Brotteaux (métro de Lyon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le quartier, voir Les Brotteaux.
Brotteaux
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Lyon
Arrondissement 6e
Quartier Les Brotteaux
Adresse place Jules-Ferry
Coordonnées
géographiques
45° 46′ 01″ nord, 4° 51′ 34″ est

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Brotteaux

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Brotteaux
Caractéristiques
Position par
rapport au sol
Souterraine
sur deux niveaux
Voies 2
Quais latéraux
Bouches 4
Accessibilité ascenseurs
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire SYTRAL
Exploitant Keolis Lyon
Code de la station 41
Ligne(s) Métro de Lyon Ligne B
Correspondances
Lignes majeures Bus en mode C Ligne C1 Ligne C2 Ligne C6
Autres lignes Voir Intermodalité
Ligne Métro de Lyon Ligne B
Précédent Gare Part-Dieu - Vivier Merle Charpennes - Charles Hernu Suivant

Brotteaux est une station de métro française de la ligne B du métro de Lyon, située place Jules-Ferry, près de l'ancienne gare de Lyon-Brotteaux, dans le quartier des Brotteaux dans le 6e arrondissement de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est mise en service en 1978, lors de l'ouverture à l'exploitation de la ligne B.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La station Brotteaux est située sur la ligne B du métro de Lyon, entre les stations Gare Part-Dieu - Vivier Merle et Charpennes - Charles Hernu.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station « Brotteaux » est mise en service le 2 mai 1978, lors de l'ouverture officielle de l'exploitation de la ligne B du métro de Lyon[1],[2] de la station de Part-Dieu à celle de Charpennes - Villeurbanne[3].

Quatre jours avant, le , le président de la République Valéry Giscard d'Estaing inaugure le métro de Lyon. Après avoir accueilli le président et les officiels, la rame inaugurale part de la station Perrache pour rejoindre Laurent Bonnevay, puis une conductrice prend les commandes de la rame pour rejoindre la station Gare Part-Dieu - Vivier Merle en passant par la station des Brotteaux qui voit ainsi la visite présidentielle ce jour là[4].

Elle est construite, comme la plupart de la ligne, dans un chantier à ciel ouvert sous la place Jules-Ferry. Elle est édifiée suivant le plan général type de cette deuxième ligne, deux voies encadrées par deux quais latéraux de 70 mètres de longueur et larges de 3 mètres chacun[5], mais elle a la particularité d'avoir été construite au temps où la gare des Brotteaux était encore en service, le projet qui conduira à sa fermeture au profit de la gre de la Part-Dieu en 1983 pour accueillir le TGV n'avait pas encore été élaboré[6]. Il n'y a pas de personnel, des automates permettent l'achat et d'autres le compostage des billets[7]. De ce fait, elle a donc été construite pour un trafic passager important, ce qui la rend depuis la fermeture de la gare disproportionnée par rapport à son trafic quotidien, la station étant l'une des moins fréquentées du réseau[6].

En 2005, elle est équipée d'ascenseurs pour les personnes à mobilité réduite, puis le des portillons d'accès sont installés dans les quatre entrées[6].

Service voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

La station compte quatre accès, deux par sens donnant tous accès à la mezzanine, au pied de l'ancien hôtel Lugdunum pour ceux placés du côté du quai direction Charpennes - Charles Hernu et de l'autre côté pour ceux placés du côté du quai direction Gare d'Oullins avec un accès à hauteur de l'arrêt de bus et un autre situé près de l'ancienne gare. Elle dispose dans chacun des accès de distributeur automatique de titres de transport et de valideurs couplés avec les portillons d'accès.

Desserte[modifier | modifier le code]

Brotteaux est desservie par toutes les circulations de la ligne.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes trolleybus C1 et C2, ainsi que par les lignes de bus C6 et 70, toutes passantes. La nuit, la ligne de bus Pleine Lune PL1 est de passage.

Outre les rues et places avoisinantes, elle permet de rejoindre à pied différents sites, notamment : l'ancienne gare de Lyon-Brotteaux, la brasserie des Brotteaux et la salle des ventes de Maître Anaf, important commissaire-priseur sur la place de Lyon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cent ans de transports en commun : 1879-1979, Lyon, Lyon, Société lyonnaise de transports en commun, , 48 p. (lire en ligne), p. 37.
  2. André Pelletier, Grande encyclopédie de Lyon et des communes du Rhône : Lyon (2e partie), vol. 3, Horvath (lire en ligne), p. 244.
  3. (en) Robert Schwandl, « Line B Charpennes - Stade de Gerland », sur http://www.urbanrail.net, 2011 (consulté le 8 septembre 2016).
  4. René Waldmann, La grande traboule, éditions lyonnaises d'art et d'histoire, 1991, (ISBN 2905230495), p. 227 à 231
  5. Autran, 2008, p. 22
  6. a, b et c « Brotteaux », sur http://www.ferro-lyon.net, (consulté le 30 août 2016).
  7. Autran, 2008, p. 21

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Autran, Imaginer un métro pour Lyon : Des études préliminaires à l’inauguration de la première ligne 1960-1978 (Synthèse effectuée dans le cadre d'un travail sur les 40 ans du Grand Lyon), Lyon, Millénaire 3, le centre ressources prospectives du Grand Lyon, (présentation en ligne, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]