Breguet Deux-Ponts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Breguet 763)
Aller à : navigation, rechercher
Breguet Deux-Ponts
Provence d'Air France à l'aéroport de Tempelhof en 1965
Provence d'Air France à l'aéroport de Tempelhof en 1965

Rôle Avion de transport de fret et de passagers
Constructeur Drapeau : France Breguet
Équipage 5
Premier vol
Mise en service 1953
Retrait 1972
Production 20
Dimensions
Image illustrative de l'article Breguet Deux-Ponts
Longueur 28,94 m
Envergure 42,99 m
Hauteur 10,2 m
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 30 t
Max. au décollage 54 t
Passagers 59 + 48 (ponts supérieur et inférieur)
Fret 17 000 kg (Br 765)
Motorisation
Moteurs 4 Pratt & Whitney R-2800-CB 16 (Br 763 et Br 765)
Puissance unitaire 1 765 kW
(2 400 ch)
Performances
Vitesse de croisière maximale 400 km/h
Vitesse maximale 450 km/h
Autonomie 4 000 km
Endurance Environ 9 h
Altitude de croisière 7 300 m

Le Breguet Deux-Ponts est un avion de transport de fret et de passagers qui a été exploité entre 1953 et 1972. Son nom lui vient du fait qu'il peut accueillir des passagers sur deux ponts et non un seul comme sur la majorité des avions de ce type. Il est le premier à posséder cette caractéristique.

Historique[modifier | modifier le code]

La conception du Breguet 760 débuta en 1938 mais la Seconde Guerre mondiale repoussa sa sortie. Le projet est basé sur les ailes et les empennages du Breguet 730, un grand hydravion réalisé en 1938, qui ont parfaitement donné satisfaction. Les études reprirent après la Libération de la France sous la désignation Breguet 761 et en 1946 le dossier d'avant-projet est transmis au ministère de l'Air et approuvé par le ministre Charles Tillon. Celui-ci accepte le lancement d'un contrat de prototype et, avant même que ce dernier ait volé, donne en mars 1947 son accord à l'industriel pour la fabrication de 15 cellules[1].

La fabrication du prototype débute à Villacoublay, où Louis Breguet dispose de hangars de dimensions adaptées, et se termine à l'automne 1948. Après des essais de roulage au sol, le premier vol de l'appareil avec des moteurs Gnome et Rhône eut lieu le . Au poids de 28 tonnes, le Br 761 décolle de Villacoublay sur 350 mètres et se pose sans incident à Brétigny. A l'issue de ce premier vol, le prototype est amélioré : la surface des deux dérives est augmentée, et une dérive centrale, sans gouvernail, est ajoutée pour compenser une certaine instabilité en lacet[1].

L'appareil s'est révélé très sous-motorisé, ce qui entraîna pour la future production en série l'étude d'une version plus puissamment motorisée avec des moteurs Pratt & Whitney, désignée Br 763 Provence. Ces appareils furent exploités par Air France principalement sur la ligne Paris-Alger et vers la Corse entre 1953 et 1963. Ils furent ensuite utilisés par Air France comme avions cargo jusqu'au début des années 1970. Les avions, qui n'étaient pas à bout de potentiel, ont été versés à l'armée de l'air française.

À l'origine Air France ne voulait pas de cet avion, dont la commande lui a été imposée par le gouvernement français, mais en découvrant ses grandes qualités, notamment polyvalence, sûreté, fiabilité et économie, la compagnie aérienne a totalement changé d'avis à son sujet.

Le Breguet Deux-Ponts n'a jamais fait de victime, ni connu de crash. Les deux seuls incidents sérieux répertoriés ont été : un atterrissage d'urgence sur le ventre (à la suite d'une panne hydraulique) dans un champ de la région lyonnaise, mais l'avion, peu endommagé et réparé sur place, a pu redécoller (en moins de 400 m, pilote seul à bord et allégé au maximum) puis reprendre son service habituel, performance absolument inimaginable avec un avion de transport moderne. Le second incident s'est produit en Algérie, où un Deux-Ponts, le F-RAPA de l'armée de l'air, dévié à l'atterrissage à Reggane par une forte rafale de vent, s'est crashé « en douceur » sur un terrain accidenté (train gauche arraché) : aucun blessé, mais l'avion a dû être démonté sur place.

Un Breguet Br 765 en cours de restauration par l'association Ailes anciennes Toulouse.

Une dernière version, désignée Br 765 Sahara fut construite pour l'armée de l'air française. Elle effectua son premier vol en juillet 1958. Cette version spécialement conçue pour une utilisation militaire vit son rayon d'action augmenté (4 000 km). Elle fut retirée du service en 1972, lorsqu'elle fut remplacée par le C-160 Transall.

Description[modifier | modifier le code]

Le Breguet Deux-Ponts est un avion de transport quadrimoteur à ailes médianes. Il est doté de deux ponts courant sur toute la longueur de l'appareil pour le transport de fret ou de passager, sa capacité est de 17 t ou 130 passagers. Il est équipé d'un train d'atterrissage tricycle et d'un empennage tri-dérive.

Versions[modifier | modifier le code]

Le Deux-Ponts a existé en cinq versions :

  • un prototype Br 761 équipé de moteurs SNECMA/Gnome et Rhône 14R de 1 450 ch ;
  • trois Br 761S équipés de moteurs Pratt & Whitney R-2800-B31 de 2 100 ch ;
  • le Br 763 Provence, livré en douze exemplaires à Air France et utilisant des moteurs Pratt & Whitney R-2800-CB 16 de 2 500 ch ;
  • le Br 764, version militaire destinée à la Aéronavale, projet abandonné ;
  • une version militaire Br 765 Sahara dérivée de la précédente, équipée de réservoirs supplémentaires en bout d'ailes, construite à quatre exemplaires.

Survivants[modifier | modifier le code]

Un Breguet 763, ancien F-BASS d'Air France, à Fontenay-Trésigny.

Au total, seuls vingt appareils ont été construits, et ont fini ferraillés pour la plupart. À ce jour, il n'y a plus que trois Breguet Deux-Ponts préservés, tous en France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roland de Narbonne, « Il y a 60 ans : février 1949, dans l'aéronautique française. Diversité et contraste », Le Fana de l'Aviation, no 471,‎ , p. 73-75.
  2. « Évreux : les apprentis du CFA vont restaurer le Breguet Deux-Ponts de la BA 105 », Paris Normandie, .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland de Narbonne, « Il y a 60 ans : février 1949, dans l'aéronautique française. Diversité et contraste », Le Fana de l'Aviation, no 471,‎ , p. 73-75.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]