Brink's

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

The Brink’s Company
logo de Brink's

Création 1859
Fondateurs Perry Brink
Action New York Stock Exchange (BCO)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Richmond
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Transport de fonds, Coffre-fort
Effectif 134 000 (Décembre 2011)
Site web www.brinks.com

Capitalisation 4,34 milliard $US (NYSE 12/10/17) [1]

The Brink's Company (NYSE : XNYS:BCO) est une firme de sécurité et de protection dont le siège est situé à Richmond, en Virginie. Elle se compose de deux ensembles de base, Brink’s, Incorporated, et Brink’s Home Security. Son cœur d'activité est le cash management qui comprend la gestion financière et maintenance technique des automates bancaires, le traitement des espèces, le transport de fonds en véhicule blindé ou léger[2]. Brink's assure aussi la sécurité aéroportuaire, la télésurveillance et la gestion logistique de valeurs, produits et documents sensibles sur de longues distances partout dans le monde.

En 2005, cette firme comptait environ 54 000 employés dans plus de 50 pays, en 2011 elle en comptait 134 000[3]. Fondée en 1859 par Perry Brink, Brink's Incorporated était au départ un service de transport blindé.

En 1961, le groupe s'est implanté en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Brink's City Express (1959-1900)[modifier | modifier le code]

Dans les années 1850, pendant la ruée vers l'or, un nombre important de bandits organisait des braquages des wagons cargo qui passait les différentes frontières des Etats-Unis. Les entreprises de transports sécurisés fleurissaient dans le Midwest, et cela va inspirer Perry Brink, qui vit la faillite de sa ferme en 1855. Il choisit de déménager à Chicago en 1959[4], pour créer sa modeste entreprise personnelle, la Brink's City Express, en achetant un chariot pour effectuer des transports de biens, de bagages et de marchandises[5] dans les limites de la ville de Chicago.

En 1868, des publicités pour Brink's apparaissent dans le Chicago Tribune, le plus gros journal de la ville. Brink's se targuait de faire 3 livraisons par jour entre 10h et 17h, pour 25 cents l'objet, 40 cents les 2, 50 cents les 3[6].

En 1871, Perry Brink commence à agrandir sa flotte, et crée des partenariats avec plusieurs gares du Midwest et le Fort Wayne[7]. Le , le grand incendie de Chicago a lieu, et changera à jamais le visage de la ville. L'économie n'est pas impacté grâce à la reconstruction qui s'en suit, et Brink's va grandir en même temps que le nouveau Chicago.

En 1972, Brink's passe de 16 à 20 chariots. L'entreprise signe son premier gros partenariat avec American Express, qui était à cette époque, une entreprise de transport de fonds. C'est le début d'une nouvelle ère, grâce à des relations de longues durées avec des entreprises de transports de tout les Etats-Unis tel que United States Express.

Le , Perry Brink meurt subitement d'une encéphalite à l'age de 43 ans, et lègue 2654$ à sa femme et ses 2 enfants. Son fils Arthur Perry Brink reprend l'entreprise à l'age de 19 ans seulement. Brink's City Express était devenu en 15 ans seulement l'une des entreprises les plus importantes de Chicago[8].

Le , l'entreprise change officiellement de nom pour devenir Brink's Chicago City Express. Arthur Brink décide de trouver des investisseurs pour agrandir son entreprise, et le , les 80 parts de l'entreprises sont vendus à 100$ l'unité pour une valeur totale de 8000$, et sont répartis équitablement entre Arthur Brink, Julius Luther, Byron Schermerhorn et J. H. Bradley[9]. Byron Schermerhorn, officier de l'Union Army pendant la Guerre de Sécession, travaillait en tant qu'agent pour la United States Express Company. Il devient le premier président de Brink's, alors qu'Arthur Brink deviendra vice-président.

La présidence de Byron Schermerhorn durera entre 1979 et 1886, mais il n'a jamais vraiment été impliqué dans les opérations quotidiennes de l'entreprise. En 1886, J. H. Bradley, l'un des 4 premiers investisseurs, et travaillant comme agent pour l'American Express, devient le deuxième président de Brink's.

Entre 1882 et 1892, des syndicats se créent et les travailleurs mènent des grèves plus ou moins importantes. En mars 1892, le prix du transport va doubler et passer de 25 cents à 50 cents pour pouvoir augmenter les salaires des employés.

En 1891, Brink's investit dans une écurie dernier cri d'une valeur de 30000$, et voit une opportunité pour élargir ses services : en plus de transporter des biens, l'entreprise allait commencer son activité de transport de fonds. L'entreprise crée des partenariats avec la majorité des banques et des entreprises de la ville.

En 1893, alors que la grande panique de 1893 paralyse tous les Etats-Unis, Brink's réussit à survivre grâce à la diversité de ses services[10].

Contre-banditisme et expansion dans tous les Etats-Unis (1900-1929)[modifier | modifier le code]

En 41 ans, Brink's est passé d'un homme et son cheval avec un chariot, à 85 chariots et 170 chevaux. Chicago, pour sa part, a vu sa population exploser en moins de 20 ans, avec 500 000 habitants en 1880 à plus d'1 700 000 en 1990 : cette population galopante non-controlée a créée des noyaux de criminalité dans toute la ville, avec la formation de groupe de gangster organisé.

En 1904, l'entreprise achète son premier véhicule motorisé, une Knox Automobile (en) Gasoline Wagon Express. Ce véhicule n'est pas apprécié des chauffeurs et leurs chevaux, de par la fumée qu'elle dégage, et de la peur qu'elle inspire. Mais petit à petit, sur une période 10 ans, la flotte de chevaux est petit à petit remplacé par les véhicules. Les chevaux de la Brink's ont eu leur dernier moment de gloire lors de la compétition annuelle de Chicago des Work Horse Parade.

En 1910, la violence dans Chicago empire, et les cambriolages causait 36% des homicides de la ville, avec une augmentation de 744% de crimes commis entre 1875 et 1920. Une page se tourne dans Brink's : Arthur Brink décide de fuir cet environnement, et va couper les ponts avec l'entreprise de son père, pour déménager avec sa famille en Californie et y créer une nouvelle entreprise Brink's Express Company sans lien avec la première[11], mais cette aventure s’avérera être un échec. Arthur Brink décédera en 1916 à l'age de 61 ans.

Le , le gouvernement fédéral autorise les entreprises toutes les entreprises de transport à augmenter la taille de leur paquet[12]. Cette nouvelle loi est un coup dur pour les entreprises de livraison, mais la section de transport de fonds protégea Brink's de ce changement de législation. Le , Brink's sépare ses opérations de livraison de marchandise, de celle de transport de fonds, beaucoup plus profitable. L'entreprise décide alors de se spécialisé dans les transports de fonds, et de ne faire des livraisons qu'occasionnellement.

Le , Brink's va vivre son premier cambriolage mortel. 3 convoyeurs transportaient de l'argent d'une banque du centre-ville à la Winslow Brothers Company, situé au croisement de Harrison Street et la 46e West Side Avenue. Barton C. Allen, fils de Frank Allen, futur président de Brink's, était l'un des convoyeurs. Dès qu'il sort de sa voiture, il se fera tuer instantanément par un coup de fusil à pompe, tiré par Edward "Ammunition" Wheed. Son collègue Louis C. Osenberg se fera tué dans la volée. Le 3ème convoyeur, Kit Lewis a jeté immédiatement les sacs d'argent en levant les mains en l'air, et a été épargné. Wheed sera arrêté quelques jours plus tard avant d'être pendu en février 1918.

Dès lors, un virage sécuritaire s'opère dans la Brink's, avec des primes de 500$ pour chaque bandit tué. La Brink's va s'inspirer des premiers fourgon blindé créé en 1910 : tous les véhicules vont être renforcés par l'ajout de plaques métalliques sur toutes les portes des camions et voitures de la flotte, tout en rajoutant des coffres-fort sous les sièges des convoyeurs[13].

Juste avant la nomination de Frank Allen en tant que président, son fils, John D. Allen, a été nommé au comité de direction et avait des ambitions d'expansion pour la Brink's. En moins de 2 mois, John créa et mis en place une branche de la Brink's à Cleveland, sans que son père ne le sache parce qu'il était en vacances en Angleterre, et sans que le président exécutif J. H. Bradley ne le sache non plus, qui était opposé à une expansion en général de l'entreprise. J. H. Bradley était beaucoup plus occupé par ses fonctions de Vice-Président d'American Express, qui venait tout juste d'être nationalisé pour les besoins de la première guerre mondiale.

J. H. Bradley, qui était président exécutif depuis 1886 était vraiment contrarié par la décision de John D. Allen, et décida de démissionner le pour s'occuper entièrement d'American Express. Frank Allen devient alors le nouveau président jusqu'à 1944. En 1904, il était l'un des vétérinaires des chevaux de la Brink's, puis il avait investit dans l'entreprise en 1905 avec l'achat de 5 parts. En 1909, il a été nommé au comité de direction, et en 1917 il en est devenu le directeur général. Son fils John D. Allen devient alors le nouveau directeur du secteur bancaire de la Brink's.

Le , l'entreprise abandonne les mots Chicago City de son nom pour devenir Brink's Express, et le secteur d'activité allait devenir exclusivement le transport de fonds.

En plus d'ouvrir des branches directes, Frank Allen décide d'ouvrir des branches en leasing à 60$/mois. Ainsi, le , la branche leasing de Rochester ouvre, puis 2 ans plus tard à Philadelphie, Boston et New York.

En 1924, des branches ouvre à Pittsburg en Pennsylvanie; Syracuse à New York; Worchester au Massachusetts; Saint Paul au Minnesota; Saint Louis et Kansas City au Missouri.

En 1926, la Brink's avait 19 branches, plus de 7000 clients, et déplaçeait 30 millions de dollars par jours. Les profits arrivant en masse, l'entreprise à investit lourdement dans les véhicules blindés cette années. La moitié de la flotte avait moins de 6 mois en 1926[14].

En mars 1927, des bandits de Détroit, les Flathead Gang, vont profiter d'une vulnérabilité des véhicules blindés de l'époque : tous les sols sont en bois. Sur les routes de terres de la Pennsylvanie, les bandits avaient creusé un trou et placé de la dynamite relié à un fil. Ils ont attendu que le convoi passe pour faire exploser le véhicule. Ils ont réussi à dérober 100 000 $, mais cela changera l'industrie des véhicules blindées. Après ce braquage, la Brink's va alors changer de stratégie quant à sa flotte. Les véhicules étaient jusqu'alors anonyme, ils allaient maintenant arborer le logo de la Brink's parce que cette marque était devenu synonyme de sécurité[15].

A la fin de la décennie, la Brink's était devenu la plus grosse entreprise de transport de fond du pays.

Progrès automobile et renouveau (1929-1959)[modifier | modifier le code]

Expansion à l'étranger (1959-1989)[modifier | modifier le code]

Croissance à l'international (Depuis 1989)[modifier | modifier le code]

Attaques contre la Brink's[modifier | modifier le code]

Toyota Hilux de la filiale thaïlandaise de la Brink's en 2013.

La perspective de butins astronomiques a poussé des organisations clandestines à s'en prendre à des voitures blindées ou à des dépôts de Brink's, les plus connus de ces braquages sont:

  • l'attaque d'un fourgon blindé le 20 octobre 1981 par des membres de la May 19th Communist Organization (dans laquelle se trouve d'ex-membres ou proches du Weather Underground) et de la Black Liberation Army (notamment composé d'anciens des Black Panthers), qui se conclut par un échec.
  • l'attaque d'un dépôt de la Brinks à Toulouse le 27 avril 1988. Une dizaine de braqueurs s'en vont, sans explosifs ni coups de feu, avec 11,7 millions de francs en espèces. Gilles Bertin, chanteur et bassiste de Camera Silens fera 28 ans de cavale avant de se rendre à la justice en novembre 2016[16].
  • l'attaque d'un dépôt de fourgons blindés à Rochester (État de New York) en 1993, le cinquième cambriolage des États-Unis par le montant dérobé, 7,4 millions de dollars U.S., qui a été attribué à quatre suspects (dont un prêtre catholique et un policier) liés à l'I.R.A.[17]
  • l'attaque d'un dépôt de fourgons blindés à Kehlen (Luxembourg) le 17 avril 2000, avec un butin estimé entre 15 et 17 millions d'euros, par une bande composée notamment d'Abdellatif Bekhti et d'Abdelkader Belliraj ; seul le premier fut arrêté, et condamné à 20 ans de prison à Luxembourg en janvier 2003, mais ses complices le firent évader deux mois plus tard ; les deux sont arrêtés au Maroc en janvier et en février 2008, cette fois pour suspicion (le procès a été fixé, après deux reports, au 26 décembre 2008) de trafic d'armes, de blanchiment, de préparatifs d'attentats, le tout dans le cadre d'une organisation islamiste clandestine[18],[19]

Mort dans l'exercice de leur fonction[modifier | modifier le code]

Dans les pays francophones[modifier | modifier le code]

A l'étranger[modifier | modifier le code]

Depuis la mort de ses 2 premiers convoyeurs Barton C. Allen et Louis C. Osenbergen le à Chicago, il y a eu 190 personnes tuées dans le monde entre 1917 et 2009, une grande majorité d'entre eux venant des Etats-Unis, de Colombie, du Brésil et du Venezuela.[21]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeffrey Rodengen, The Legends of Brink's, Etats-Unis, Write Stuff Enterprises, Inc., (ISBN 978-1-932022-39-1)
  • R. A. Seng et J. V. Gilmour, Brink's, the Money Movers: The Story of a Century of Service, Etats-Unis, Literary Licensing, LLC, (ISBN 978-1258123291)
  • James L. Dunbar et Robert Grant Kingwell, Bulletproof: A History of Armored Cars and the Colorful Characters Who Ran Them, Rode Them, and Sometimes Robbed Them, Etats-Unis, MidAtlantic Books & Journals, Inc., (ISBN 978-0974186702)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette liste est à la date du 31 décembre 2009

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]