Branko Miljković

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
image illustrant un écrivain image illustrant serbe
Cet article est une ébauche concernant un écrivain serbe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Branko Miljković
Description de cette image, également commentée ci-après

Buste de Branko Miljković devant le Théâtre national de Niš

Naissance
Niš Drapeau du Royaume de Yougoslavie Royaume de Yougoslavie
Décès (à 27 ans)
Zagreb Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie République fédérative socialiste de Yougoslavie
Distinctions
Prix d'octobre de la ville de Belgrade (1960)
Auteur
Langue d’écriture Serbe
Genres

Œuvres principales

  • Vatra i ništa (1960)

Branko Miljković (en serbe cyrillique : Бранко Миљковић ; né le à Niš et mort le à Zagreb) est un poète serbe. Il a connu une grande célébrité en Yougoslavie et dans les pays d'Europe de l'Est.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Niš, Branko Miljković s'installe à Belgrade en 1953. Il commence alors à écrire de la poésie et se bat pour faire publier ses poèmes. Ses œuvres sont influencées par les symbolistes français, et notamment par Mallarmé et Valéry ; sur le plan philosophique, sa pensée est proche du philosophe grec Héraclite. En plus de la poésie, il écrit aussi des essais et des critiques et traduit en serbe des poètes russes et français. En 1960, il remporte le prix Octobre (Oktobarska nagrada) de la ville de Belgrade, pour son recueil Vatra i ništa. Fin 1960, il part s'installer à Zagreb. Branko Miljković est mort prématurément en 1961 à l'âge de 27 ans, retrouvé pendu à un arbre à Zagreb.

Dans un de ses poèmes, « Épitaphe », qui ne comporte qu'un vers, on peut lire : « Уби ме прејака реч », « Trop lourd, un mot m'a tué ».

Il est enterré dans le Nouveau cimetière de Belgrade.

La tombe de Branko Miljković dans le Nouveau cimetière de Belgrade

Postérité[modifier | modifier le code]

Le Musée national de Niš a rassemblé un fonds autour de Branko Miljković ; il est exposé dans une pièce commémorative[1]. En 1971, la Ville de Niš a également créé le prix Branko Miljković (Nagrada Branko Miljković), destiné à récompenser les meilleurs poètes en langue serbe[2].

La maison familiale de Branko Miljković à Niš est inscrite sur la liste des monuments culturels protégés de la République de Serbie (identifiant no SK 2092)[3].

Œuvres poétiques[modifier | modifier le code]

  • Uzalud je budim (1957)
  • Smrću protiv smrti (1959), en collaboration avec Blaža Šćepanović
  • Poreklo nade (1960)
  • Vatra i ništa (1960)
  • Krv koja svetli (1961)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]