Brexpiprazole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brexpiprazole
Image illustrative de l’article Brexpiprazole
Identification
Nom UICPA 7-{4-[4-(1-benzothiophén-4-yl)pipérazin-1-yl]butoxy}quinoléin-2(1H)-one
No CAS 913611-97-9
No ECHA 100.242.305
PubChem 11978813
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C25H27N3O2S
Masse molaire[1] 433,566 ± 0,028 g/mol
C 69,26 %, H 6,28 %, N 9,69 %, O 7,38 %, S 7,4 %,
Données pharmacocinétiques
Métabolisme hépatique
Excrétion

rénale et fécale


Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le Brexpiprazole (code produit: OPC-34712) est un agoniste partiel des récepteurs de dopamine D2 développé par Otsuka et Lundbeck[2]. Son nom commercial est Rexulti. Il est actuellement en phase d'étude clinique pour le traitement de la dépression majeure, de la schizophrénie et du trouble du déficit de l'attention [3]. Le produit a été initialement conçu pour offrir une alternative à l'aripiprazole, offrant une plus grande efficacité et moins d'effets secondaires (notamment akathisie, agitation psychomotrice et insomnies[4]. Mais à ce jour, seule une étude comparant l'aripiprazole est terminée et ne démontre aucune différence d'efficacité entre aripiprazole et brexpiprazole [5].

Pour Ostuka, le brexpiprazole est destiné à être le successeur de l'antipsychotique aripiprazole[6], dont le brevet américain expire en (mais qui bénéficie d'une extension de 6 mois due à l'exclusivité pédiatrique)[7].

Efficacité[modifier | modifier le code]

En , Otsuka a communiqué les résultats d'un essai clinique évaluant le brexpiprazole comme traitement d'appoint de la dépression majeure, chez des patients qui n'ont pas répondu à au moins une monothérapie (réponse évaluée selon l'échelle de dépression de Hamilton). Chez les patients recevant une dose de 1,5 mg de brexpiprazole, les chercheurs ont observé une baisse significative du score sur l'Échelle de dépression de Montgomery et Åsberg[8].

En 2011, Otsuka a présenté les résultats d'un essai de phase II évaluant le brexiprazole dans le traitement de la schizophrénie. Les résultats ont été faussés par une réponse placebo très élevée: la supériorité du brexpiprazole et de l'aripiprazole (pris comme comparateur), mesurée selon l'échelle des symptômes positifs et négatifs, n'est pas statistiquement significative[9].

Effets secondaires et interactions[modifier | modifier le code]

Les effets secondaires les plus courants observés avec le brexpiprazole sont des akathisies, des infections des voies aériennes supérieures, des prises de poids, des nasopharyngites, des maux de tête et des insomnies[8],[9].

Comme l'aripiprazole, le brexpiprazole serait un substrat pour les cytochromes CYP2D6 et CYP3A4. Les patients participants aux essais cliniques sont priés d'éviter de consommer certains agrumes comme le fruit du bigaradier.

Par ailleurs, le brexpiprazole a une plus longue demi-vie (environ 91 h) que l'aripiprazole (environ 75 h), et comme l'aripirazole, il est transformé en un métabolite actif.

Pharmacologie[modifier | modifier le code]

Selon les communiqués de presse d'Otsuka, le brexpiprazole agirait sur différents systèmes:

  • comme agoniste partiel des récepteurs de dopamine D2
  • comme antagoniste des récepteurs de sérotonine 5-HT2A
  • comme antagoniste des récepteurs d'adrenaline α1

De plus, les résultats des essais de phase I indiquent une activité:

  • comme agoniste partiel des récepeteurs 5-HT1A
  • comme antagoniste des récepteurs 5-HT7

Notes et références[modifier | modifier le code]