Brouillard au pont de Tolbiac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brouillard au pont de Tolbiac
Image illustrative de l'article Brouillard au pont de Tolbiac
Pont de Tolbiac

Auteur Léo Malet
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman policier
Éditeur Éditions Robert Laffont
Lieu de parution Paris
Date de parution 1956
Nombre de pages 225
Série Nestor Burma
Les Nouveaux Mystères de Paris
Chronologie

Brouillard au pont de Tolbiac est un roman policier français de Léo Malet, paru en 1956 aux Éditions Robert Laffont. Il fait partie de la série ayant pour héros Nestor Burma et est le neuvième des Nouveaux Mystères de Paris.

Résumé[modifier | modifier le code]

Nestor Burma reçoit un appel de l’hôpital de la Salpêtrière. C’est Lenantais, dit Abel Benoit, un ancien compagnon anarchiste qu’il a connu dans sa jeunesse au foyer végétalien[1] de la rue de Tolbiac, qui lui demande de venir à son chevet. Mais Nestor Burma arrive trop tard. La séduisante gitane Belita Moralès l’informe de la mort de son vieil ami des suites de deux coups de couteau reçus lors d’une sauvage agression.

À l’hôpital, Burma reçoit la confirmation du décès annoncé et se heurte à l’inspecteur Fabre qui l'accompagne à la morgue. Le commissaire Faroux les rejoint, visiblement là pour obtenir des informations de la bouche de Burma, mais c'est lui qui se met à faire allusion à un policier, Norbert Ballin, responsable d'une vieille enquête sur la disparition en 1936, aux environs du pont de Tolbiac, d'une grosse somme d'argent volée par un garçon de recettes qui la transportait.

Douloureuse enquête pour le héros, dont le passé resurgit au détour de chaque rue du quartier de sa jeunesse. Difficile mission aussi d’éclaircir l'assassinat de Lenantais et le vol de 1936, deux crimes en apparence indépendants et tout aussi inexplicables.

Le détective revoit la Bélita, 22 ans, et la débarrasse d'une grosse mégère gitane qui la menace d'un fouet. Pour le remercier, la jeune fille lui apprend que Lenantais la considérait comme sa fille, qu'il l'avait, moyennant un lourd paiement, libérée de sa tribu laquelle cherche maintenant à lui imposer de nouveau son joug. Il retrouve ensuite, au gré de ses investigations, la plupart de ses amis d'antan, dont plusieurs ont choisi, comme Lenantais, de changer d'identité pour se refaire une vie. Cela lui met la puce à l'oreille. Bientôt, Burma croit pouvoir faire écrouer le coupable et soustraire Bélita au clan des gitans. Un double échec l'attend.

Aspects particuliers de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Le roman se déroule dans le 13e arrondissement de Paris.

« Il s’agit sans doute, selon André Varoncini, d’un chef-d’œuvre d’ambiance, de mystère et de sensibilité nostalgique. »[2] Léo Malet a mis dans ce roman une grande partie de ses souvenirs de jeunesse. L'omniprésence du brouillard facilite l'évocation du passé par le truchement d'un des récits les plus sombres des Nouveaux Mystères de Paris.

Ce roman « se détache indéniablement de [la] série. Roman central d'une œuvre imposante, il fourmille d'anecdotes autobiographiques »[3].

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Brouillard au pont de Tolbiac, épisode 5, saison 3, de la série télévisée française Nestor Burma réalisé par Joël Séria, avec Guy Marchand dans le rôle de Nestor Burma. L'intrigue y est contemporaine de la réalisation du téléfilm (comme dans les autres épisodes de la série) et fait référence à des évènements survenus en 1968, contrairement à l'intrigue de l'ouvrage de Léo Malet, qui se situe dans les années 1950 et renvoie à des évènements de 1936. En outre, le scénario de l'adaptation télévisée substitue une jeune Chinoise et sa communauté aux personnages gitans du roman.

En bande dessinée[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce sont des végétariens plus exigeants.
  2. Cité par Jean Tulard, dans Dictionnaire du roman policier : 1841-2005, Paris, Fayard, 2005, p. 98.
  3. Sophie Colpaert dans le Dictionnaire des littératures policières volume 2

Liens externes[modifier | modifier le code]