Brevet positif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le [[droit <adj>]]
Cet article est une ébauche concernant le droit.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le contenu de cet article ou de cette section est peut-être sujet à caution et doit absolument être sourcé. (février 2016).

Si vous connaissez le sujet dont traite l'article, merci de le reprendre à partir de sources pertinentes en utilisant notamment les notes de fin de page. Vous pouvez également laisser un mot d'explication en page de discussion (modifier l'article).

Le concept de brevet positif est un angle d'approche sur le brevet favorisant non pas la propriété privée comme valeur centrale, mais réellement l'innovation ; selon cette vision, le brevet ne doit pas bloquer l'innovation, ce qui est pour certains d'entre eux la situation actuelle.

Cette approche impose une nouvelle façon de penser le brevet. Cela peut s'envisager comme une réorganisation du système qui évite de breveter « tout et n'importe quoi » et qui s'interroge de savoir non seulement si c'est une réelle innovation, si dans ce secteur d'activité cela est autorisé (ce qui est fixé par le législateur), mais aussi de savoir si ce brevetage est souhaitable pour les innovations futures.

Cette approche préconise aussi un système d'annulation de brevet, dans les cas où il s'avère injuste, préjudiciable à l'innovation ou préjudicable à l'intérêt général (exemple des brevets en matière de médicaments). Actuellement, un très grand nombre de brevets sont invalidés quand ils sont contestés ; un des arguments importants est l'absence de nouveauté de l'invention, c'est-à-dire l'existence d'antériorité(s).

Ce courant de pensée est notamment opposé à tout brevet logiciel ou brevetage du vivant, considérés comme défavorables à l'innovation et à l'intérêt général.