Brahim Izri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Brahim Izri
Description de cette image, également commentée ci-après
Brahim Izri
Informations générales
Naissance
Aït Lahcène, Aït Yenni, Drapeau de l'Algérie Algérie
Décès (à 50 ans)
Paris
Activité principale Chanteur, auteur-compositeur-interprète, musicien
Genre musical Folk, world music
Instruments Voix, guitare
Années actives 1973 - 2004

Brahim Izri, né le à Aït Lahcen, commune d'Ait Yenni en Algérie, et mort le à Paris, est un chanteur et auteur-compositeur-interprète algérien d'expression kabyle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant son enfance, Brahim Izri est emmené par son grand-père écouter les chants religieux de la zaouïa de Sidi Belkacem dans la région d'Ait Yenni[2]. À l'adolescence, il fonde avec deux de ses amis du lycée, Naït Abdelaziz et Aziz Berrahma, du groupe Igudar (les aigles) à l'époque durant laquelle de nombreux groupes sont engagés dans le combat culturel, linguistique et identitaire en Algérie, à l'exemple de Isulas, Inasliyen, les Abranis, Imazighen Imoula[3]. Pendant les années 70, il a été guitariste pour le chanteur Idir[4]. Il entreprend ensuite une carrière solo et publie ses premiers albums. En 1999, il chante avec Idir et Maxime Le Forestier la chanson intitulée Tizi-Ouzou, reprise de San Francisco[5]. Dans ses textes se retrouve les thèmes sur la défense des droits des femmes et de l'égalité entre hommes et femmes.

Discographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kahina Hammoudi, « Brahim Izri… le chantre de la cause berbère », Midi Libre, no 1348,‎ , p. 15 (ISSN 1112-7449, lire en ligne)
  2. Brahim Izri sur le portail officiel de la ville de Béjaïa.
  3. L’artiste Brahim Izri n’est plus sur le site www.algerie-dz.com
  4. http://www.vitaminefr.com/articles2014/biographie-de-brahim-izri/Articles_16640_68254_15_1.html
  5. Fara C., « Vingt ans après A Vava Inouva : Les identités d'Idir », L'Humanité,‎ (lire en ligne).