Browncoats

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne les personnages de fiction. Pour les fans surnommés « Browncoats », voir fandom de Firefly.

Les Browncoats (« Manteaux bruns »), dans l'univers de fiction de la franchise Firefly, sont les membres du camp indépendantiste lors de la guerre d'unification qui a eu lieu plusieurs années avant la série. Ils ont perdu cette guerre face à l'Alliance qui contrôle maintenant l'ensemble des mondes connus du système.

Deux des personnages principaux, le capitaine Malcolm Reynolds et son second Zoe Alleyne, sont ouvertement d'anciens Browncoats dans la série télévisée, de même que plusieurs personnages secondaires : Monty dans l'épisode Déchet précieux et Tracey Smith dans Le Message. Le comic Serenity: The Shepherd's Tale révèle que le pasteur Book est lui aussi un ancien Browncoat, infiltré dans les hautes instances de l'Alliance pour tenter de provoquer sa chute.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'époque de la série, les planètes centrales du système stellaire de la série s'étaient regroupées et avaient formé l'Alliance avec pour capitales Sihnon et Londinum, régie par un parlement et pouvant exercer sa volonté grâce à un conseil militaire ; les planètes extérieures conservant leur indépendance, jusqu'à ce que l'Alliance, dans un élan hégémonique, décide d'appliquer les mêmes règles à tous. La guerre dévastatrice qui s'ensuit dure six ans, voyant finalement la victoire de l'Alliance qui annexe tous les mondes jusque-là indépendants, après des affrontements sur des planètes comme Persephone, Shadow et Hera qui sont le théâtre de combats féroces. Shadow, où est né le jeune volontaire indépendantiste Malcolm Reynolds, personnage principal de Firefly, est dévastée cinq ans après qu'il a rejoint les Browncoats.

Conception et évolution[modifier | modifier le code]

Joss Whedon a développé le concept de la série après avoir lu The Killer Angels, roman historique de Michael Shaara qui a remporté le prix Pulitzer de la fiction et raconte l'histoire de la bataille de Gettysburg durant la guerre de Sécession. Il voulait suivre des gens qui avaient combattu dans le camp perdant d'une guerre et leur expérience consécutive en tant que pionniers et immigrants aux frontières de la civilisation, de manière similaire à l'époque de la reconstruction après la guerre de Sécession et de la conquête de l'Ouest[1].

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Whedon 2005, p. 8.

Bibliographie[modifier | modifier le code]