Brandt Mle CM60A1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Brandt Mle CM60A1
Image illustrative de l’article Brandt Mle CM60A1
Présentation
Type Mortier

Le Hotchkiss-Brandt Mle CM60A1 est un mortier de 60 mm. Contrairement aux mortiers d'infanterie, il n'a pas été conçu pour être monté sur un bipied et une plaque de base, mais plutôt dans les tourelles de blindés[1]. Le CM60A1 pouvait tirer à un très faible angle d'élévation et ainsi jouer également un rôle d'appui feu en tir direct.  Son système de recul hydraulique lui permettait d'être monté dans des automitrailleuses telles que la Panhard AML-60 ou des blindés de transport de personnel comme le Panhard M3.

Développement[modifier | modifier le code]

Le mortier Brandt Mle CM60A1 fut développé à la suite de l'expérience française de contre-insurrection pendant la Guerre d'Algérie[2]. La France avait d'abord favorisé le déploiement de blindés légers et rapides contre les Algériens du Front de Libération Nationale (FLN), comme le M8 Greyhound et le Panhard EBR[3]. Cependant, ces véhicules avaient été conçus pour le combat conventionnel sur les champs de bataille européens et s'étaient révélés mal adaptés aux conditions de combat en Algérie, leur armement lourd antichar induisant un risque important de dommages collatéraux était d'une utilité limitée dans la lutte contre les attaques de la guérilla. L'armée française voulait un véhicule beaucoup plus léger, plus adapté, plus facile à maintenir et avait adopté initialement le Daimler Ferret à cette fin[4]. Néanmoins, les Ferret ne pouvaient être armées que d'une mitrailleuse et étaient considérés comme inadéquates pour des actions offensives. Un certain nombre d'industriels français relevèrent le défi de concevoir un véhicule de dimensions similaires au Ferret mais armé d'un mortier, considéré comme plus efficace qu'un canon lourd pour atteindre les forces dispersées et embusquées du FLN. Le résultat, la Panhard AML-60, entra en service en 1961[5]. Les AML-60 étaient équipées de la tourelle HE-60-7 développée par la Compagnie Normande de Mécanique de Précision (CNMP), armée du mortier CM60A1 mortier couplé à deux mitrailleuses jumelées co-axiales. Cette tourelle pouvait stocker environ 43 projectiles de mortier[6]. Le CM60A1 était unique en ce qu'il a été le premier mortier double emploi monté en tourelle et à chargement par la culasse à être produit en masse. Le montage en tourelle lui permettait un tir tous azimuts et contrairement aux mortiers d'infanterie à chargement par la bouche, il pouvait engager des objectifs d'opportunité à courte distance, inaccessibles au tir indirect.

Le CM60A1 avait un système hydraulique limitant le recul à 135 mm. Il pouvait tirer des munitions standard de mortier pour l'appui-feu indirect ou des munitions spécifiques pour le tir direct. Il pouvait toujours être chargé par la bouche depuis l'extérieur du véhicule, mais était unique par sa culasse verrouillée comme les pièces d'artillerie classiques. Le percuteur était automatiquement retiré lorsque la culasse était déverrouillée, réduisant la probabilité de tirs accidentels. Différentes variantes du CM60A1 furent produites avec des mécanismes de tir électriques ou mécaniques.

Le réglage de la hausse se faisait par les optiques de tourelle[7]. En raison de l'absence de système moderne de contrôle de tir dans les tourelles HE-60-7, la distance de la cible devait être estimée par l'équipage du véhicule. Cette opération exigeait une série de calculs précis mais chronophages effectués par le commandant d'équipage pour déterminer l'angle de tir[8].

Le Brandt Mle CM60A1 connut un succès immédiat à l'exportation, l'Afrique du Sud ayant commandé 350 AML-60 en 1961, la moitié devant être assemblée localement avec l'assistance technique française[9]. Une délégation militaire Sud-Africaine visita la France entre le 22 et le 28 novembre de cette année pour discuter de la fabrication des tourelles HE-60-7 et de leur l'armement sous licence[10]. En 1965, l'Afrique du Sud avait acheté 450 CM60A1s pour assurer la production des automitrailleuses Eland-60 avec la licence pour le mortier et ses munitions, qui avait été accordée par la Direction technique des armements terrestres (DTAT). Les CM60A1s fabriqués en Afrique sous licence furent désignés K1[11].

Pendant les années 1960, les CM60A1s furent exportés avec l'AML-60 pour l'Algérie, le Burundi, le Cambodge, la Côte d'Ivoire, l'Iraq, l'Irlande, le Maroc, le Nigéria, le Portugal, le Rwanda, l'Arabie Saoudite, le Sénégal, et l'Espagne. Certains gouvernements préférèrent l'achat du modèle léger AML-60, plutôt que d'AML-90 en raison de son coût attractif.[12],[13]

Vers le milieu des années 1970, le CM60A1 fut remplacé par le mortier CS 60 à tube rayé. Le CS 60 utilisait des munitions plus compactes, ce qui permettait de stocker jusqu'à 56 projectiles de mortier dans la tourelle HE-60-7, au lieu de 43 pour le CM60A1. Néanmoins, les deux types de mortier continuèrent d'être commercialisés dans toute une gamme de tourelles pour le marché de l'exportation. À la fin des années 1970, la CM60A1 fut monté avec succès sur une variante du Panhard M3 désigné M3 VTT 60B. Il fut également proposé pour l'exportation avec le Berliet VXB-170. L'Afrique du Sud monta plus tard ses mortiers K1 sur sa flotte de véhicules de combat d'infanterie Ratel, renommés pour l'occasion Ratel-60[14]. Un mortier presque identique au CM60A1 fut produit par la FN Herstal pour les véhicules blindés FN 4RM/62F AB de la Gendarmerie Belge.

Le CM60A1 fut le sujet d'une controverse dans l'armée irlandaise suite à une série d'accidents et d'enrayages. Au point qu'avant 1980 les incidents impliquant ce type de mortier était devenus si communs que son utilisation fut interdite. Les mortiers furent retirés des AML-60 irlandaises peu de temps après et remplacés par une mitrailleuse lourde.

En 1980, plus de 1 600 CM60A1 mortiers avaient été produits. On developpa le mortier Brandt LR en allongeant le tube des CM60A1 et CS 60, pour en augmenter la portée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mortier CM60A1 fut utilisé intensivement au combat, principalement avec les automitrailleuses AML-60 et Eland-60. Les forces françaises déployèrent les AML-60 armée de mortiers CM60A1 au cours de l'Opération Tacaud au Tchad[15],[16]. Les Eland-60 sud-africaines furent utilisées pour la contre-insurrection et engagèrent fréquemment les militants de l'Armée populaire de Libération de la Namibie (PLAN) pendant la Guerre de la frontière sud-africaine[17]. Tout au long des guerres coloniales portugaises, les pelotons de reconnaissance portugais furent équipés d'AML-60, les utilisant principalement pour l'escorte de convoi[18]. En 1975, le Zaïre fit don de certaines de ses AML-60 à l'Union Nationale pour l'Indépendance Totale de l'Angola (UNITA), qui les engagea dans le cadre de la Guerre Civile en Angola, souvent conduites par des français ou des mercenaires portugais[19]. Les AML-60 nigérianes furent engagées au combat pendant la Guerre Civile au Nigéria entre 1967 et 1970, l'une d'elles étant même capturée par les forces du Biafra[20]. Des AML-60 servirent également dans l'Armée Royale Cambodgienne et l'Armée Nationale Khmer au cours de la Guerre Civile Cambodgienne entre 1967 et 1975[21].

Des AML-60 furent déployées dans le cadre de trois opérations de maintien de la paix des Nations Unies à partir de 1964 : l'ONUSOM, la FINUL, et l'UNFICYP[22].

Munitions[modifier | modifier le code]

Deux modèles différents de munitions explosives furent généralement tirés par le CM60A1: l'obus M35/47, initialement développé pour le Brandt Mle 1935 avec une portée de 1 600 mètres, et l'obus M61, de 2 000 mètres de portée. Des variantes fumigène, de marquage ou d'exercice du M61, à mitraille et des M63 d'illumination furent également utilisés.

Le CM60A1 pouvait tirer tout type de munition utilisée par le mortier Brandt Mle 1935 et le mortier M2.

L'Afrique du Sud fabriqua sa propre gamme d'obus explosifs, à mitraille et d'illumination pour le K1, ainsi qu'un obus fumigène.

La France commença également à développer un obus anti-char pour le CM60A1, mais il est difficile de savoir s'il est entré en production.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Carte avec les utilisateurs du Brandt CM60A1 en bleu et les anciens opérateurs en rouge
Automitrailleuse Derby-60 avec son mortier K1 à la hausse maximale.

Les mortiers CM60A1 furent largement exportés avec les automitrailleuses AML-60, Eland-60, et Ratel-60.

  •  Algeria Algérie
  •  Burkina Faso Burkina Faso
  •  Burundi Burundi
  •  Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
  •  Democratic Republic of the Congo République Démocratique du Congo[23]
  •  Ecuador Équateur
  •  Mauritania Mauritanie
  •  Morocco Maroc
  •  Niger Niger
  •  Nigeria Nigéria
  •  Pakistan Pakistan[24]
  •  Rwanda Rwanda
  •  Saudi Arabia Arabie Saoudite[25]
  •  Senegal Sénégal
  •  South Africa Afrique du Sud : Eland-60 retirée, Ratel-60 en service
  •  Togo Togo
  •  Yemen Yémen
  •  Zimbabwe Zimbabwe[26]

Ancien utilisateurs[modifier | modifier le code]

  •  Angola Angola : quelques exemplaires obtenus du Portugal; toutes retirées.
  •  Cambodia Cambodge : retirées avant 2002.
  •  Ethiopia Éthiopie : retirées avant 2002.
  •  Iraq Irak
  •  Ireland Irlande : Retirées dans les années 80.
  •  France France : retirées avant 2002.
  •  Malaysia Malaisie
  •  Rhodesia Rhodésie [27]
  •  Spain Espagne : retirées avant 2002.
  •  Zaire Zaïre [28]
Applications du mortier Brandt Mle CM60A1
Véhicule Constructeur Pays Armement Utilisateurs
Berliet VXB Berliet Drapeau de la France France Mle CM60A1 Aucun (prototype)
EE-11 Urutu[29] Engesa Drapeau du Brésil Brazil Mle CM60A1 Aucun (prototype)
Eland-60[30] Sandock-Austral Drapeau d'Afrique du Sud South Africa Denel K1 Afrique du Sud, Côte d'Ivoire, Zimbabwe
Panhard AML-60 Panhard Drapeau de la France France Mle CM60A1 Algérie, Burundi, Cambodge, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Irak, Irlande, Mauritanie, Niger, Nigeria, Portugal, Arabie Saoudite, Senégal, Espagne, Zaire, autres
Panhard M3 VTT 60B Panhard Drapeau de la France France Mle CM60A1 Aucun (prototype)
Ratel-60[31] Sandock-Austral Drapeau d'Afrique du Sud South Africa Denel K1 Afrique du Sud, Rwanda
Rooikat Sandock-Austral Drapeau d'Afrique du Sud South Africa Denel K1 Aucun (prototype)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Cavalry Mortars — A Better Way », US Army Armor Center, Fort Knox, Kentucky,‎ september–october 1995, p. 17–22
  2. Ogorkiewicz, R. M. AFV Weapons Profile 039 Panhard Armoured Cars (Windsor, Berks: Profile Publications).
  3. « L'AUTOMITRAILLEUSE LEGERE PANHARD » (consulté le 15 novembre 2014).
  4. Michel Henry, « French Armor in Algeria », Armor magazine, Fort Knox, Kentucky, US Army Armor Center,‎ july–december 1972, p. 12–15.
  5. J. Perret-Gentil, « Une nouvelle auto-mitrailleuse Panhard (A.M.L. 245) », Revue Militaire Suisse, Lausanne, Imprimeries Reunies SA,‎ , p. 42–46.
  6. Christopher Chant, A Compendium of Armaments and Military Hardware, New York, Routledge & Kegan Paul, , 158–59 p. (ISBN 0-7102-0720-4, OCLC 14965544).
  7. Ronald Pretty, Jane's Weapon Systems, 1983–84, Macdonald and Jane's Publishers Ltd, 269–713 p. (ISBN 978-0-7106-0776-8).
  8. David Mannall, Battle on the Lomba 1987: The Day a South African Armoured Battalion shattered Angola's Last Mechanized Offensive, Helion and Company, 48—92 p. (ISBN 978-1-909982-02-4).
  9. « Trade Registers », Armstrade.sipri.org (consulté le 20 novembre 2014).
  10. Victor Moukambi, Relations between South Africa and France with special reference to military matters, 1960-1990 (thèse de doctorat), Stellenbosch, Stellenbosch University, (lire en ligne).
  11. « Ratel » [archive du ], Amman, Raboukh Trading Company, (consulté le 20 septembre 2016).
  12. Adrian English, Irish Army Orders of Battle 1923–2004, Tiger Lily Books, 56–78 p. (ISBN 978-0-9720296-7-4).
  13. Katsumi Ishizuka, Ireland and International Peacekeeping Operations 1960–2000: A Study of Irish Motivation, Philadelphia, Routledge Books, , 81–82 p. (ISBN 978-0-7146-8440-6).
  14. « Lesakeng » [archive du ], South African Armour Museum, (consulté le 18 juin 2013).
  15. David Jordan, The History of the French Foreign Legion: From 1831 to Present Day, Amber Books Ltd, 181—185 p. (ISBN 1-59228-768-9)
  16. Tom Cooper et Albert Grandolini, Libyan Air Wars: Part 1: 1973–1985, Helion & Co. Ltd, 39—37 p. (ISBN 978-1-909982-39-0)
  17. Heitman, Helmoed-Römer. South African Arms and Armour - A concise guide to armaments of the South African Army, Navy, and Air Force. Struik Publishers 1988. (ISBN 0-86977-637-1) p 44-45.
  18. Peter Abbot, Modern African Wars (2): Angola and Mozambique 1961–74, Osprey Publishing (ISBN 978-0-85045-843-5)
  19. Piet Nortje, 32 Battalion, Zebra Press, , 97–98 p. (ISBN 978-1-86872-914-2)
  20. Philip Jowett, Modern African Wars (5): The Nigerian-Biafran War 1967-70, Oxford, Osprey Publishing Press, (ISBN 978-1472816092), p. 24
  21. Tony Cullen, Ian Drury et Chris Bishop, The Encyclopedia of World Military Weapons, Greenville, Crescent Publications, 68–70 p. (ISBN 978-0517653418)
  22. Paul Malmassari, « UN Armored Cars/Reconnaissance Vehicles (since the beginning) », Armored Car: The Wheeled Fighting Vehicle Journal, Salem, Oregon, David Haugh Publisher,‎ , p. 8–9
  23. Christopher F. Foss, Jane's Armour and Artillery, Macdonald and Jane's Publishers Ltd (ISBN 978-0710623096), p. 209
  24. « Pakistan: Military takes security of Airports, Prisons and Defence Installations » [archive du ] (consulté le 15 novembre 2014)
  25. « Eurosatory 2016 - Regional Focus: Middle East and Africa [ES2016D1] » [archive du ], London, Jane's Information Group, (consulté le 29 septembre 2016)
  26. Simon Baynham, Zimbabwe in transition, Almqvist & Wiksell International (ISBN 978-9122015086), p. 240
  27. Alan Mills, A Pathologist Remembers, Bloomington, Author House, (ISBN 978-1-4918-7882-8), p. 203
  28. Tom Cooper, Great Lakes Holocaust: First Congo War, 1996–1997, Solihull, Helion & Company, , 14–16 p. (ISBN 978-1-909384-65-1)
  29. « EE-11 Urutu » [archive du ], Newtown, Connecticut, United States, Forecast International, Incorporated, (consulté le 29 mars 2017)
  30. « Restoration of the Eland-60 » [archive du ], Sandstone Estates, (consulté le 18 juin 2013)
  31. Steve Camp et Heitman Helmoed-Römer, Surviving the Ride: A pictorial history of South African Manufactured Mine-Protected vehicles, Pinetown, 30 Degrees South, , 172–184 p. (ISBN 978-1928211-17-4)