Bradford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bradford (homonymie).
Bradford
Blason de Bradford
Héraldique
Bradford
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Yorkshire de l'Ouest
District Cité de Bradford
Maire Cllr Naveeda Ikram (L)
Code postal BD
Indicatif 01274, 01535, 01943
Démographie
Population 531 483 hab. (2018)
Densité 1 436 hab./km2
Géographie
Coordonnées 53° 47′ 31″ nord, 1° 45′ 14″ ouest
Superficie 37 000 ha = 370 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Bradford

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Bradford
Liens
Site web site officiel

Bradford est une ville située dans le Yorkshire de l'Ouest en Angleterre, au pied des Pennines, à 14 km à l'ouest de Leeds et à 26 km au nord-ouest de Wakefield. La ville est devenue un arrondissement municipal en 1847 puis obtient sa charte de ville en 1897. A la suite de la réforme du gouvernement local en 1974, le statut de cité a été attribué à l'arrondissement métropolitain de la cité de Bradford. Bradford fait partie de la zone urbaine du Yorkshire de l'Ouest qui comptait 1,5 millions d'habitants en 2001 et est le quatrième plus grand district métropolitain du Royaume-Uni[1]. La ville compte environ 531 483 habitant en 2018[2].

Faisant historiquement partie de la West Riding of Yorkshire, Bradford s'est imposée au XIXe siècle en tant que centre international de fabrication de textile, en particulier de la laine. C'était la première ville en pleine expansion de la révolution industrielle et parmi les premières colonies industrialisées, devient rapidement la « capitale mondiale de la laine »[3].

La région ayant un accès aux ressources telles que le charbon, le minerai de fer et l'eau douce cela a facilité la croissance de la manufacture de Bradford qui, à mesure que la fabrication de textiles progressait, entraînait une augmentation de la population. Cela a été un stimulant pour l'investissement civique ; Bradford a une grande quantité d'architecture victorienne classée y compris l'hôtel de ville style italien[4].

Le secteur du textile à Bradford est en déclin depuis le milieu du xxe siècle. Depuis, la ville est devenue la première ville UNESCO du film avec des attractions telles que le musée national de la science et des médias, le parc municipal, le théâtre Bradford Alhambra (en) et le Cartwright Hall (en). La ville a été confrontée aux mêmes défis que le reste du nord de l'Angleterre post-industriel, notamment la désindustrialisation, les troubles sociaux et les privations économiques.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Bradford est dérivé du vieil anglais brad et ford, le broad ford qui faisait référence au croisement du Bradford Beck à Church Bank. Le nom a été enregistré comme « Bradeford » en 1086[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire ancienne[modifier | modifier le code]

Après la révolte de 1070, lors de la bataille du nord de Guillaume Le Conquérant, le manoir de Braford a été dévasté et est décrit comme tel dans le Domesday Book de 1086. C'est ensuite devenu une partie de l'honneur de Pontefrac donné à Ilbert de Lacy pour le service rendu à Guillaume Le Conquérant, dont la famille restera jusqu'en 1311[6]. Il y a les preuves d'un château à l'époque des Lacy[7]. Le manoir a ensuite appartenu au Comte de Lincoln, John Gaunt, la Couronne, puis devient une propriété privée en 1620[6].

Au moyen âge, Bradford était devenue une petite ville centrée sur Kirkgate, Westgate et Ivegate[6]. En 1316, il est fait mention d'un foulon, d'un moulin où tout le maïs du manoir était moulu et un marché. Pendant la Guerre des Deux-Roses, les habitants se rangent du côté de la maison de Lancastre. Édouard IV accorde le droit d'organiser deux foires annuelles et à partir de ce moment la ville commence à prospérer. Sous le reigne d'Henri VIII, Bradford a dépassé Leeds en tant que centre de fabrication. La ville a connu une lente croissance au cours des 200 années suivantes alors que le commerce de la laine gagnait en importance.

Pendant la guerre civile, la ville a été mise en garnison par les parlementaires et a été attaquée en 1642 par les forces royalistes de Leeds. Thomas Fairfax a prit le commandement de la garnison et se dirigeait vers le duc de Newcastle mais a été vaincu. Les parlementaires se sont retirés à Bradford et les royalistes ont installés leur quartier au Bolling Hall (en) où la ville a été assiégée menant à sa capitulation[7]. La guerre civile a provoqué un déclin de l'industrie mais après l'arrivée de Guillaume III et Marie II en 1689, la prospérité commence à revenir[6]. Le lancement de la fabrication au début du XVIIIe siècle marque le développement de la ville tandis que les nouvelles voies reliant les canaux et les routes à péages encouragent les échanges.

Révolution industrielle[modifier | modifier le code]

En 1801, Bradford était un bourg rural de 6 393 habitants[8]. Les filages de laine et les tissages du tissu ont été réalisés dans des cottages et des fermes. La ville n'était pas beaucoup plus grande que Keighley et était nettement plus petite que Halifax et Huddersfield[8]. Elle a servi de centre aux cantons voisins : Manningham (en), Bowling and Barkerend (en), Great Horton (en) et Little Horton (en), séparés de la ville par la campagne.

Les hauts fourneaux ont été établis vers 1788 par Hird, Dawson Hardy à Low Moor, Bradford (en) et le fer a été travaillé par Bowling Iron Works jusqu'en 1900. Le fer du Yorkshire a été utilisé pour les chaînes, les crochets, les tiges de piston des locomotives, des cages à charbon et autres appareils miniers nécessitant de la ténacité. La Low Moor Company, qui fabriquait aussi de la fonte brute, a employé 1 500 hommes en 1929[9]. Lors de la création de l'arrondissement municipal de Bradford en 1847, 46 mines de charbons existaient. La production de charbon a continué d'augmenter, atteignant un sommet en 1868, lorsque la ville a fourni le quart de tout le charbon et le fer produit dans le Yorkshire.

En 1825, le syndicat des peigneurs de laine appelle à faire grève pour une durée de cinq mois mais les ouvriers sont forcés de retourner au travail en raison de difficultés qui conduisent à l'introduction du peignage à la machine[10]. La révolution industrielle a entraîné une croissance rapide avec de la laine importée en grande quantité pour la fabrication de tissus en laine peignée dans laquelle Bradford se spécialise et la ville devient rapidement reconnue capitale mondiale de la laine[11].

Une présence militaire permanente est établie dans la ville avec l'achèvement de la caserne Bradford Moor Barracks (en) en 1844[12].

Bradford a suffisamment disposé de charbon extrait localement pour fournir l'énergie dont l'industrie a besoin. Le grès local a été une excellente ressource pour la construction d'usines et avec une population de 182 000 habitants en 1850, la ville s'est développée rapidement, les ouvriers étant attirés par les emplois dans les usines à textile[11]. Une pénurie d'eau désespérée dans la ville limitait sérieusement l'expansion industrielle et l'amélioration des conditions sanitaires urbaines. En 1854, Bradford Corporation a acheté la Bradford Water Company se lançant dans un vaste programme d'ingénierie, visant à acheminer des réserves d'eau douce à Airedale, Wharfedale et Nidderdale (en)[13]. En 1882, l'approvisionnement en eau s'était nettement amélioré. Pendant ce temps, l'expansion urbaine s'opéra le long des voies de sortie de la ville et les communes deviennent une zone urbaine à la fin du XIXe siècle.

Titus Salt était l'un des principaux employeurs qui, en 1833, dirige l'entreprise de laine de son père spécialisée dans la fabrique mélangeant alpaga, mohair, coton et soie. En 1850, il a cinq usines. Cependant, à cause de la pollution et des conditions misérables de ses ouvriers, Titus Salt quitte Bradford et transfère son entreprise de Salt Mills à Saltaire en 1850.

City Park





Bradford au cinéma[modifier | modifier le code]

Personnalités nées dans la ville[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (consulté le 12 avril 2019).
  2. (en-US) « Bradford Population 2019 | Population UK » (consulté le 12 avril 2019).
  3. (en) « Discover Bradford », sur visitbradford.com/.
  4. (en-GB) « City Hall, Bradford », sur Screen Yorkshire (consulté le 13 avril 2019).
  5. (en) A.D. Mills, Dictionnaire au nom des places anglaises., Oxford, (ISBN 9780199609086).
  6. a b c et d (en) « History of Bradford », sur www.visitbradford.com (consulté le 13 avril 2019).
  7. a et b « Bracknell - Bradford | British History Online », sur www.british-history.ac.uk (consulté le 13 avril 2019).
  8. a et b (en) George Sheeran, The Buildings Of Bradford: An Illustrated Architectural History., TEMPUS, (ISBN 978-0-7524-3584-8), p. 11.
  9. « The Basic Industries of Great Britain by Aberconway: Chapter VI », sur www.gracesguide.co.uk (consulté le 13 avril 2019).
  10. (en) J.F.C Harrison, The Second Coming: Popular Millenarianism, 1780–1850, Routledge, (ISBN 978-1-136-29876-9).
  11. a et b « Bradford's History - Bradford University School of Management », sur www.brad.ac.uk (consulté le 13 avril 2019).
  12. White's 1853 Directory & Gazetteer of Leeds, Bradford, Halifax, Huddersfield & Wakefield.
  13. (en) William Cudworth, Historical Notes on the Bradford Corporation: With Records of the Lighting ..., T. Brear, (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]