelles, (A.D. 28-B 2224) ; avril 1715 : bail du lieu de la basse cour du château de Brunelles, (A.D. 28-E 2230); 1727 : Geneviève Françoise Durand, veuve Jacques Antoine Gouin, seigneur de Brunelles, (A.D. 28-B 227); 1748 : apposition de scellés au château de Brunelles, après la mort de Jean Baptiste Gouin, seigneur dudit lieu, (A.D. 28-B 2323) ; novembre 1781 : Jean Baptiste Gouin, seigneur de Brunelles, (Archives départementales d'Eure-et-Loir 28-B 2425, 3085).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Paul Bellier    
mars 2008 en cours Philippe Bellay DVG Agent technique

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 567 habitants, en augmentation de 2,53 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
621 639 685 758 909 977 952 938 903
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
927 830 846 805 727 705 709 701 655
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
608 601 596 580 570 532 552 519 460
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
449 387 403 436 468 489 543 568 567
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maitre-autel de l'église Saint-Martin.
  • L'église Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cartulaire de la Sainte-Trinité de Tiron
  2. Château Saint-Jean, Perche-web
  3. Guide touristique du perche, Cahiers percherons, Fédération des amis du Perche, Éditions Association des amis du Perche, 1978
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .