Break de chasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
1910 Rolls-Royce Silver Ghost Shooting Brake
Une Rolls-Royce Silver Ghost, version shooting-brake de 1910.

Un break de chasse est un style de carrosserie automobile qui a évolué au cours du temps et a pris plusieurs significations distinctes.

Historique[modifier | modifier le code]

Il s'agit au départ d'un terme britannique du début du 19e siècle, « shooting-brake », désignant un véhicule dont le corps est fait de bois (wooden-bodies en anglais) et utilisé pour transporter un groupe de chasseurs avec leur équipement et leurs animaux. Le terme « break de chasse » a ensuite été appliqué à des voitures de luxe construites sur mesure et modifiées pour être utilisées par des chasseurs et autres sportifs.

En 2006, un article du quotidien américain The New York Times écrit que « les break de chasse les plus célèbres avaient des carrosseries deux-portes sur mesure montées sur des châssis de voitures de luxe, comme des Aston Martin, Bentley, Jaguar et Rolls-Royce »[1].

En France, le terme de « break » remplace le terme « estate » , appelé autrefois « break de chasse ».

Au cours des dernières décennies, ce type de carrosserie montre des signes de renaissance alors que les constructeurs cherchent à inventer (ou à réinventer) de nouveaux types de véhicules. De nos jours, le terme « break de chasse » a été élargi pour englober une gamme de véhicules allant des break à cinq portes aux modèles à trois portes combinant les caractéristiques d'un break et d'un coupé. Ce terme ne s'applique donc plus uniquement aux carrosseries de coupés modifiées.

L'équivalent de « break de chasse » donne :

  • en anglais : « shooting-brake » (Grande-Bretagne) ;
  • en allemand : « shooting brake », mais aussi le français « combi coupé » ;
  • en anglais américain : « sport wagon ».

Exemples[modifier | modifier le code]

Quelques breaks de chasse :

Prototypes uniques

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) William Diem, « The Shooting Brake Makes a Comeback », The New York Times, (consulté le ).
  2. Sylvain Reisser, « Ferrari 330 GT Shooting Brake Vignale, l'originalité au marteau », Le Figaro, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]