Bring on the Night

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bring on the Night (chanson).
Bring on the Night
Live de Sting
Sortie 1986
Enregistré Du 29 mai 1985 au 23 décembre 1985
Durée 82:28
Genre Jazz, new wave
Producteur Sting, Kim Turner
Label A&M Records

Albums de Sting

Bring on the Night est le premier album live de Sting sorti en 1986 et enregistré lors de la tournée de 1985 à Paris au Théâtre Mogador, à Rome et à Arnhem.

Sting y interprète des chansons issues de son album The Dream of the Blue Turtles, d'une face B de single (Another Day) ainsi que des titres de The Police et une reprise (Been Down so Long).

Le titre de l'album est également celui d'une chanson de The Police figurant sur l'album Reggatta de Blanc. C'est aussi le titre d'un film dirigé et écrit par Michael Apted de 1985, dans lequel on assiste aux préparatifs du premier spectacle de Sting avec ses musiciens au Théâtre Mogador. On y voit ainsi des images de la ville de Paris, ainsi que de sa femme Trudy Stiler qui accouche de son second enfant avec Sting, avec comme fond sonore, la pièce "Russians" de Sting.

Historique[modifier | modifier le code]

Après la séparation du trio The Police, Sting a pris le risque de choisir une voix différente en s'entourant de musiciens noirs ayant surtout œuvré dans le jazz, forme de musique dans laquelle il se sent parfaitement à l'aise vu son passé de jazzman. Mais il risquait gros en commençant sa carrière solo sur un tel coup de dés, ne sachant pas trop quelle serait la réaction du public. Il a été bassiste avec The Newcastle Big Band en 1971 et Last Exit en 1974, deux groupes de jazz, puis après il fit la rencontre de Stewart Copeland qui venait de quitter Curved Air et Henry Padovani avec qui il monta The Police. Le guitariste fut rapidement remplacé par l'ex-Soft Machine Andy Summers.

Il sut toutefois s'entourer de grands musiciens. Darryl Jones fut bassiste de Miles Davis et Herbie Hancock et son groupe Headhunters. Brandford Marsalis aux saxophones et à la clarinette a aussi joué avec Miles Davis ainsi que Dizzy Gillespie. Le batteur Omar Hakim a quant à lui été membre du groupe Weather Report et le pianiste Kenny Kirkland a prêté ses talents au groupe de Branford Marsalis ainsi que Miroslav Vitouš. Les choristes Janice Pendarvis et Dolette McDonald ont travaillé précédemment avec Talking Heads et David Bowie entre autres.

Comme Sting le mentionne lui-même pendant une entrevue dans le film, on ne voit jamais la naissance d'un groupe au cinéma. Il cite comme exemple les films Let It Be des Beatles et The Last Waltz du Band, dans lesquels on assiste plutôt à la fin d'une époque, et en cela le film de Michael Apted est une première.

Le film nous montre le musicien avec son groupe préparant au Château de Courson pour la première de la tournée au Théâtre Mogador de Paris. On y voit de superbes images de la ville lumière ainsi que l'épouse de Sting, Trudie Styler enceinte. Il y a ainsi une scène magnifique dans laquelle on assiste à la naissance du second enfant du couple (Jake) avec la pièce "Russians" de Sting comme fond sonore. C'est très symbolique quand on entend les paroles de cette chanson : "...J'espère que les Russes aiment leurs enfants aussi..." On doit tout de même se rappeler que nous étions alors en pleine guerre froide à cette époque. Il y a un parallèle à faire entre la naissance de l'enfant du couple et celle du groupe de Sting ; on y voit la fragilité et la relation naissante entre les musiciens du groupe, l'insécurité de chacun des acteurs de cette nouvelle histoire qui commence. C'est un grand film que ce "Bring on the night".

Listes des chansons[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites par Sting sauf indication contraire.

Disque un[modifier | modifier le code]

  1. Bring on the Night/When the World Is Running Down You Make the Best of What's Still Around – 11:41
  2. Consider Me Gone – 4:53
  3. Low Life – 4:03
  4. We Work the Black Seam – 6:55
  5. Driven to Tears – 6:59
  6. Dream of the Blue Turtles/Demolition Man – 6:08

Disque deux[modifier | modifier le code]

  1. One World (Not Three)/Love Is the Seventh Wave – 11:10
  2. Moon Over Bourbon Street – 4:19
  3. I Burn for You – 5:38
  4. Another Day – 4:41
  5. Children's Crusade – 5:22
  6. I Been Down So Long (Alex Atkins, J. B. Lenoir) – 4:54
  7. Tea in the Sahara – 6:25

Personnel[modifier | modifier le code]