Broken Chair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Broken Chair
BrokenChair.jpg
Artiste
Date
Commanditaire
Type
bois
Technique
sculpture
Hauteur
12 mètres
Localisation
Place des Nations, Genève (Suisse)
Propriétaire
Handicap International,
Daniel Berset jusqu’en 2004
Coordonnées
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg
Localisation sur la carte du canton de Genève
voir sur la carte du canton de Genève
Red pog.svg

Broken Chair est une sculpture monumentale en bois de l'artiste suisse Daniel Berset réalisée par le charpentier Louis Genève. Elle représente une chaise géante au pied cassé et est exposée sur la Place des Nations, à Genève, depuis 1997 (avec une interruption de 2005 à 2007).

Composition[modifier | modifier le code]

Broken Chair est faite de 5,5 tonnes de bois et est haute de 12 mètres.

Elle symbolise le refus des mines antipersonnel et des armes à sous-munitions, et l'appel de la société civile aux chefs d'État en visite à Genève.

Histoire[modifier | modifier le code]

Broken Chair est une idée originale et un projet de Paul Vermeulen, cofondateur et directeur de Handicap International Suisse. "Une chaise de plus de 10 mètres de haut avec un pied arraché, installée devant l'entrée des Nations unies, sur la place des Nations" est la commande faite par Paul Vermeulen à l'artiste en octobre 1996. L'objectif était d'obtenir le plus grand nombre possible de signatures des états à la Convention d'Ottawa sur les mines antipersonnel.

La sculpture a été érigée par Handicap International devant l'entrée principale du Palais des Nations à Genève le . Elle ne devait y rester que trois mois, jusqu'à la signature de la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel en décembre 1997 à Ottawa.

Broken Chair appelle tous les États à l'universalisation et à la mise en œuvre rapide et complète de la Convention d'Ottawa[1]. Ratifiée par 40 pays, cette convention entre en vigueur le 1er mars 1999, et devient un instrument juridique international.

Au lieu d'être retirée comme prévu, la sculpture est maintenue en place en raison du succès qu'elle remporte. Elle est toutefois enlevée en 2005 lors des travaux de réaménagement de la place des Nations. Il s'ensuit alors un débat sur l'opportunité de conserver cette sculpture face aux bâtiments des Nations Unies. Elle est finalement réinstallée au même endroit le après les travaux de réaménagement de la place.

La réinstallation de Broken Chair en février 2007 est officiellement dédiée par Handicap International au soutien du nouveau processus d'Oslo qui aboutira en 2008 à la signature d'un traité international sur l'interdiction des armes à sous-munitions. Une inscription en neuf langues est installée au pied de la sculpture.

En 2015, une prothèse temporaire est ajoutée à la sculpture, à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées du 3 décembre[2].

La Chaise est rénovée en 2016, à cette occasion on lui ajoute un éclairage nocturne. Un site Internet sur la Chaise est créé en français, allemand et anglais[3].

L’œuvre a été la propriété du sculpteur genevois Daniel Berset jusqu'en 2004, année où celui-ci en transfère la propriété à Handicap International.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Convention d'Ottawa de 1997 concerne « l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et leur destruction ».
  2. « Une prothèse pour la chaise cassée de Handicap International » (photogr. Laurent Guiraud), Tribune de Genève,‎ (lire en ligne).
  3. « La "Chaise cassée", devenue un symbole de Genève, a fait peau neuve », sur http://www.swissinfo.ch, Swissinfo, (consulté le 17 juin 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :