Bria Hartley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bria Hartley
Image illustrative de l’article Bria Hartley
Bria Hartley en 2018
Fiche d’identité
Nom complet Bria Nicole Hartley
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Naissance (26 ans)
North Babylon, Drapeau de l'État de New York New York
Taille 1,73 m (5 8)
Poids 66 kg (145 lb)
Situation en club
Club actuel Liberty de New York
Galatasaray
Numéro 8
Poste arrière
Carrière universitaire ou amateur
2010-2014 Huskies du Connecticut
Draft WNBA
Année 2014
Position 7e
Franchise Storm de Seattle
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
2014
2015
2016
2017
2018
2019

2014-2015
2015-2016
2017-2018
2018-2019
2019-2020
Mystics de Washington
Mystics de Washington
Mystics de Washington
Mystics de Washington
Liberty de New York
Liberty de New York

Sopron
Mersin BSB
Mersin
Fenerbahçe
Galatasaray
09,7
04,2
06,5
07,8
08,5
en c[1]

12,0
?
17,6
14,1
en c.
Sélection en équipe nationale **
2018-Drapeau : France France

* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Bria Hartley, née le à North Babylon dans l'État de New York, est une joueuse franco-américaine de basket-ball, double championne NCAA avec les Huskies du Connecticut.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère et sa grand-mère ont la nationalité française. Sa grand-mère Christiane Beyer est née à Paris le 12 mars 1939 mais elle a grandi en Alsace dans le village de Mietesheim (669 habitants). Sa famille a déménagé ensuite à Strasbourg après la deuxième guerre mondiale lorsque la maison familiale a été détruite avant d’être reconstruite et elle se lie en 1959 à un soldat américain, qu'elle épouse à Strasbourg, puis suit aux États-Unis[2].

Lycée[modifier | modifier le code]

Elle fréquente la North Babylon Union Free School District à New York dans le quartier de North Babylon. Avec les Bulldogs, elle obtient 81 succès pour 13 revers avec durant son année junior des moyennes de 21 points, 7,4 rebonds, 7,2 passes décisives, 6,0 interceptions et 4,7 contres par rencontre. Elle est nommée dans la liste des All-America de Parade[3]. En senior, elle réussit cinq triple-doubles, et porte ses moyennes à 30 points, 8,3 rebonds, 7,4 passes décisives, 5,9 interceptions et 5,0 contres[4],[5] et conduit son équipe au match du titre de l’État contre Sachem East[6],[7], dans lequel elle marque 51 points, mais qui se révèlent insuffisants. Elle est nommée Miss Basketball de l’État de New York en 2010 par le New York Basketball Coaches Association. En cinq saisons, Hartley compile 1 978 points.

En complément du basket-ball, elle pratique aussi le football et la crosse, tant en ayant une remarquable réussite académique. Avant sa dernière saison, elle s'engage pour les Huskies du Connecticut de préférence à Duke, Kentucky, Tennessee, Georgetown, North Carolina et Louisville. Elle est élue deux fois Gatorade Player of the Year de New York[8],[9] et WBCA All-American[10]. Elle participe au WBCA High School All-America Game de 2010 où elle inscrit 19 points[11],[12]. Bria Hartley est sélectionnée McDonald's All-America et participe au All-Star game et score 17 points pour l'équipe de l'Est[13].

NCAA[modifier | modifier le code]

Également courtisée par Duke, Kentucky, Tennessee, Georgetown, North Carolina et Louisville[2], elle rejoint les Huskies du Connecticut où elle s'impose dès son année rookie avec par exemple 29 points (à 10 sur 16) face à Notre Dame le 19 février, 24 points (à 10 sur 16) face à Louisville le et en marquant les paniers décisifs pour l'emporter sur les Bears de Baylor le 16 novembre. Elle est nommée dans le premier cinq du tournoi de la Big East[14]. Alors que les freshmen ont généralement un temps de jeu limité, la blessure au genou qui fait manquer toute sa saison à Caroline Doty lui permet de jouer 1 209 minutes, le nouveau record d'une freshman à Connecticut. Elle est nommée Freshman de l'année de la Big East et dans le meilleur cinq du tournoi de la Big East.

Son année sophomore est tout aussi réussie en entamant les 38 rencontres de la saison, brillant tout particulièrement face aux adversaires principaux que sont les Bears de Baylor et les Fighting Irish de Notre-Dame. Elle est la seconde passeuse de l'équipe avec 3,7 passes décisives, troisième scoreuse avec 14,0 points et troisième interceptrice[4]. Elle est sélectionnée dans le meilleur cinq NCAA composé par la WBCA (quatrième sophomore des Huskies). Elle marque cinq fois 20 points ou plus et notamment 24 à 9 tirs réussis sur 12, additionnés de 5 passes décisives et 4 interceptions face à Towson le 30 novembre. Elle est nommée dans le premier cinq du tournoi de la Big East après avoir converti 18 points et 7 rebonds face à Notre Dame en finale. Elle marque de nouveau 18 points et 3 passes décisives au Final Four NCAA face à Notre Dame, confirmant sa réputation d'être à son meilleur niveau dans les rencontres importantes. Elle est dans le meilleur cinq de la Big East[14].

Son année junior est un ton en dessous de ses précédentes avec des statistiques en baisse dans les principales catégories. Avec 9,2 points, elle n'est plus que la cinquième scoreuse des Huskies avec une pointe à 21 points face à Oakland le 19 décembre. Toutefois, elle se reprend lors du tournoi final avec notamment 15 points et 5 passes décisives en demi-finales face à Notre Dame sur le chemin de son premier titre de championne NCAA[14],[15].

En senior, elle débute les 40 rencontres — toutes victorieuses — des Huskies pour 16,2 points et 4,3 passes décisives de moyenne. Elle score au moins 20 points à 12 reprises avec une pointe à 30 points avec 11 tirs réussis sur 15 (dont 6 sur 8 à trois points) lors d'une victoire face à Rutgers le 19 janvier. Elle est retenue pour la seconde année consécutive dans le meilleur cinq du tournoi final NCAA avec des moyennes de 14,7 points et 3,9 passes décisives. Avec 15,8 points et 4,0 rebonds, elle est élue dans le meilleur cinq du tournoi de l'American Athletic Conference. Ses 647 points et ses 173 passes décisives sont les quatrièmes meilleures performances d'une senior de l’histoire des Huskies[16].

En carrière, elle est la huitième marqueuse des Huskies avec 1 994 points et la sixième aux paniers à trois points réussis avec 259 réussites, cinquième aux passes décisive avec 559 caviars en 153 rencontres. Elle est l'une des trois Huskies avec Maya Moore et Diana Taurasi à réussir au moins 1 500 points, 500 rebonds, 500 passes décisives et 200 interceptions. Elle figure à trois reprises (2011, 2012 et 2014) dans le meilleur cinq de la conférence[16].

WNBA[modifier | modifier le code]

Draftée en septième position par la Storm de Seattle, elle est aussitôt échangée avec Tianna Hawkins contre Crystal Langhorne, Washington réunissant le duo qu'elle formait aux Huskies avec Stefanie Dolson[17]. Elle intègre le cinq de départ dès la seconde rencontre de la saison pour réussir 15 points et 5 passes décisives face au Fever de l'Indiana le 23 mai 2014. Le 1er juin, elle marque 20 points lors d'une rencontre avec une triple prolongation, puis dépasse de nouveau cette marque avec 26 points inscrits (11 tirs réussis sur 16, dont 4 sur 6 à trois points) le 24 juin face au Storm de Seattle.

Après les Jeux de Rio, les Mystics annoncent sa fin de saison prématurée pour cause de grossesse après 24 rencontres pour des moyennes de 6,5 points avec une adresse de 37,6 % et 2,3 passes décisives par rencontre[18],[1].

Le , les Mystics de Washington transfèrent Kia Vaughn et Bria Hartley au Liberty de New York dans un transfert complexe impliquant trois équipes[19].

Europe[modifier | modifier le code]

Sous le maillot de Mersin.

En mai 2014, elle signe son premier contrat professionnel en Europe pour le club de Sopron[20]. Ses statistiques en Hongrie sont de 12,7 points, 3,3 rebonds et 2,8 passes décisives en championnat et 12,0 points, 4,1 rebonds et 3,2 passes décisives en Eurocoupe[21] Elle est nommée MVP des finales du championnat[21], son équipe remportant le championnat[22].

Durant l'été 2015, elle signe avec le club de Mersin BSB, 11e du dernier championnat turc, qui engage également Marina Kuzina, Ashley Key et Aneika Henry[21]. Pour 2017-2018, elle joue toujours à Mersin[23]. Ses statistiques sont de 19,1 points et 4,7 passes décisives en championnat et de 17,6 points et 4 passes décisives en Eurocoupe. Mais pour la saison suivante, elle s'engage avec un autre club turc, Fenerbahçe, entraîné par Valérie Garnier[24], qui remporte le championnat en 2019[25]. Après le changement d'équipe dirigeante et le départ de Valérie Garnier de Fenerbahçe (où ses moyennes étaient de 14,1 points, 3,4 rebonds et 3 passes décisives par match d'Euroligue), elle rejoint le club rival de Galatasaray[26].

Équipes nationales[modifier | modifier le code]

Elle participe au Championnat des Amériques U18, qualificatif pour le Mondial U19 de 2011[27],[28]. Dirigée par l'ancienne meneuse des Huskies Jennifer Rizzotti, qui lui inculque des qualités de leadership[29] et de bonnes prises de décision[30].

En 2012, elle remporte avec les USA, 17-16 face à la France, le premier championnat du monde de 3x3 avec Skylar Diggins, Chiney Ogwumike et Ann Strother[31].

Dans la première rencontre des U18 remportée 58 à 39 face au Canada, elle réussit 10 points, 3 passes décisives et 4 interceptions[32]. Elle dépasse les 10 points face aux Argentines (victoire 91–32)[33],[34] . Puis face au Brésil, elle met rapidement les Américaines sur de bons rails[35] pour terminer seconde meilleure marqueuse avec 14 points[36]. Elles disposent aisément des Portoricaines 108 à 44, puis le Chili 98 à 28 en demi-finales. Elles retrouvent les Brésiliennes en finale et l'emportent 81 à 38[37]. Avec 10,6 points est la seconde marqueuse américaines de la compétition[38].

Avec sa coéquipière Kaleena Mosqueda-Lewis, elle est membre de l'équipe américaine dirigée par Sherri Coale qui dispute le Mondial universitaires 2013 à Kazan en Russie. Après des débuts aisés, les Américaines ne l'emportent que de justesse (79 à 78) face aux Australiennes en demi-finale, puis un peu plus largement (90 à 71) en finale face aux Russes. Bria Hartley est meilleure marqueuse des États-Unis avec 13,5 points et seconde, devancée par Odyssey Sims, aux passes décisives et interceptions[39] ,[40].

Elle figure dans la présélection américaine pour le championnat du monde 2014 mais fait partie des joueuses invitées à la quitter avant la première rencontre amicale[41].

D'après sa mère, « l’idée de jouer pour l’équipe de France aux Jeux Olympiques est apparue alors que Bria jouait en universitaires aux Huskies du Connecticut. Ce serait un honneur de représenter ma famille et notre pays d’origine » et c'est elle qui prend contact en 2018 avec la FFBB [2] afin d'entreprendre les démarches nécessaires pour faire reconnaître sa qualité de joueuse sélectionnable l'équipe de France[42]. En octobre 2018, elle est présélectionnée par Valérie Garnier pour prendre part aux qualifications pour le championnat d'Europe 2019[43]. Elle honore sa première sélection avec les Bleues lors des éliminatoires de l'Eurobasket 2019 face à la Roumanie (victoire 61-90) le 17 novembre marquant 9 points pour 12 d'évaluation en 19 minutes[44]. Elle déclare alors : « J'étais très excitée de jouer ce premier match avec mes coéquipières, et je suis très heureuse d'avoir gagné cette rencontre. Jouer pour l’Équipe de France représente beaucoup de choses pour moi, c'est un honneur. Ma grand-mère m'a beaucoup parlé de la France. Elle y a grandi et vécu, elle m'a montré plein de photos de cette époque, et le fait que je joue pour la France la rend fière, elle et toute ma famille (...) J'ai toujours suivi le basket et les joueurs français, notamment Céline Dumerc qui est une de mes joueuses favorites et une excellente meneuse de jeu. J'aime beaucoup aussi Tony Parker et Boris Diaw, surtout quand ils jouaient ensemble aux Spurs de San Antonio »[45]. Quelques jours plus tard, elle contribue à la qualification de l'équipe de France lors de la victoire contre la Slovènie (88-44) à Charleville-Mézières. Bria Hartley marque 16 points à 7 sur 8 aux tirs pour 23 d'évaluation en 20 minutes[46]. Contrairement à d'autres sélections nationales qui alignent des joueuses naturalisées, Valérie Garnier insiste sur le fait Bria Hartley est franco-américaine de naissance, malgré quelques discorus critiques comme cela de Céline Dumerc : « Bria a des origines françaises par sa grand-mère, c’est vrai. Mais qu’est-ce qu’elle a à voir avec la France ? Est-ce qu’elle a été formée en France ? C’est plutôt ça qui me dérange. » Son entraîneuse réplique : « Elle a mis tout en œuvre pour se faire accepter, dans sa façon de s’entraîner, de se comporter, de partager le ballon et de se mettre au service de l’équipe, Et tout le monde l’a acceptée[47] ».

Retenue pour le championnat d'Europe 2019, elle se montre à son avantage et réussit le tir de l'égalisation face aux Belges qui permet une victoire après prolongation pour accéder aux demi-finales[48]. Elle remporte finalement la médaille d'argent lors de ces championnats après la d&faite des bleues face à l'Espagne en finale (82-62).

Clubs[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En équipe nationale américaine[modifier | modifier le code]

En équipe nationale française[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

  • Championne de Hongrie 2015[22]
  • Championne de Turquie 2019[25]

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Bria Hartley », WNBA (consulté le 2 novembre 2018)
  2. a b et c Pascal Legendre, « Petite-fille d’une Alsacienne, Bria Hartley, meneuse du New York Liberty, veut jouer en équipe de France », sur basketeurope.com, (consulté le 26 mai 2019)
  3. (en) Michaelson Lee, « McDonald’s Player of the Year Finalists Announced », Full Court Press, (consulté le 26 mai 2019)
  4. a et b « Bria Hartley » (consulté le 2 juin 2014)
  5. Jim Fuller, « Hartley is New York Player of the Year again », New Haven Register, (consulté le 4 juillet 2010)
  6. Nancy Pfaff, « Hartley is the Total Package », uchuskies.com (consulté le 4 juillet 2010)
  7. Adam Ronis, « Doherty, Sachem East overcome Hartley’s 51 for 'AA' title », Newsday.com, (consulté le 4 juillet 2010)
  8. (en) « Gatorade Girls Basketball Players of Year », espn.com, (consulté le 26 mai 2019)
  9. (en) « No backing down for Hartley », espn.com, (consulté le 26 mai 2019)
  10. « Past WBCA HS Coaches' All-America Teams », Women's Basketball Coaches Association (consulté le 1er juillet 2014)
  11. « WBCA High School All-America Game Box Scores », Women's Basketball Coaches Association (consulté le 29 juin 2014)
  12. Vickie Fulkerson, « UConn-bound Hartley shows she belongs », Newsday.com, (consulté le 4 juillet 2010)
  13. (en) « Bio », sur briahartley.com (consulté le 26 mai 2019)
  14. a b et c « Bria Hartley », WNBA (consulté le 2 août 2014)
  15. a et b Rich Elliott, « 2013 Final Four All-Tournament Team », Hearst Communications Inc., (consulté le 17 avril 2013)
  16. a b c d e f g h i j et k « Bria Hartley », uconnhuskies.com (consulté le 2 août 2014)
  17. « Connecticut Sun wins WNBA Draft Lottery », Love Women's Basketball, (consulté le 15 avril 2014)
  18. (en) « Bria Hartley to miss remainder of season due to pregnancy, team signs Leilani Mitchell and waives Tianna Hawkins », hoopfeed.com, (consulté le 2 septembre 2016)
  19. (en) « Vaughn And Hartley to New York, Swords to Seattle in Three-Team Trade », wnba.com, (consulté le 31 janvier 2017)
  20. « UE Sopron adds fourth foreigner – American guard Bria Hartley », Love Women's basketball, (consulté le 31 juillet 2014)
  21. a b c et d (en) Jānis Kacēns, « Mersin BSB signs American guard Bria Hartley », Love Women's Basketball, (consulté le 14 juillet 2015)
  22. a et b (en) Jānis Kacēns, « Hungarian league title returns to Sopron », Love Women's Basketball, (consulté le 14 juillet 2015)
  23. (en) « WNBA Players Playing Overseas », wnba.com (consulté le 29 avril 2018)
  24. Thibaut Lasser, « Bria HARTLEY signe officiellement à Fenerbahçe », postup.fr, (consulté le 8 juillet 2018)
  25. a et b Sacha Rutard, « Le Fenerbahçe de Valérie Garnier et Bria Hartley champion de Turquie », basketeurope.com, 15mai 2019 (consulté le 26 mai 2019)
  26. Thibaut, « BRIA HARTLEY DE FENERBAHÇE À GALATASARAY », bebasket.fr, (consulté le 31 juillet 2019)
  27. Carl Adamec, « Women's basketball: Incoming freshmen help U.S. grab gold », Journal Inquirer, (consulté le 5 juillet 2010)
  28. « 2010 FIBA Americas U18 Championship For Women -- Just the Facts », USA Basketball (consulté le 4 juillet 2010)
  29. Lindsay Schnell, « Hartley finds mentor in Rizzotti », ESPN hoopGurlz, (consulté le 4 juillet 2010)
  30. (en) Lori Riley, « Rizzotti Says Coaching U.S. Team Was An Honor », Courant.com, (consulté le 4 juillet 2010)
  31. Sacha Rutard, « Quand Bria Hartley est devenue championne du monde 3×3 avec les Etats-Unis », basketeurope.com, (consulté le 29 avril 2019)
  32. « USA Women's U18 National Team Pulls Away From Canada For 58-39 Exhibition Win », USA Basketball (consulté le 21 juin 2010)
  33. « 2010 USA Women's U18 National Team Defeats Argentina, 91-32 », USA Basketball (consulté le 24 juin 2010)
  34. « USA Argentina Stats », FIBA (consulté le 24 juin 2010)
  35. « USA Cruises Past Brazil, 89-46, In Preliminary Round Of FIBA Americas U18 Championship For Women », USA Basketball (consulté le 25 juin 2010)
  36. « USA Brazil Stats », USA Basketball (consulté le 25 juin 2010)
  37. a et b « USA Brazil Stats », FIBA (consulté le 2 juillet 2010)
  38. « USA Women's U18 National Team Wins Gold With Triumph Over Brazil In 2010 FIBA Americas U18 Championship », USA Basketball (consulté le 4 juillet 2010)
  39. « TWENTY-SEVENTH WORLD UNIVERSITY GAMES -- 2013 », USA Basketball (consulté le 27 avril 2014)
  40. a et b Rich Elliott, « Hartley, Mosqueda-Lewis Named To U.S. World University Games Team », sur blog.ctnews.com/elliott, (consulté le 22 mai 2013)
  41. (en) « USA cuts Chiney Ogwumike, Bria Hartley, Briann January, Danielle Robinson », Love Women's Basketball, (consulté le 20 septembre 2014)
  42. Gabriel Pantel-Jouve, « BRIA HARTLEY, UNE FORTE JOUEUSE AMÉRICAINE FUTURE MEMBRE DE L'ÉQUIPE DE FRANCE ? », bebasket.fr, (consulté le 20 septembre 2014)
  43. « La liste des 15 dévoilée, première pour Bria Hartley », sur parlons-basket.com, (consulté le 28 octobre 2018)
  44. « Mission accomplie pour les Bleues en Roumanie », sur bebasket.fr, (consulté le 22 novembre 2018)
  45. Kevin Bosi, « "Jouer pour la France est un honneur" », sur ffbb.com, (consulté le 23 novembre 2018)
  46. « La France corrige la Slovène et se qualifie officiellement pour l'Euro », sur bebasket.fr, (consulté le 22 novembre 2018)
  47. Clément Martel, « Euro basket 2019 : Bria Hartley en bleu, au nom de sa grand-mère », sur lemonde.fr, (consulté le 6 juillet 2019)
  48. Marc Perais, « Euro 2019 : Après prolongation, les Bleues gagnent leur billet pour le carré final », sur postup.fr, (consulté le 5 juillet 2019)
  49. Théo Quintard, « LA FRANCE PREND LA MÉDAILLE D'ARGENT FACE À L'ESPAGNE À L'EUROBASKET FÉMININ », sur bebasket.fr, (consulté le 7 juillet 2019)
  50. Rich Elliott, « Hartley Named Big East Freshman Of The Year », Hartford Courant,
  51. « Top Three Selections in 2014 WNBA Draft Headline WNBA All-Rookie Team », WNBA (consulté le 31 août 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]