Brest Métropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Brest métropole océane)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Brest Métropole
Blason de Brest Métropole
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Forme Communauté urbaine (1973 → 2014)
Métropole (2015 → )
Siège Brest
Communes 8
Président François Cuillandre (PS)
Budget 405,6 millions d'euros (2 020) 
Date de création 24 mai 1973
Code SIREN 242900314
Démographie
Population 209 722 hab. (2017)
Densité 960 hab./km2
Géographie
Superficie 218,37 km2
Localisation
Localisation de Brest Métropole
Liens
Site web https://www.brest.fr/
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

Brest Métropole est une métropole française située dans le département du Finistère et en région Bretagne.

En application de la Loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (Loi MAPTAM) du 27 janvier 2014, elle prend la suite de la Communauté urbaine de Brest (CUB), créée en 1973 et renommée Brest Métropole océane (BMO) en 2005. À l'entrée en application de la loi, le 1er janvier 2015, son nom est simplifié en Brest Métropole.

La métropole est membre des pôles métropolitains du Pays de Brest et de Loire-Bretagne.

Historique[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine de Brest a été créée le 24 mai 1973[1]. Née à l'initiative de Georges Lombard, alors maire de Brest et donc à la demande des élus locaux, par opposition aux quatre premières communautés urbaines imposées par la loi en 1969, elle est une des plus petites communautés urbaines. Elle se singularise par son très fort niveau d'intégration avec, dès sa création, un traitement communautaire des questions d'urbanisme (Plan d'occupation des sols (POS) puis Plan local d'urbanisme (PLU) communautaire) et d'aménagement de zones d'activités.

Les communes membres décident en 2000 de nouveaux transferts de compétences incluant l'ensemble de la gestion de l'espace public, mais également un certain nombre d'équipements d'agglomération (piscines, parc de Penfeld, le Quartz, etc.). Elle adopte la fiscalité propre (TPU) dès que la loi le lui permet en 2002.

Elle crée les premiers services communs entre ville et communauté urbaine dès 1998 avec la Direction de l'informatique et des télécommunications. Suivront ensuite la direction des ressources humaines, les régies bâtiments, la direction des finances et des marchés, et en 2002, les secrétariats généraux de la ville centre et de la communauté urbaine fusionnent.

Le 8 novembre 2004, elle décide de changer de nom pour devenir Brest métropole océane[2] (BMO), le terme métropole, en absence de définition légale, est alors l'expression d'une ambition et non un statut juridique.

En 2008, est mise en place la Gestion unifiée du personnel (GUP) : tous les personnels de la ville de Brest sont transférés à BMO et sont ensuite mis à disposition et facturés par BMO à la ville.

Brest métropole océane se définissant alors comme « l'intercommunalité la plus intégrée de France »[3], et ayant déjà mutualisé l'ensemble des compétences requises, met tout en œuvre pour pouvoir accéder au statut de métropole malgré une population nettement inférieure aux critères démographiques (500 000 habitants initialement envisagés)[4],[5].

Après consultation formelle de chacun des huit conseils municipaux concernés, la communauté urbaine Brest métropole océane se transforme le en métropole et prend le nom de « Brest Métropole » [6].

François Cuillandre, son président, ainsi que des élus des communes potentiellement concernées, militent en 2018 pour l'élargissement de la métropole, la moins peuplée de France, aux intercommunalités voisines[7],[8], malgré les réticences de certaines communautés de communes concernées[9],[10].

Fin 2018, des discussions en vue d'une intégration de la Communauté de communes Presqu'île de Crozon-Aulne maritime ont eu lieu[11]. Le 18 décembre, le conseil communautaire a rejeté cette fusion, annulant de fait le projet[12]. Si l'opération s'était concrétisée, la métropole aurait gagné plus de 23 000 habitants.

Dans un second temps, une étude sera menée en vue d'une éventuelle intégration de la Communauté de communes du pays des Abers. L'objectif reste de donner à la métropole brestoise la taille critique pour constituer un contrepoids dans l'ouest breton "dans un souci d'équilibre avec le développement de Rennes et de Nantes"[13].

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de l'intercommunalité crest Métropole au .

Brest Métropole se situe à l'ouest de la Bretagne, au nord-ouest du Finistère et est constituée de huit communes[14] :

  • Brest : sous-préfecture du Finistère, cette ville portuaire est située à l'embouchure de la Penfeld ;
  • Bohars : cette commune est située au nord de la métropole, entre Brest et Guilers, et comporte de nombreux espaces naturels ;
  • Gouesnou : également située au nord de l'agglomération, cette commune est traversée par la Penfeld ;
  • Guilers : cette commune est située en campagne, au nord-ouest de la métropole. On y trouve le bois de Keroual et le fort de Penfeld ;
  • Guipavas : connectée à la mer par la plage de Pen-An-Traon, cette commune possède aussi des espaces verts tels que les vallons du Costour et du Stang-Alar ainsi que la vallée du Cam ;
  • Le Relecq-Kerhuon : cette commune se trouve au niveau de l'entrée sud de la métropole. Elle fait état d'une grande diversité de paysages (ville, campagne, littoral) ;
  • Plougastel-Daoulas : cette presqu'île est située au sud-est de Brest, dont elle est séparée par l'embouchure de la rivière Élorn. Cette commune est aussi urbaine que rurale ;
  • Plouzané : cette commune se trouve à l’ouest de Brest métropole et fait aussi état de paysages variés (ville, campagne et littoral).

Composition[modifier | modifier le code]

Carte des densités de population (millésimée 2016) des communes de l'intercommunalité Brest Métropole[15]. Composition en communes au .

Brest Métropole regroupe huit communes du Finistère depuis 1973. Depuis cette date, aucune autre commune n'a rejoint l'intercommunalité.

La métropole regroupe en 2020 les 8 communes suivantes[1] :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
km2
Population
(dernière pop. légale)
Densité
hab./km2
Brest
(siège)
29019 Brestois 49,51 140 064 (2017) 2 829
Bohars 29011 Boharsiens 7,27 3 458 (2017) 476
Gouesnou 29061 Gouesnousiens 12,08 6 116 (2017) 506
Guilers 29069 Guilériens 18,98 7 981 (2017) 420
Guipavas 29075 Guipavasiens 44,13 14 482 (2017) 328
Plougastel-Daoulas 29189 Plougastels 46,83 13 337 (2017) 285
Plouzané 29212 Plouzanéens 33,14 12 822 (2017) 387
Le Relecq-Kerhuon 29235 Relecquois ou Kerhorre 6,43 11 462 (2017) 1 783

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire métropolitain
tel qu'existant au
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
183 595206 668207 831208 265213 545210 117206 893208 930
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2016[16])

Organisation[modifier | modifier le code]

Ancien logo de la communauté urbaine de Brest.

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de la métropole est situé à Brest, 24 rue Coat-ar-Guéven, CS 73826-29 238 Brest Cedex 2[1].

Élus[modifier | modifier le code]

Brest Métropole est administrée par son conseil de la métropole, composé, en 2014, de 70 conseillers municipaux représentant chacune des communes membres.

Ville Bohars Brest Gouesnou Guilers Guipavas Plougastel-
Daoulas
Plouzané Le Relecq-
Kerhuon
Total[17]
Nombre de sièges
2008 - 2014
2 54 3 3 5 5 5 5 82
Répartition par groupe politique 2 " " " " " " " " " " " " " " " " "
Nombre de sièges
en 2014[18]
2 35 3 4 7 7 6 6 70
Répartition par groupe politique[19] 0 2 27 8 1 2 1 3 6 1 1 6 5 1 5 1 45 1 24[n 1]
Conseiller(s) faisant partie du groupe de : = la majorité - = divers - = l'opposition

Á la suite des élections municipales de 2014 Le conseil communautaire de BMO du avait réélu François Cuillandre, maire de Brest et désigné les 20 vice-présidents de la communauté[21].

Alain Masson ayant démisssionné de son mandate de 1er vice-président en novembre 2018[22], le conseil métropolitain du a modifié la liste des vice-présidents, qui sont les suivants jusqu'à la fin de la mandature 2014-2020[23] :

  1. Bernadette Abiven, maire-adjointe de Brest, chargée des relations à l’usager et des ressources humaines ;
  2. Yohann Nédélec, maire du Relecq-Kerhuon, chargé des déplacements, des grands projets et de la rade ;
  3. Michel Gourtay, conseiller municipal de Brest, chargé de l'économie et de l'urbanisme réglementaire ;
  4. Dominique Cap, maire de Plougastel-Daoulas, chargé de l'international et du pays de Brest ;
  5. Thierry Fayret, premier maire-adjoint de Brest, chargé des finances ;
  6. Tifenn Quiguer, conseillère municipale de Brest, chargée de l'urbanisme et de l'habitat ;
  7. Pierre Ogor, maire de Guilers, chargé des services à la population et de la proximité territoriale Nord ;
  8. Francis Grosjean, conseiller municipal de Plouzané, chargé de l'eau, de l'assainissement, des espaces sensibles, ainsi que de la proximité territoriale Ouest ;
  9. Éric Guellec, maire-adjoint de Brest, chargé de la proximité territoriale Est et du patrimoine ;
  10. Frédérique Bonnard-Le Floc’h, conseillère municipale de Brest, chargée des politiques européennes et contractuelles ;
  11. Yann Guével, maire-adjoint de Brest, chargé de l'énergie et du plan climat ;
  12. Rébecca Fagot-Oukkache, conseillère municipale de Brest, chargée de l'enseignement supérieur et de la recherche ;
  13. Roselyne Filipe, conseillère municipale de Brest, chargée de la gestion durable des déchets ;
  14. Armel Gourvil, maire de Bohars, chargé du tourisme ;
  15. Fabrice Jacob, maire de Guipavast, chargé de l'urbanisme commercial, du commerce et de l'artisanat ;
  16. Patricia Salaün-Kerhornou, maire-adjointe de Brest, chargée de la propreté ;
  17. Isabelle Montanari, conseillère municipale de Brest, chargée de l'emploi et de l'insertion ;
  18. Ronan Pichon, conseiller municipal de Brest, numérique, économie sociale et solidaire,développement durable
  19. Sylvie Jestin, maire-adjointe de Brest, chargée du logement ;
  20. Stéphane Roudaut, maire de Gouesnou, chargé des grands équipements.


Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs de la communauté urbaine (jusqu’en 2014)
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1974 mai 1977 Georges Lombard CDP Avocat, maire de Brest, député du Finistère, sénateur, conseiller régional
mai 1977 octobre 1981 Joseph Gourmelon PS Député
octobre 1981 juin 1982 Francis Le Blé PS Chef de travaux à l'arsenal de Brest, maire de Brest
juillet 1982 mai 1983 Pierre Maille PS Professeur, maire de Brest, conseiller général du Finistère
juin 1983 mai 1989 Georges Lombard[24] UDF  
mai 1989 avril 2001 Pierre Maille PS maire de Brest
avril 2001 décembre 2014 François Cuillandre PS Professeur de droit public, maire de Brest, député du Finistère
Réélu pour le mandat de 2014 de la communauté urbaine[21]


Liste des présidents successifs de la métropole (à partir de 2015)
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2015 En cours François Cuillandre PS Maire de Brest

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences qui lui ont été tranférées par les communes membres, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Compétences de la communauté urbaine

En 2011, les compétences de BMO comprenaient les champs suivants[25] :

  • Développement économique, culturel et social
  • Aménagement de l'espace communautaire
  • Habitat
  • Gestion des grands services d'intérêt collectif, de protection et de mise en valeur de l'environnement et de politique du cadre de vie


Compétences de la métropole

La métropole est, en droit français, une structure exerçant, aux termes de la loi, de très nombreuses compétences issues des communes, qui en font la structure la plus intégrée des diverses formes d'intercommunalité françaises.

Outre les compétences ainsi rendues obligatoires par l'article L. 5217-2 du code général des collectivités territoriales, la métropole a reçu des communes les compétences suivantes déjà précédemment exercées par la communauté urbaine[26] :

  • actions de soutien à la recherche, à l'enseignement supérieur, à la formation professionnelle et à la vie étudiante ;
  • participation aux actions et aux dispositifs d'insertion économique et, en particulier, soutien à la maison de l'emploi et de la formation professionnelle, créée à l'échelle du pôle métropolitain du pays de Brest, à la mission locale et au plan local pour l'insertion et l'emploi ;
  • soutien aux projets pédagogiques dans les collèges et les lycées ;
  • lycées et collèges dans les conditions fixées au titre Ier du livre II et au chapitre Ier du titre II du livre IV ainsi qu'à l'article L. 521-3 du code de l'éducation ;
  • soutien des pratiques touristiques contemporaines au sein des équipements d'agglomération et de l'association Passerelle, de l'organisation des manifestations nautiques et des fêtes maritimes, de l'organisation de congrès ou de salons professionnels ayant trait à ses compétences, du sport professionnel ;
  • fourniture des services de communication ;
  • création, aménagement, gestion et entretien des espaces verts publics à l'exception de ceux accessoires à un équipement ou à un établissement communal ou situés à l'intérieur de ceux-ci ;
  • éclairage public ;
  • nettoiement des espaces publics, comprenant celui des plages ; installation d'équipements sanitaires à proximité immédiate de celles-ci ; soutien aux plans de gestion municipaux des plages ;
  • participation au financement de la production et de la réhabilitation du logement privé ;
  • capture et mise en fourrière des animaux errants ;
  • entretien et gestion des espaces naturels sensibles identifiés par le conseil de la communauté dans le cadre du plan local d'urbanisme, des chemins appartenant aux communes et des sentiers de randonnées ayant fait l'objet d'une convention ;
  • entretien et gestion de la servitude littorale, sous réserve qu'elle ait été approuvée par l'État et que la convention ait été passée avec lui ;
  • actions d'expertise et d'analyse dans le domaine sanitaire et environnemental ;
  • actions d'accompagnement de la politique de résorption du caravanage sauvage.

Fiscalité et budget[modifier | modifier le code]

La métropole est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, l'intercommunalité perçoit, comme toutes les métropoles, la fiscalité professionnelle unique[1] (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources.

Elle collecte également la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) et la redevance spéciale ordures ménagères[1], qui financent ce service public, ainsi que la taxe de séjour[1] perçue sur les touristes.

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Le , Brest Métropole présente son projet de téléphérique qui relie, à partir du 19 novembre 2016, les deux rives de la ville[27].

Le , Brest Métropole met en service sa première ligne de tramway[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cet ensemble est divisé en deux groupes distincts : l'opposition brestoise, groupe composé de huit membres élus de Brest, et l'opposition composée de seize membres regroupés au sein du Groupement intercommunal des communes associées (GICA)[20].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Brest Métropole (N° SIREN : 242900314) », Fiche signalétique BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL, (consulté le 9 février 2020).
  2. Xavier Debontride, « La communauté urbaine de Brest rebaptisée Brest Métropole Océane », La Gazette des communes,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2014).
  3. « C'est l'histoire de BMO, la petite souris qui a fait son trou... », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2014).
  4. « Brest peut devenir une métropole », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2014).
  5. « À Brest, la communauté urbaine veut devenir métropole », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2014).
  6. Décret n° 2014-1079 du 22 septembre 2014 portant création de la métropole dénommée « Brest Métropole », sur Légifrance.
  7. « Métropole de Brest. L'élargissement comme horizon », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2018).
  8. « Brest métropole, c'est l'avenir », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2018).
  9. « Élargissement de Brest métropole. « Pas d'impérialisme brestois », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2018).
  10. « Fusion avec Brest Métropole. Un « non » unanime au Pays d'Iroise : Le bureau des maires de Pays d'Iroise Communauté (PIC) s'est réuni mercredi soir. À l'unanimité, les 19 maires ont rejeté l'idée d'une fusion avec Brest métropole. Pourquoi ? Les explications d'André Talarmin, le président de la communauté de communes », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2018).
  11. « Métropole. L'élargissement comme horizon », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  12. « La fusion avec Brest métropole rejetée par les élus de la presqu'île de Crozon », sur ouest-france.fr, (consulté le 18 décembre 2018)
  13. « Sillage 213, octobre 2018, le magazine de Brest métropole et de la ville de Brest », sur www.brest.fr (consulté le 14 octobre 2018)
  14. « Découvrir Brest Métropole », sur https://www.brest.fr (consulté le 9 février 2020).
  15. Les densités de population sont calculées automatiquement dans un SIG en utilisant la surface géométrique de la commune, avec un niveau de précision du contour de 5 m tel qu'il ressort de l'export du découpage administratif au niveau communal (contours des communes) issu d'OpenStreetMap, et non la superficie cadastrale définie par l'Insee, qui est une donnée purement administrative. Des différences de classe peuvent ainsi éventuellement apparaître pour les communes qui se situent en limite de franchissement de seuil de classe
  16. INSEE, Recensement général de la population 2016, Document mentionné en liens externes.
  17. Conseil de BMO : la stabilité c'est maintenant, letelegramme.fr, consulté le 1er avril 2014
  18. « Répartition des communes au sein des conseils communautaires » [PDF], Aménagement du territoire, structures intercommunales et collectivités locales, Préfecture du Finistère, (consulté le 8 octobre 2014), p. 2.
  19. suivant l'étiquette politique déclarée par la liste à l'élection municipale
  20. BMO : la nouvelle équipe est en place, letelegramme.fr, consulté le 15 avril 2014
  21. a et b « Brest. François Cuillandre réélu à la présidence de BMO », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014).
  22. Valérie Le Nigen, « Alain Masson démissionne après les révélations sur ses indemnités à Brest : Alain Masson, 1er vice-président de Brest Métropole a présenté sa démission suite aux révélations du Télégramme, confirmé par France Bleu. Dans son audition, Alain Masson reconnaissait avoir perçu des sommes non déclarées aux impôts en plus de ses indemnités d'élu. », France Bleu Armorique,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2020).
  23. « Conseil de Brest métropole : les vice-présidentes et vice-présidents élus : Après l'élection des adjointes et adjoints au maire au conseil municipal de Brest mercredi 19 décembre 2018, la métropole a élu ses vice-présidentes et vice-présidents vendredi 21. », Côté Brest,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2020).
  24. « Georges Lombard. Hommages unanimes : Au lendemain de la disparition de Georges Lombard, les hommages ont afflué, hier, pour saluer la mémoire et l'oeuvre de l'ancien maire de Brest. Hommages unanimes dans sa famille politique, comme parmi ses opposants d'antan », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2020).
  25. « Les compétences »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), L'administration de BMO, sur http://www.mairie-brest.fr, (consulté le 24 février 2011)
  26. Article 4 du Décret n° 2014-1079 du 22 septembre 2014 portant création de la métropole dénommée « Brest Métropole », sur Légifrance
  27. « Un téléphérique urbain à Brest d'ici 2015 », sur Le Figaro, .
  28. « Inauguration du tramway brestois », Le Figaro,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]