Boissons du Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Brasseries du Cameroun)

Boissons du Cameroun
logo de Boissons du Cameroun
illustration de Boissons du Cameroun
Usine SABC de Koumassi (Douala)

Création 3 février 1948
Dates clés 1990, rachat par le groupe Castel
Personnages clés Michel Palu (PDG)
Emmanuel de Tailly (DG)
Forme juridique Société anonyme
Siège social 77 rue du Prince Bell, BP 4036 Douala
Drapeau du Cameroun Cameroun
Actionnaires BGI (84,12 %), SNI (10,00 %)[1]
Activité Brasserie, embouteillage, distribution, commercialisation
Produits Bière, Sodas, Eaux minérales, Boissons gazeuses, Sirops
Société mère BGI
Filiales SEMC, SOCAVER, CFC
Effectif ~ 6 000
Site web www.boissonsducameroun.com

Capitalisation 237,4 M€[2]
Chiffre d'affaires 98,8 M€ (1998)
Résultat net 6,39 M€ (1998)

La société anonyme des Boissons du Cameroun, anciennement Brasseries du Cameroun[3], abrégé en SABC, fondée en 1948, est l'une des plus importantes entreprises camerounaises et est l'une des entreprises du Groupe Castel[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Usine des Brasseries du Cameroun à Bali, Douala.

La SABC est créée le par la société française Brasseries et Glacières Internationales (BGI) et commença ses activités dès 1950 avec la fabrication et la vente de bière et de sodas au Cameroun[5]. En 1963, la société obtient une licence pour fabriquer la marque Coca-Cola puis, en 1980, celle de la marque Schweppes.

En 1982, le premier concurrent de la SABC est créé, les Nouvelles Brasseries Africaines (NOBRA) et d'autres sociétés viendront s'ajouter sur le marché des boissons. En 1990, la BGI est rachetée par le groupe français Castel. L'année suivante, en 1991, la SABC rachète son concurrent « International Brasseries » au groupe Fotso et le fusionne en 1993. En 2008, elle répète la même action en achetant son concurrent « SIAC Isenbeck » avant de dissoudre par la suite cette nouvelle filiale par une décision prise le [6].

Le , la Société anonyme des Brasseries du Cameroun change de nom et devient Société anonyme des Boissons du Cameroun en gardant le même sigle SABC[7],[8].

Elle réalise en 2022 un chiffre d'affaires de 587,2 millions de dollars soit environ 362,9 milliards de Franc CFA[9]. Ce qui lui permet d'occuper la 3e place nationale et la 313e place africaine des meilleurs entreprises africaines selon le classement du magazine Jeune Afrique de 2022[10].

Produits[modifier | modifier le code]

Produits en cours de chargement.

Les principaux produits des brasseries du Cameroun sont :

La société détiendrait environ 71,3 % du marché des bières, 74,7 % du marché des boissons gazeuses et 27,2 % du marché de l’eau minérale (source SABC). Pourtant leader auparavant sur le segment des eaux minérales avec une part de marché de 65 %, elle a vu son pourcentage chuter à près de 20 % face à une forte concurrence et en particulier « Source du Pays » et son produit « Ô pur ». Mais le groupe SABC se repositionne petit à petit sur le marché avec une part de 40 % en 2022 et reste leader incontesté dans le marché des bières blondes avec 70 %[11].

La société SABC annonce dans un communiqué publié le , qu’elle arrête la production, la communication et la commercialisation des produits Coca-Cola, à compter du , après 59 ans de partenariat entre SABC et The Coca-cola Company. C'est aussi le cas des autres filiales africaines du groupe Castel (SOBRAGA, SOBEBRA…), qui sont concernées par cette fin de la collaboration avec le géant américain des boissons gazeuses.

Filiales[modifier | modifier le code]

Le Groupe SABC possède 4 filiales :

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Philatélie[modifier | modifier le code]

En 1970, la République fédérale du Cameroun a émis deux timbres dédiés aux Brasseries du Cameroun, l'un intitulé « Brassage » (15 F), l'autre « Cave » (30 F)[12].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. bia463-f05
  2. Au 22/01/2007
  3. Omer Mbadi, « Bière : Boissons du Cameroun se (re)met au verre – Jeune Afrique », sur Jeune Afrique, (consulté le ).
  4. [1]
  5. « S.A. DES BRASSERIES DU CAMEROUN » [PDF], sur entreprises-coloniales.fr, (consulté le ).
  6. Sylvain Andzongo, « La Société des brasseries du Cameroun dissout sa filiale en charge de la marque « Isenbeck » », sur www.investiraucameroun.com, (consulté le ).
  7. « Nouveaux investissements, ancrage social… : pourquoi SABC devient Boissons du Cameroun », sur EcoMatin, (consulté le ).
  8. BRM, « Industrie brassicole : comprendre pourquoi SABC devient Société anonyme des boissons du Cameroun », sur www.investiraucameroun, (consulté le ).
  9. (en) « Classement 2022 des 10 Meilleures Entreprises Camerounaises », sur Infos Concours Education, (consulté le )
  10. « Classement 2022 des 500 premières entreprises africaines : le palmarès complet – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  11. Yannick KENNE, « Eaux minérales : le Groupe SABC se repositionne avec 40% des parts de marché récupérées », sur EcoMatin, (consulté le ).
  12. Catalogue Yvert&Tellier, nos 485-486

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]